Les autorités britanniques admettent qu’un pourcentage élevé d’enfants hospitalisés souffrent de myocardite due aux injections de Covid.

Au 17 novembre, 686 myocardites et 578 péricardites post-injection de Covid ont été signalées au système britannique de Yellow Card. Au total, 18 354 troubles cardiaques ont été signalés et 290 décès ont été enregistrés. On sait que les événements indésirables sont largement sous-déclarés au système Yellow Card.

On l’attendait depuis longtemps mais, finalement, le 29 novembre, l’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a reconnu que les troubles cardiaques constituent un risque lié aux injections de Covid. L’UKHSA a publié des conseils cliniques pour soutenir la détection et la gestion des cas cliniques de myocardite et de péricardite associés aux injections de Covid. En particulier pour les enfants et les personnes âgées de moins de 40 ans.

La première section du conseil clinique de l’UKHSA – “Contexte” – énumère quelques points importants. Le cinquième est : “Une myocardite … a été décrite chez un pourcentage élevé d’enfants admis à l’hôpital …”.

Myocarditis and pericarditis after COVID-19 vaccination: guidance for healthcare professionals, retrieved 2 December 2021

Traduction :

Contexte

Contexte de la myocardite et de la péricardite après la vaccination par le COVID-19 et directives :

  • il s’agit d’une affection rare après une vaccination
  • La plupart des patients qui développent des symptômes le font dans la semaine qui suit la vaccination.
  • La plupart des patients qui développent des symptômes ont généralement été vaccinés avec un vaccin à ARNm (Pfizer ou Moderna).
  • La myocardite et la péricardite consécutives à la vaccination sont généralement légères ou stables et la plupart des patients se rétablissent complètement sans traitement médical.
  • myocardite – une importante fibrose du ventricule gauche (VG) a été décrite chez un pourcentage élevé d’enfants admis à l’hôpital, un petit pourcentage d’entre eux présentant une tachycardie ventriculaire (TV) non soutenue.
  • Aucune donnée de suivi n’est encore disponible pour les patients hospitalisés.
  • Le diagnostic de la myocardite et de la péricardite doit suivre les directives internationales publiées.
  • la majorité des cas semblent être légers et se résorber d’eux-mêmes ; tout patient souffrant d’une maladie aiguë ou instable doit être envoyé directement à l’hôpital.
  • les conséquences à long terme de cette affection secondaire à la vaccination sont encore inconnues, de sorte que toute recommandation de dépistage doit être mise en balance avec la fréquence et la gravité de la maladie dans le but de prévenir les complications, en particulier de la myocardite (arythmies, lésions myocardiques à long terme ou insuffisance cardiaque)

_______________________________________________________________________________________________________________

“Rare” mais aucune mention que les complications de Covid dans les groupes d’âge plus jeunes sont incroyablement rares.

“Près de 10 000 personnes de plus que d’habitude sont mortes au cours des quatre derniers mois pour des raisons autres que le Covid, alors que des experts ont demandé une enquête gouvernementale urgente pour savoir si ces décès étaient évitables”, a rapporté le Telegraph à la mi-novembre. “Les données de l’Agence britannique de sécurité sanitaire montrent qu’il y a eu, depuis l’été, des milliers de décès de plus que la moyenne sur cinq ans pour cause d’insuffisance cardiaque, de maladies cardiaques, de troubles circulatoires et de diabète.”

Le Telegraph souligne que le nombre de décès dans les maisons privées est également supérieur de 40,9 % à la moyenne sur cinq ans.

Début octobre, nous écrivions que, selon un rapport du “National Ambulance Syndromic Surveillance System“, les appels relatifs à une perte de conscience, à un arrêt cardiaque et à un arrêt respiratoire étaient supérieurs à la fois à la moyenne attendue et aux niveaux d’avant l’épidémie. Les décès survenus entre le 19 juin et le 17 septembre 2021 chez les adolescents, âgés de 15 ans et plus, ont augmenté de 47 % par rapport à la même période l’année dernière. L’augmentation des décès a commencé au moment où les adolescents ont commencé à recevoir des injections de Covid. L’augmentation des décès d’adolescents est également corrélée à l’augmentation considérable des appels demandant une ambulance en raison d’un arrêt cardiaque.

Le Dr Clare Craig a déclaré à GB News la semaine dernière : “Les décès excédentaires que nous observons sont des décès d’origine circulatoire – il s’agit d’accidents vasculaires cérébraux et de crises cardiaques – et ils sont beaucoup plus fréquents chez les jeunes que dans les groupes plus âgés.”

Ci-dessous, le Dr Clare Craig sur GB News demandant une enquête sur la tendance à la surmortalité, 26 novembre 2021.

Le choix des mots de la UKHSA est intéressant

Dans un fil de discussion sur Twitter, le Dr Jonathan Engler, médicalement et juridiquement qualifié, avertit : “Lisez entre les lignes les amis, et notez les choses qu’ils passent sous silence.” Il commente, entre autres, le langage utilisé par l’UKHSA dans ses directives cliniques.

Myocarditis and pericarditis after COVID-19 vaccination: guidance for healthcare professionals, retrieved 2 December 2021

Traduction :

L’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) a reçu des rapports de myocardite et de péricardite suite à la vaccination avec les vaccins COVID-19.

En date du 17 novembre 2021, il y a eu 432 rapports de myocardite et 332 rapports de péricardite suite à l’utilisation du vaccin Pfizer. Il y a eu 101 rapports de myocardite et 57 rapports de péricardite suite à l’utilisation du vaccin Moderna. Quelques cas ont été rapportés suite à l’utilisation du vaccin AstraZeneca, mais étant donné l’utilisation extensive d’AstraZeneca au Royaume-Uni, on pense que ces cas reflètent le taux d’incidence de base attendu des myocardites et péricardites.

Au 17 novembre 2021, le taux de déclaration global pour tous les groupes d’âge pour la myocardite après une vaccination avec le vaccin Pfizer est de 10 par million de doses ; pour la péricardite, il est de 7 par million de doses. Pour Moderna, le taux global de déclaration de myocardite est de 36 par million de doses ; pour la péricardite, il est de 21 par million de doses.

Chez les personnes âgées de moins de 18 ans, le taux déclaré d’inflammation cardiaque (myocardite et péricardite) est de 10 par million de doses (première dose ou dose inconnue) du vaccin Pfizer. Le vaccin COVID-19 de Pfizer est recommandé pour ce groupe d’âge.

_____________________________________________________________________________________________________________

Le JCVI n’a pas recommandé les injections de Covid pour les jeunes de 12 à 15 ans en bonne santé

Début septembre, le Comité mixte sur les vaccinations et l’immunisation (“JCVI”) n’a pas été en mesure de justifier la proposition de l’injection expérimentale aux enfants. On sait que les enfants souffrent rarement de maladies graves liées au Covid, et encore moins qu’ils perdent la vie, et que les injections de Covid ne préviennent pas l’infection ou la transmission. La décision de Chris Whitty et de ses collègues d’injecter des enfants, et la décision du gouvernement de l’appliquer, étaient sans précédent. Avant cela, les conseils du JCVI avaient toujours été suivis.

Pour avoir une idée de la gravité des effets indésirables des injections de Covid, regardez la vidéo ci-dessous : Attention ! Blessures et décès effroyables d’enfants et de jeunes après avoir reçu le vaccin Covid, 25 novembre 2021

Quelques mois avant l’UKHSA, le 19 juillet 2021, l’Agence européenne des médicaments (“EMA”) a publié une communication directe aux professionnels de santé (“DHPC”) concernant le risque de myocardite et de péricardite après des injections de mRNA. Le libellé n’est pas différent de l’avis clinique de l’UKHSA et semble tout aussi “politique”. Vous pouvez lire le DHPC de l’EMA ICI.

Le 23 août 2021, Public Health England (“PHE”) a publié une déclaration : “D’après l’analyse des données britanniques et internationales, il y a eu un signal d’augmentation des cas de myocardite et de péricardite après la vaccination avec les vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna … Des cas de myocardite et de péricardite ont été signalés au Royaume-Uni après la vaccination avec les vaccins COVID-19 … on pense que les cas signalés après le vaccin AZ reflètent le taux de fond attendu de ces conditions.”

Mais le PHE n’a pas agi. Rien n’indiquait que le PHE enquêtait sur les cas de myocardite ou de péricardite induits par le vaccin ou qu’il interrompait le programme d’injection de Covid sur la base du “principe de précaution.”

PHE déclare également “en 2017, on a estimé qu’il y avait environ 2 000 admissions à l’hôpital pour myocardite” et, “dans certains cas de myocardite non liée au vaccin Covid-19, la maladie peut évoluer vers une cardiomyopathie dilatée et une insuffisance cardiaque chronique, avec des preuves impliquant la myocardite dans 12 % des décès soudains chez les adultes de moins de 40 ans.”

Quel taux de base les PHE appliquent-ils à AstraZeneca ? Les 2.000 patients hospitalisés en 2017 ou 12% ? 12% est-il “rare” ou “peu commun” ? Il sera intéressant de voir si les médecins et les infirmières qui “d’abord ne font pas de mal” et les parents des enfants affectés sont d’accord avec la position de PHE selon laquelle la myocardite est un risque de fond ou acceptable.

Selon le rapport de l’UKHSA, il y a eu 533 cas de myocardite et 389 cas de péricardite “après la vaccination contre le Covid-19”. L’UKHSA omet d’indiquer combien de cas ont suivi l’injection d’AstraZeneca, reprenant à son compte la déclaration du mois d’août du PHE : “Certains cas ont été signalés après l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca, mais étant donné l’utilisation extensive d’AstraZeneca au Royaume-Uni, on pense que ces cas reflètent le taux d’incidence de fond attendu des conditions de myocardite et de péricardite.”

Nous avons filtré puis capturé des images de cas de myocardite et de péricardite à partir des données du système Yellow Card de UK Column pour les comparer aux injections d’ARNm. Nous avons vérifié que les chiffres de l’UKHSA pour les injections de mRNA correspondaient à ceux indiqués sur le site Web de UK Column. Voir la comparaison ci-dessous.

Au 17 novembre, le nombre total de troubles cardiaques signalés au système de carte jaune s’élevait à 18 354, dont 290 décès.

Les médias corporatifs ne vous alerteront pas. Le gouvernement, ses conseillers et ses vaccinateurs ne vous alerteront pas. C’est à chacun d’entre nous d’alerter et de prévenir les gens avant que d’autres enfants et jeunes gens ne soient blessés.

Veuillez partager notre article précédent, “Combien de personnes ont été assassinées avec les vaccins Covid-19“, avec tous ceux que vous connaissez. Et aidez à sauver des vies en l’envoyant aux hôpitaux, aux cabinets médicaux, aux maisons de soins, aux écoles, aux journaux, aux journalistes et à toute autre personne concernée. Si vous le souhaitez, vous pouvez ajouter le document ci-dessous qui recense 24 études relatives à des adolescents et jeunes adultes développant une myocardite ou une péricardite suite à l’injection du Covid.

Autres ressources :

Traduction de l’article :

https://dailyexpose.uk/2021/12/03/uk-government-guidance-admits-high-percentage-of-all-hospitalised-children-are-suffering-myocarditis-due-to-covid-injections/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.