Les données israéliennes et britanniques offrent des résultats mitigés sur l’efficacité du vaccin contre la souche Delta

Une recherche locale affirme que Pfizer n’a tiré qu’à 41% d’efficacité contre le COVID symptomatique, tandis que les statistiques britanniques l’ont à 88%

Par Nathan Jeffay 22 juillet 2021, 23h51

Un Israélien reçoit un vaccin contre le coronavirus à Petah Tikva, le 6 juin 2021. (Flash90)

De nouvelles données en provenance d’Israël et du Royaume-Uni ont dressé un tableau déroutant et contradictoire jeudi quant à l’efficacité du vaccin COVID-19 de Pfizer dans la lutte contre la variante Delta du coronavirus.

Les nouvelles statistiques du ministère de la Santé ont indiqué qu’en moyenne, le vaccin Pfizer – le vaccin administré à presque tous les Israéliens – n’est désormais efficace que de 39% contre l’infection, tout en n’étant qu’à 41% efficace pour prévenir le COVID symptomatique. Auparavant, le vaccin Pfizer-BioNTech était efficace à plus de 90 % contre l’infection.

Pendant ce temps, une nouvelle étude britannique publiée cette semaine dans le New England Journal of Medicine a révélé que le même vaccin était efficace à 88 % pour prévenir le COVID symptomatique – plus du double du taux trouvé dans les données israéliennes.

Les recherches israéliennes ont convenu, au moins, que le vaccin était très efficace pour éviter les maladies graves, avec une efficacité de 91,4 %.

Certains analystes ont averti que les chiffres sur l’efficacité des vaccins sont sujets à des inexactitudes majeures en raison d’une série de facteurs, notamment des questions sur l’existence de données précises sur les niveaux d’infection parmi les non vaccinés, ce qui est vital pour de telles statistiques.