LES FABRICANTS PREPARENT VACCINS ET TRAITEMENTS CONTRE … devinez quoi ?

LES FABRICANTS PREPARENT VACCINS ET TRAITEMENTS CONTRE … devinez quoi ?

Pfizer investit dans les maladies auto immunes et Moderna propose des vaccins pour lutter contre les virus dormants réveillés par la protéine spike…Au même moment une étude discrète relève que les vaccinés ont deux fois plus de risques de faire un « covid long » que les non vaccinés … Du zona à la maladie de la vache folle… trouvez le point commun…

Les faits

Le groupe américain s’étend. Pfizer a annoncé, lundi 13 décembre, l’acquisition, pour 6,7 milliards de dollars, du laboratoire Arena Pharmaceuticals, qui développe plusieurs traitements contre des maladies inflammatoires auto-immunes.

Moderna, c ‘est clairement 5 vaccins ARN nouveau contre eles virus réveillés par Spike

QUESTION/ CONTRE LES EFFETS LONGS DE LA COVID OU LES EFFETS LONGS D’AUTRE CHOSE…

MAMMIE Bocock@Medic4allHuman·

Selon cette étude préprint,l’un des facteurs de risque du Covid long comprend… 2 doses de doses anti covid
Parmi les patients avec et sans vax,ceux qui avaient été 2 doses avaient + du double de risque de symptômes persistants par rapport à ceux non vax.
https://medrxiv.org/content/10.1101/2022.01.04.21268536v1

COMMENT EXPLIQUER ?

En provoquant la création de la protéine spike par l’organisme les fabricants ont franchi une ligne rouge : utiliser un principe actif de la maladie avec les dangers  de provoquer … la maladie . Cette rupture avec l’esprit de Pasteur  se justifiait par une certitude inocculée avec succès à tous les journalistes :

Après la vaccination, la protéine de pointe est produite de manière très transitoire et en faible quantité, elle nes’échappe pas de la circulation sanguine , disparait rapidement après avoir permis la création d’anticorps…

Dès le début la capacité des vaccins intramusculaires (développant des IGg) à empécher la contamination, était vouée à l’échec : il faut des iGa dans les muqueuses , que seul apporterait un vaccin nasal…

A la lumière de ces faits scientifiquement bien établis, il est vraiment étrange de constater que concernant la «vaccination» anti-COVID, on ne parle que des anticorps (principalement des IgG) circulants. Si un vaccindevait protéger d’un virus respiratoire et de sa transmission à d’autres personnes, il devrait induire uneimmunité basée sur les IgA dans les voies respiratoires, particulièrement supérieures (ORL et trachée).

Plus personne ne croit en cette capacité d’empécher la contamination, quid des formes graves et du bénéfice risque…

Il a bien fallu constater que les « effets secondaires de la vaccination ressemblaient étrangement  à ceux de la maladie  et parfois à ses formes graves

1° TOUT SE PASSE COMME SI LA PROTEINE VACCINALE DECLENCHAIT LA MALADIE…

-Une explosion anormale des cas de covid dans les 15 jours qui suivent l’injection ; au point de ne pas compter dans les vaccinés tous les malades dans les trois semaines post vaccination . Personne ne peut croire que cette anomalie  puisse résulter d’une exposition pré vaccinale  à la covid

Les statistiques sont rarissimes, qui aurait intéret à publier sur le nombre de comtaminations suivant l’injection?

Le phénomène est manifeste dans l’Alberta dans les 3 semaines qui suivent l’injection , toutes les catégories sont concernées …

  • Une explosion des hospitalisations et des décès covid dans les trois semaines qui suivent l’injection mais là encore les stats sont rares de tels cas diagnostiqués juste après la vaccination sont systématiquement classées non vaccinés. Heureusement nous avons l’Alberta , seule la catégorie des plus de 75 ans est concernée. On comprendra mieux la vague de décès post vacc dans les Ehpad en 2021

Mêmes observations en Islande…

  • La correllation temporelle entre période de vaccination et contamination , avant la vague omicron
  • Ces iles qui découvrent la maladie et la vaccination en même temps…

2 Tout se passe comme si la protéine vaccinale spike était toxique

  • La protéine vaccinale toxique

Un vaccin injecté par voie intra-musculaire (IM) induira principalement des anticorps IgG dans le sang, ce qui correspond à la réponse immunitaire à un pathogène introduit par la même voie. Il est bien connu que les vaccins IM génèrent très peu ou pas du tout d’IgA sécrétoires dans les voies aériennes. Par conséquent, une injection IM n’est pas une voie efficace pour préparer le système immunitaire contre les virus respiratoires.

Au cas où une pneumonie généralisée se développerait, les anticorps IgG circulants s’exfiltreraient des capillaires vers les alvéoles pulmonaires et y participeraient à l’élimination du virus. Il est donc concevable qu’une injection IM procure une certaine protection contre les formes graves de la maladie.

Les vaccins ARNm testés pour la première fois sur des animaux montrent que les nanoparticules d’ARNm ne restent pas localement au site de ponction dans le tissu musculaire, comme supposé et revendiqué par les fabricants, mais vont dans les organes à des concentrations parfois dramatiques, où ils sont transférés de cellules en cellules et absorbés en continu. »

Une grave erreur, selon Bridle, était la croyance que la protéine de pointe ne s’échapperait pas dans la circulation sanguine. « Maintenant, nous avons des preuves claires que les vaccins qui fabriquent les cellules de nos muscles deltoïdes fabriquent cette protéine – que le vaccin lui-même, plus la protéine – entre dans la circulation sanguine », a-t-il déclaré.

Après 48 heures (avec un maximum des concentrations observées 8 à 48h), on retrouve cet ARNm surtout dans le foie (jusqu’à 21,5 %), les glandes surrénales, la rate (≤ 1,1 %) et les ovaires (≤ 0,1 %).

La protéine Spike  de la covid généré par l’injection peut rester fort longtemps dans l’organisme, de 15j à un mois… Il semble qu’on la retrouve après plusieurs semaines avec la possibilité de produire une inflammation chronique dans de nombreux organes.

Les résultats de centaines d’études montrent que ses nombreuses potentialités toxiques sont autonomes de la présence du virus SARS-CoV-2 et peuvent reproduire des manifestations cliniques de la maladie Covid (processus inflammatoires, thromboses, dysfonctionnements pulmonaires, neurologiques, cardiovasculaires, hépatiques, intestinaux, rénaux, ORL, cutanés, conjonctivaux).

https://www.francesoir.fr/societe-sante/covid-et-spike-syndrome-ne-pas-confondre

https://www.industrie-techno.com/article/astrazeneca-les-thromboses-pourraient-etre-provoquees-par-des-proteine-spike-anormales.65534

Non seulement les IgG circulant dans le sang échouent à prévenir les infections par les virus respiratoires, mais une réponse immunitaire basée sur les IgG peut même provoquer des réponses inflammatoires nocives, causant des lésions tissulaires sérieuses dans les voies aériennes. En plus d’aggraver une maladie pulmonaire aigüe comme l’infection à Sars ou à Sars-CoV-2, des concentrations élevées d’IgG sont également associées à des maladies inflammatoires pulmonaires chroniques, comme la fibrose pulmonaire idiopathique, la pneumonie d’hypersensibilité chronique 

DR JF LESGARDS

On parle donc ici de la possibilité de provoquer les mêmes symptômes que le COVID mais aussi potentiellement de promouvoir toutes les maladies inflammatoires à moyen et long terme (cardiovasculaires, neurologiques, cancers, auto-immunes) en particulier chez les sujets qui ont déjà un terrain inflammatoire (diabète par ex) ou des antécédents. « Nous devrions surveiller soigneusement les conséquences à long terme de ces vaccins, surtout lorsqu’ils sont administrés à des individus, par ailleurs en bonne santé » (Suzuki YJ, Gychka SG, 2021).

Au niveau de ces effets graves, on sait en particulier que des thromboses sont dues directement à la vaccination, ainsi que des myocardites et péricardites, AVC etc. avec des taux élevés de D-dimères (marqueur de la coagulation) et de CRP (protéine C réactive : marqueur de l’inflammation) (Greinacher A et al., 2021) (Diaz GA et al., 2021) (Dionne A et al., 2021).

La thrombose est la présence anormale d’un caillot de sang qui entraîne une occlusion partielle ou totale? soit d’une veine (thrombose veineuse ou « phlébite »), soit d’une artère (infarctus, AVC).

La myocardite est une inflammation du myocarde (muscle qui, en se contractant, permet au sang de circuler dans les vaisseaux sanguins et de nourrir les organes du corps) entraînant la destruction de ses cellules et diminuant ainsi sa capacité de contraction et sa capacité à fournir un apport en sang. Progressivement, le cœur n’est donc plus capable de pomper du sang. L’inflammation peut s’étendre à tout le muscle cardiaque ou se limiter à une ou quelques zones. Une inflammation étendue dans tout le cœur peut entraîner une insuffisance cardiaque importante, de graves troubles du rythme cardiaque et parfois une mort subite.

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/pourquoi-la-proteine-spike-est-toxique-dans-le-covid-19-et-aussi-dans-les-vaccins

3LES EFFETS DRAMATIQUES A PLUS LONG TERME DE LA PROTEINE SPIKE

Personne ne nie le rôle de la protéine virale mais de plus en plus de preuves s’accumulent sur sa soeur vaccinale…Le réveil du zona, l’herpès, les maladies auto immunes

  • Les pathologies liées au vieillissement PR JP GESLIN

La progéria, la trisomie 21, le syndrome de Cockayne, le syndrome de Werner et… le Covid-19 ?

En étudiant de nouveau la maladie, le stress oxydatif qu’elle génère, son impact sur les fonctions cérébrales ainsi que la part de responsabilités de sa protéine de pointe Spike dans tout ceci, Jean-Pierre G. en arrive à la conclusion que le Covid-19 pourrait induire une sénescence, un vieillissement prématuré. La théorie veut qu’il en soit de même pour les vaccins, dont le fonctionnement repose essentiellement sur l’injection ou la création de la protéine Spike

  • Après une première infection, nombre de virus restent tapis dans le corps, en état de dormance. La spike peut les réveiller et démultiplier ainsi les dégâts qu’ils causent sur l’organisme.

Les multiples injections leur fournissent à tous une occasion en or car, à force d’emballer le système immunitaire, ce dernier s’épuise.

Le phénomène de résurgence viral est bien connu pour le virus de l’herpès labial. Une fois contracté, ce virus est impossible à éradiquer. Il reste à vie dans notre corps, blotti dans des ganglions du cou sans se manifester parfois durant plusieurs années. Il suffit d’une baisse des défenses immunitaires pour qu’il se réactive, après un stress, une grosse fatigue ou une bronchite par exemple, d’où l’apparition intermittente de bouquets de vésicules douloureuses et disgracieuses au bord des lèvres.

Tous les virus de la famille de l’herpès (virus herpétiques) fonctionnent de cette manière : herpès simplex 1 et 2 responsables de l’herpès labial ou génital, virus de la varicelle et du zona, cytomégalovirus et virus Epstein-Barr, à l’origine de la mononucléose infectieuse (la maladie dite du baiser). Indélogeables, ils se camouflent dans l’organisme et restent silencieux jusqu’à ce que le système immunitaire soit suffisamment en berne pour ne plus pouvoir les contenir.

https://www.lefigaro.fr/sciences/le-zona-un-effet-secondaire-inattendu-de-la-vaccination-20210427

  • Le virus d’Epstein-Barr est très répandu puisque plus de 90 % de la population humaine le rencontrerait dans sa vie. Dans la majorité des cas, les personnes qui le contractent ne le savent pas, puisque dans la quasi-totalité des cas, le virus reste silencieux pendant des années, voire pendant toute la vie. Il arrive cependant que ce virus pose des problèmes très passagers lors de l’infection et cause des infections respiratoires, ou déclenche une mononucléose infectieuse. Chez certaines personnes cependant, le virus peut être associé au développement d’autres pathologies plus graves comme le développement de la sclérose en plaques ou d’un cancer 
  • La protéine spike seule, isolée, franchit la barrière hématoencéphalique Quels liens entre les dérèglements menstruels post vaccinaux pour des dizaines de milliers de femmes , les formes d’Alzheimer, de Parkinson et la maladie de la vache folle…

Rappelons également que l’hypothalamus (dans le diencéphale) contrôle l’hypophyse (7 à 8 mm de diamètre), secrétant elle-même six hormones dans sa partie antérieure. Ces six hormones sont l’hormone de croissance (GH) et la prolactine (PRL), cette dernière stimulant la production de lait par les glandes mammaires + quatre autres agissant sur d’autres glandes : la thyréotrophine = thyréostimuline (TSH) active sur la thyroïde (hormones thyroïdiennes) ; la corticotrophine (ACTH) effectrice sur les glandes corticosurrénales (produisant la cortisone) ; contrôle des ovaires et testicules par le biais de l’hormone folliculo-stimulante (FSH) et de l’hormone lutéinisante (LH).

Jean Pierre G https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/que-sont-les-prions-partie-ii-covid

les ARNm de Pfizer et Moderna pourraient induire des maladies dégénératives de type maladies à prion… comme c ‘est le cas pour Mauricette Doyer et une trentaine d’autres en France

Jean-Pierre G.

@JeanPierreG9

Le dernier cas de vMCJ (forme de Creutzfeldt-Jakob) remonte à 2017… Il y avait eu un cas en 2013 et un autre en 2014… Ensuite il faut remonter en 2009 avec 2 cas. https://santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-infectieuses-d-origine-alimentaire/maladie-de-creutzfeldt-jakob/donnees/#tabs

Source : https://pgibertie.com/2022/02/19/les-fabriquants-preparent-vaccins-et-traitements-contre-devinez-quoi/

https://twitter.com/Medic4allHuman/status/1495096847966392326?s=20&t=UmsCWBn_p-zg0V8pWVqiYA

3 thoughts on “LES FABRICANTS PREPARENT VACCINS ET TRAITEMENTS CONTRE … devinez quoi ?

  • Dans la nouvelle normalité, les entreprises créent le problème, provoquent la ruine et la mort, avec l’aide des politiques, et, au final, ils sont susceptibles d’être payés pour guérir (ou faire semblant de le faire) les gens qu’ils ont contribué à rendre malade. Ce monde du tout au pognon ne peut être qu’un monde d’hypocrites. Si vous cherchez dans la littérature sur l’industrie pharmaceutique, de la médecine, des médias, … la littérature critique bien sûr, hé bien tout ce qui se passe pour l’instant était largement prévisible ou, du moins, explicable sans se faire traiter de complotiste car ceux qui ont écrit ces libres (Bad Pharma, Sell Sickness, …) sont loin d’être des complotistes.

  • ils provoquent eux mêmes les maladies avec leurs vaccins, ils font croire ensuite à l’épidémie pour imposer encore plus de doses

    URGENT : à partager en masse, l’OMS manœuvre en cachette pour imposer la dictature mondiale de la piqouze forcé aux peuples et rafles des non piqouzés ou non mis à jour de leurs doses dans les prisons de la piqouze forcé !

    L’OMS veut que les États membres signent un nouveau traité Covid-19 d’ici mai 2022 qui étend l’ancien traité de 2005. Une fois signée par le ministre de la Santé, la Constitution de l’OMS prévaudra sur la constitution d’un pays en cas de catastrophe naturelle ou de pandémie. Depuis que la définition de la pandémie a été modifiée il y a quelques années, l’OMS pourra imposer l’obéissance à n’importe quel pays et imposer des directives de l’OMS au public, qui seront obligatoires, et pas seulement recommandées.

    Le Dr Astrid Stuckelberger, qui a travaillé pour l’OMS pendant 20 ans, prévient que chaque pays devrait envoyer une lettre publique de protestation à l’OMS, affirmant que le peuple n’accepte pas une signature du ministre de la Santé sans référendum.

    L’OMS souhaite que tous les pays signent cette lettre avant mai 2022.

    https://twitter.com/LaPinkRes/status/1493873164052480001

    https://www.consilium.europa.eu/fr/policies/coronavirus/pandemic-treaty/

Commentaires fermés.