Les dirigeants européens veulent une gouvernance mondiale de la santé

Les dirigeants européens tenaient un conseil hier, dont les conclusions valent leur pesant de cachuètes. On retiendra en particulier que, s’agissant de la lutte contre le COVID et les pandémies en général, nos chefs d’Etat proposent d’abdiquer leurs pouvoirs au profit d’une agence européenne et de l’OMS, qui seraient toutes puissantes pour décider des mesures à appliquer sur les territoires nationaux. Ce projet terrifiant est désormais assumé politiquement de façon tout à fait officielle.

Les dirigeants européens se sont réunis hier pour discuter des problèmes du moment. L’attention du public a beaucoup été attirée par la question de la Pologne, qui suscite la colère des Pays-Bas, et accessoirement de la France et de l’Allemagne. Pourtant, le sujet traité le plus important n’était autre que… le COVID 19 et la gestion des pandémies. Et les conclusions ne sont pas piquées des hannetons. 

Les dirigeants européens contre la souveraineté

Sur le sujet des pandémies, donc, voici les conclusions du conseil :

1. Les campagnes de vaccination menées à travers l’Europe ont permis de réaliser des progrès notables dans la lutte contre la COVID-19. Néanmoins, la situation dans certains États membres reste très préoccupante. Afin d’accroître encore les taux de vaccination dans l’ensemble de l’Union, il convient d’intensifier les efforts pour vaincre la méfiance à l’égard des vaccins, y compris en luttant contre la désinformation, notamment sur les plateformes de médias sociaux. Il est nécessaire de rester vigilant en ce qui concerne l’émergence et la propagation d’éventuels nouveaux variants.

2. Compte tenu de l’évolution de la situation épidémiologique, le Conseil européen appelle à poursuivre la coordination pour faciliter la libre circulation dans l’UE et les déplacements vers celle-ci, ainsi qu’à réviser les deux recommandations du Conseil. Il encourage la Commission à accélérer ses travaux en ce qui concerne la reconnaissance mutuelle des certificats avec les pays tiers.

3. Sur la base des expériences tirées de la crise de la COVID-19, la résilience et la préparation horizontale de l’UE face aux crises doivent être renforcées. Afin d’assurer une meilleure prévention des futures situations d’urgence sanitaire dans l’UE, de mieux s’y préparer et de mieux réagir face à celles-ci, le Conseil européen appelle à conclure les négociations sur l’ensemble de mesures législatives relatives à l’union de la santé et à veiller à ce que les États membres soient dûment associés à la gouvernance de l’Autorité de préparation et de réaction en cas d’urgence sanitaire (HERA). Il rappelle la nécessité de faire rapidement avancer les travaux sur l’accès aux médicaments dans tous les États membres.

4. Le Conseil européen réaffirme que l’UE reste déterminée à contribuer à la riposte internationale face à la pandémie et à assurer l’accès aux vaccins pour tous. Il appelle à la suppression rapide des obstacles entravant le déploiement mondial des vaccins et invite la Commission à continuer de dialoguer directement avec les fabricants à cet égard. Cela permettra aux États membres d’accélérer la livraison de vaccins aux pays qui en ont le plus besoin. L’UE continuera de soutenir la production de vaccins et la vaccination dans les pays partenaires.

5. Dans le contexte de la réunion à venir du G20 et dans la perspective de la session extraordinaire de l’Assemblée mondiale de la santé qui se tiendra en novembre, le Conseil européen souligne qu’il est favorable à ce que l’Organisation mondiale de la santé joue un rôle fort et central dans la future gouvernance mondiale de la santé et qu’il soutient l’objectif consistant à convenir d’un traité international sur les pandémies.

On retrouvera ici les objectifs-clés rebattus jour après jour par la caste mondialisée qui tire les ficelles de l’Union :

  • “accroître encore les taux de vaccination”
  • “vaincre la méfiance en luttant contre la désinformation sur les réseaux sociaux” 
  • “coordination pour faciliter la libre circulation” (ce qui signifie passe sanitaire en langage diplomatique)
  • “mesures législatives relatives à l’union de la santé”
  • “accès aux médicaments dans tous les Etats membres”
  • “accès aux vaccins pour tous”
  • “rôle fort et central de l’OMS dans la future gouvernance mondiale de la santé”
  • “traité international sur les pandémies”

Cette énumération permet de vérifier à quel point les gouvernements européens sont ligués autour d’un “mainstream” commun en matière de pandémie, avec des éléments de langage qui reviennent sans cesse à tous les étages de la fusée multilatérale. 

On retiendra du conseil européen qu’il vise aussi à préparer la réunion du G20 où la question de la pandémie sera évoquée. Nous baignons ici dans les eaux du multilatéralisme le plus pur. 

Vers une gouvernance mondiale de la santé

On retiendra de ce texte qu’il exprime une inquiétude et un voeu. 

L’inquiétude est de voir se créer l’Autorité de préparation et de réaction en cas d’urgence sanitaire (HERA) au niveau européen sans véritable concertation. C’est pourquoi les dirigeants européens appellent de leurs voeux à être mieux associés à ce projet que nous avons déjà évoqué. 

Surtout, on découvre que les dirigeants européens parlent de préparer la “future gouvernance mondiale de la santé” avec l’OMS. On n’avait pas clairement entendu parler de ce projet entre nous, et on le découvre un peu sans qu’il n’ait été discuté par personne. 

Un Great Reset sanitaire est en cours

Au fond, c’est en lisant les conclusions des conseils européens qu’on comprend ce qui se trame en sous-main dans les arcanes du monde multilatéral. L’idée dominante est de transformer l’Organisation Mondiale de la Santé en structure de gouvernance mondiale pour les pandémies. C’est donc l’OMS qui déciderait de tout : des vaccins, des traitements, des mesures d’urgence. 

Pareil transfert de souveraineté n’est évidemment ni expliqué aux peuples de l’Union, ni discuté avec eux. La décision est prise et il n’y a plus qu’à l’appliquer. La pandémie aura donc aussi servi à déposséder les peuples de leurs droits et à favoriser l’avènement d’une caste multilatérale toute-puissante. 

La démocratie gagnerait sans doute à ce que cette démarche soit clairement expliquée. 

Source : https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/10/22/les-dirigeants-europeens-veulent-une-gouvernance-mondiale-de-la-sante/

6 thoughts on “Les dirigeants européens veulent une gouvernance mondiale de la santé

  • Il faut être au dessus de ceux qui parlent ils sont comme une ombre ce sont des gens qui haussent la voie pour tenter de garder le pouvoir alors que leur action est morte et ce ne sont pas des dirigeants mais simplement des mortels qui essayent de garder un pouvoir deja mort vous devez vous relever et mettre vos enfants à l’abri battez vous

    Répondre
  • Ceux qui travaillent pour la pharmaceutique seront tous détruits car la vie a toujours défendu ceux qui restent entiers sur le destin de tous ceux qui essayent de nous assieger seront punis il faut absolument faire front sur ces parvenus car ces gens là sont dangereux ils sont avec lindustre du médicament et ensuite nous vaccinerons ces gens là

    Répondre
  • Ping :

  • Rien de surprenant c’était écrit depuis longtemps par ces complotistes de mondialistes fascistes,il suffit de lire un peu,je sais c’est chiant mais sans ça il ne faut pas venir se plaindre que le projet initié par Kissinger et bien d’autres et leurs sbires ne prenne pas effet;lire les georgia guide stones ,les mémoire de David Rockfeller ,des auteurs de Tecvhnocracy et ” entre deux âges ” de zbrezinsky et il y en a une foule d’autres en lecture d’hiver au coin du feu parce que pour le fioul ou le gaz ça pourrait être problèmatique

    Répondre
  • ..Et pour les medias corrompus les complotistes étaient ceux qui mettaient en garde contre ces reptiles

    la vrai racaille n’est pas dans les banlieues,

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.