L’histoire criminelle de Pfizer : fraude, corruption et utilisation d’enfants nigérians comme cobayes humains

L’histoire criminelle de Pfizer : fraude, corruption et utilisation d’enfants nigérians comme cobayes humains

Article original datant du 15/12/21

Albert Bourla, PDG de Pfizer

Comment Pfizer a-t-il réussi à se repositionner comme le sauveur de l’humanité ?

L’une des transformations culturelles les plus significatives de ces deux dernières années a été la nouvelle glorification de l’industrie pharmaceutique. Une industrie minée par des décennies de fraude, de corruption et de criminalité a réussi à se présenter rapidement comme le sauveur de l’humanité pendant la crise du covid-19. Mais rien n’a changé en soi. Big Pharma privilégie toujours les profits des actionnaires plutôt que la vie des gens. Les agences de réglementation fonctionnent toujours comme des portes tournantes vers les géants pharmaceutiques qu’elles sont censées réglementer. Big Pharma domine toujours les efforts de lobbying à Washington DC et dépense des milliards chaque année pour la publicité des produits pharmaceutiques. Malgré la nature notoirement corrompue de l’industrie pharmaceutique, le PDG de Pfizer, Albert Bourla, a affirmé, lors d’une interview en novembre 2021, qu’un petit groupe de « professionnels de la santé » qui font intentionnellement circuler des « informations erronées » critiquant le récit des vaccins Pfizer sont des « criminels ». Bourla semble avoir oublié l’histoire de sa propre entreprise.

La longue histoire du comportement criminel de Pfizer

  • En 1991, le gouvernement fédéral a infligé à Pfizer une amende record de 3,1 millions de dollars pour avoir violé la loi sur l’eau propre dans son ancienne usine d’Easton, en Pennsylvanie. Pendant six ans, Pfizer a déversé des déchets industriels non traités dans la station d’épuration de l’Easton Area Joint Sewer Authority (Autorité conjointe des égouts de la région d’Easton). Selon l’EPA (WIKI), les rejets non traités de Pfizer ont été à l’origine de la défaillance de la station d’épuration d’Easton, ce qui a entraîné le déversement de déchets industriels et domestiques peu ou pas traités dans le fleuve Delaware pendant plusieurs années.
  • En 1992, Pfizer a accepté de payer entre 165 et 215 millions de dollars pour régler les procès liés à la fracture de sa valve cardiaque Bjork-Shiley Convexo-Concave qui, à l’époque, avait provoqué près de 300 décès et, en 2012, 663 décès.
  • En 1994, Pfizer a accepté de payer 10,75 millions de dollars pour mettre fin aux accusations du ministère de la Justice selon lesquelles la société avait menti pour obtenir l’approbation fédérale d’une valve cardiaque mécanique qui s’est fracturée, tuant des centaines de patients dans le monde entier. Dans le cadre de l’accord, Pfizer a également accepté de payer 9,25 millions de dollars dans les années à venir pour surveiller les patients qui ont reçu le dispositif dans les hôpitaux de l’administration des anciens combattants ou pour payer son retrait. L’accord a été critiqué par les défenseurs des droits des consommateurs qui ont exhorté les autorités gouvernementales à engager des poursuites pénales et ont fait pression pour obtenir une sanction civile plus lourde pour la société multimilliardaire qui avait dissimulé des problèmes de sécurité alors même que le dispositif tuait des patients.
  • En 1996, Pfizer a administré un médicament expérimental lors d’un essai clinique sur 200 enfants au Nigeria, sans jamais dire aux parents que leurs enfants étaient les sujets d’une expérience. Onze des enfants sont morts et de nombreux autres ont souffert d’effets secondaires tels que des lésions cérébrales et des défaillances d’organes. Un rapport du ministère de la santé du Nigeria a conclu que l’expérience était « un essai illégal d’un médicament non enregistré », un « cas évident d’exploitation des ignorants » et une violation du droit nigérian et international. Pfizer n’a pas obtenu le consentement des patients et ne les a pas informés qu’ils étaient les sujets d’une expérience et non les destinataires d’un médicament homologué.
  • En 2002, Pfizer a accepté de payer 49 millions de dollars pour régler les allégations selon lesquelles la société pharmaceutique avait fraudé le gouvernement fédéral et 40 États en facturant trop cher son traitement contre le cholestérol Lipitor. Les ventes de Lipitor se sont élevées à 6,45 milliards de dollars en 2001.
  • En 2004, Pfizer a accepté de plaider coupable à deux délits et a payé 430 millions de dollars de pénalités pour régler les accusations selon lesquelles elle avait frauduleusement fait la promotion du médicament Neurontin pour des utilisations non approuvées. Pfizer a reconnu avoir commercialisé de manière agressive le médicament contre l’épilepsie par des moyens illicites pour des affections sans rapport avec celui-ci, notamment le trouble bipolaire, la douleur, les migraines et le sevrage de drogues et d’alcool. Les tactiques de Pfizer consistaient notamment à placer des agents de la société dans le public lors d’événements de formation médicale et à soudoyer des médecins avec des voyages de luxe.
  • En 2008, le New York Times a publié un article intitulé « Des experts concluent que Pfizer a manipulé des études ». Pfizer a retardé la publication d’études négatives, a déformé des données négatives pour les présenter sous un jour plus positif et a contrôlé le flux des données de recherche clinique afin de promouvoir son médicament contre l’épilepsie, le Neurontin. Pfizer a mis fin à son programme de commercialisation du Neurontin en 2004, après que le médicament est devenu disponible sous forme de générique. La même année, l’entreprise a versé 430 millions de dollars pour régler les plaintes pénales et civiles fédérales selon lesquelles l’une de ses filiales avait fait la promotion du médicament pour des utilisations non approuvées.
  • En 2009, Pfizer a été condamnée à une amende de 2,3 milliards de dollars, ce qui constituait alors le plus important règlement de fraude dans le domaine de la santé et la plus importante amende pénale jamais imposée aux États-Unis. Pfizer a plaidé coupable d’avoir dénaturé l’antidouleur Bextra avec « l’intention de frauder ou d’induire en erreur », en faisant la promotion du médicament pour traiter la douleur aiguë à des doses que la FDA avait auparavant jugées dangereusement élevées. Le gouvernement a allégué que Pfizer avait versé des pots-de-vin à des médecins complaisants et avait également fait la promotion illégale de trois autres médicaments : l’antipsychotique Geodon, un antibiotique, le Zyvox, et l’antiépileptique Lyrica.
  • En 2009, Pfizer a versé 750 millions de dollars pour régler 35 000 plaintes selon lesquelles son médicament, le Rezulin, était responsable de 63 décès et de dizaines de défaillances du foie. Le retrait du Rezulin du marché américain le 21 mars 2000 a fait suite à des négociations entre le fabricant du médicament et la FDA. Les hauts responsables de la FDA avaient longtemps soutenu le médicament malgré le nombre croissant de décès et l’absence d’avantages prouvés de Rezulin pour sauver des vies. La position des responsables de la FDA contrastait avec celle de leurs homologues britanniques, où le Rezulin a été retiré du marché le 1er décembre 1997.
  • En 2010, Pfizer a été condamné à payer 142,1 millions de dollars de dommages et intérêts pour avoir violé la loi fédérale contre le racket en vendant et en commercialisant frauduleusement le Neurontin pour des utilisations non approuvées par la FDA. Le jury a estimé que la commercialisation du Neurontin par Pfizer violait à la fois la Racketeer Influenced and Corrupt Organizations Act (RICO WIKI-US) et la California’s Unfair Competition Law (La loi californienne sur la concurrence déloyale).
  • En 2010, le New York Times a publié un article intitulé « Pfizer Gives Details on Payments to Doctors » (Pfizer donne des détails sur les paiements aux médecins). Pfizer a admis avoir versé environ 20 millions de dollars à 4 500 médecins et autres professionnels de la santé pour des consultations et des interventions en son nom au cours des six derniers mois de 2009. Pfizer a également versé 15,3 millions de dollars à 250 centres médicaux universitaires et autres groupes de recherche pour des essais cliniques au cours de la même période. Les divulgations étaient exigées par un accord que l’entreprise a signé pour mettre fin à une enquête fédérale sur la promotion illégale de médicaments pour des utilisations non indiquées sur l’étiquette.
  • En 2010, Blue Cross Blue Shield a intenté une action en justice contre Pfizer, accusant le géant pharmaceutique d’avoir illégalement soudoyé 5 000 médecins en leur offrant de somptueuses vacances dans les Caraïbes, des parties de golf, des massages et d’autres activités récréatives afin de les convaincre d’utiliser le Bextra à des fins non indiquées sur l’étiquette.
  • En 2010, des câbles ayant fait l’objet d’une fuite entre Pfizer et des responsables américains au Nigeria ont montré que Pfizer avait engagé des enquêteurs pour déterrer des preuves de corruption à l’encontre du procureur général nigérian afin de le faire chanter pour qu’il abandonne les poursuites judiciaires concernant l’essai controversé du Trovan en 1996, impliquant des enfants atteints de méningite. En 2009, Pfizer a accepté de verser 75 millions de dollars aux familles lésées lors de l’essai du médicament en 1996, mais les câbles suggèrent que le géant américain du médicament cherchait à faire chanter le procureur général nigérian pour qu’il abandonne le procès fédéral de 6 milliards de dollars contre Pfizer. Les fuites montrent que les enquêteurs de Pfizer transmettaient des informations « préjudiciables » aux médias locaux et menaçaient le procureur général de publier des informations encore plus préjudiciables s’il n’abandonnait pas le procès. L’action en justice de 6 milliards de dollars a été abandonnée en 2009.
  • En 2012, la Securities and Exchange Commission a accusé Pfizer Inc. d’avoir violé la loi sur les pratiques de corruption à l’étranger (FCPA – WIKI) lorsque ses filiales ont soudoyé des médecins et d’autres professionnels de la santé employés par des gouvernements étrangers en Bulgarie, en Chine, en Croatie, en République tchèque, en Italie, au Kazakhstan, en Russie et en Serbie afin de gagner des marchés. Selon la SEC (Commission des opérations de bourseWIKI), des employés des filiales de Pfizer ont autorisé et effectué des paiements en espèces et fourni d’autres incitations pour soudoyer des médecins gouvernementaux afin qu’ils utilisent les produits Pfizer.
  • En 2012, Pfizer avait versé 1,2 milliard de dollars pour régler les plaintes de près de 10 000 femmes selon lesquelles son médicament de traitement hormonal substitutif, le Prempro, avait provoqué un cancer du sein. Les accords relatifs au Prempro interviennent après six ans de procès, au cours desquels plusieurs plaignantes se sont vu attribuer des dizaines de millions de dollars, y compris des dommages-intérêts punitifs pour les actions du fabricant de médicaments qui a dissimulé des informations sur le risque de cancer du sein du Prempro.
  • En 2013, Pfizer a accepté de payer 55 millions de dollars pour régler les accusations criminelles de ne pas avoir averti les patients et les médecins des risques de maladie rénale, de lésion rénale, d’insuffisance rénale et de néphrite interstitielle aiguë causés par son inhibiteur de la pompe à protons, Protonix.
  • En 2013, Pfizer a mis de côté 288 millions de dollars pour régler les réclamations de 2 700 personnes selon lesquelles son médicament, le Chantix, provoquait des pensées suicidaires et des troubles psychologiques graves. La FDA a déterminé que le Chantix est probablement associé à un risque plus élevé de crise cardiaque.
  • En 2014, Pfizer a payé 35 millions de dollars pour régler un procès accusant sa filiale de promouvoir le Rapamune, un médicament pour les greffes de rein, pour des utilisations non approuvées, notamment en soudoyant des médecins pour qu’ils le prescrivent à leurs patients. Selon le procureur général de New York, Eric Schneiderman, qui a mené l’enquête, Wyeth a incité les médecins à pousser le médicament pour des utilisations non approuvées, en s’appuyant sur des « présentations trompeuses de données. »
  • En 2016, Pfizer a été condamné à une amende record de 84,2 millions de livres sterling pour avoir surfacturé le NHS (WIKI) pour son médicament anti-épilepsie, la phénytoïne, de 2 600 % (de 2,83 à 67,50 livres sterling la capsule), faisant passer le coût pour les contribuables britanniques de 2 millions de livres sterling en 2012 à environ 50 millions de livres sterling en 2013.

Il ne s’agit là que d’une liste partielle de la fraude, de la corruption et de la criminalité de Pfizer. Il existe d’autres exemples de Pfizer testant de manière non éthique des produits pharmaceutiques dans les pays les plus pauvres du monde et participant à d’autres actions criminelles.

Des lanceurs d’alerte exposent les essais du vaccin Covid-19 de Pfizer

Alors que le PDG de Pfizer estime qu’il est criminel de remettre en question l’intégrité de son entreprise pharmaceutique, de nombreux lanceurs d’alerte ont déjà dénoncé le manque d’intégrité des tests du vaccin covid-19 de Pfizer. La revue médicale de premier plan, The BMJ (British Medical JournalWIKI), a publié un rapport exposant des données falsifiées, des échecs d’essais en aveugle, des vaccinateurs mal formés et un suivi lent des effets indésirables lors de l’essai de phase 3 des vaccins de thérapie génique de Pfizer. Lorsque la lanceuse d’alerte a fait part de ses préoccupations à la Food and Drugs Administration (FDA: Agence américaine de la nourriture et du médicament- WIKI), elle a été licenciée le jour même au motif qu’elle ne convenait pas. La FDA n’a jamais inspecté le site de l’essai clinique faisant l’objet de la plainte du dénonciateur.

Une autre lanceuse d’alerte nommée, Maddie de Garay, s’est portée volontaire pour l’essai Pfizer destiné aux jeunes de 12 à 15 ans. 24 heures après sa deuxième dose, elle s’est retrouvée aux urgences. Elle est maintenant en fauteuil roulant, a besoin d’une sonde d’alimentation par le nez et souffre toujours 9 mois plus tard. Maddie était l’un des 1 131 enfants participant à l’essai clinique de Pfizer pour les enfants âgés de 12 à 15 ans. Pfizer a officiellement enregistré l’événement indésirable de Maddie comme « douleur abdominale » lors de la communication des résultats de l’essai clinique à la FDA. Si nous savons que la pathologie dévastatrice de Maddie, qui a changé sa vie, est enregistrée comme « douleur abdominale » dans les essais cliniques, quels autres événements indésirables graves ont été cachés par Pfizer et ignorés par la FDA ?

L’avocat Aaron Siri et un groupe de plus de 30 scientifiques, professionnels de la santé et journalistes ont demandé à la FDA « toutes les données et informations relatives au vaccin Pfizer« , y compris les données sur la sécurité et l’efficacité, les rapports sur les effets indésirables et la liste des ingrédients actifs et inactifs. La FDA a réussi à examiner les 329 000 pages de données et à accorder une autorisation d’urgence au vaccin Pfizer en seulement 108 jours, mais elle demande maintenant 75 ans pour rendre ces informations publiques. Siri a écrit sur son Substack : « Alors, mettons les choses au clair. Le gouvernement fédéral protège Pfizer de toute responsabilité. Lui donne des milliards de dollars. oblige les Américains à prendre ses produits. Mais ne vous laisse pas voir les données prouvant la sécurité et l’efficacité de son produit. Pour qui le gouvernement travaille-t-il ?« 

https___bucketeer-e05bbc84-baa3-437e-9518-adb32be77984.s3.amazonaws.com_public_images_06d6b5ba-9b68-4de4-b698-cbc710b0dada_800x1280-318x1024
  • Mark McClellan À gauche, l’ancien commissaire de la FDA chargé de réglementer Johnson & Johnson. À droite, un membre actuel du conseil d’administration de Johnson & Johnson.

 

 

 

  • Scott Gottlieb À gauche, l’ancien commissaire de la FDA chargé de réglementer Pfizer. À droite, un membre actuel du conseil d’administration de Pfizer.

 

 

 

  • Stephen Hahn À gauche, l’ancien commissaire de la FDA chargé de réglementer Moderna. À droite, l’actuel directeur médical de Flagship Pioneering – la société de capital-risque à l’origine de Moderna.

 

 

  • James C. Smith À gauche, le PDG de Reuters chargé d’informer les gens sur les vaccins COVID-19. À droite, un membre actuel du conseil d’administration de Pfizer.

 

 

  • Anthony Fauci À gauche, le directeur du NIAID (Institut National des Allergies et Maladies Infectieuses), qui dépend des National Institutes of Health. À droite, le bailleur de fonds de la recherche sur les armes biologiques sur le gain de fonction des coronavirus de chauve-souris à l’Institut de virologie de Wuhan.

La porte tournante de la réglementation pharmaceutique

Dans une interview de décembre 2021, le président de la Banque mondiale, David Malpass, a déclaré que Pfizer ne donnera pas d’injections d’ARNm aux pays où ils risquent des responsabilités légales pour les effets secondaires. M. Malpass a déclaré : « Pfizer a hésité à aller dans certains pays en raison des problèmes de responsabilité, ils n’ont pas de bouclier de responsabilité. » Cela montre clairement que Pfizer n’agit pas dans l’optique d’une amélioration de la société. Il s’agit de profit et les gens du monde entier ont tout à fait le droit de remettre en question l’intégrité de Pfizer sur la base de son passé criminel et de ses actions actuelles.

Comme je l’ai écrit dans des articles précédents, il s’agit toujours d’une pandémie de personnes non traitées, car les organismes de réglementation contrôlés refusent de fournir des protocoles de traitement précoce avec des médicaments hors brevet efficaces et bon marché. Dans quelle mesure ce refus de traiter les patients est-il dû à l’influence de Big Pharma sur les organismes de réglementation contrôlés ? Et, au dire de tous, les injections de thérapie génique à l’ARNm du covid ne parviennent pas à enrayer la propagation de la maladie dans le monde entier, mais Pfizer prévoit de réaliser 33,5 milliards de dollars de recettes de vaccins en 2021 et s’attend à des bénéfices encore plus importants en 2022 si elle parvient à continuer de convaincre le monde que ses produits pharmaceutiques sont le sauveur de l’humanité.


Téléchargements

Joe Rogan Experience #1747 – Dr. Peter McCullough

Le Dr Peter A. McCullough, MD, MPH (Master of Public Health – Maîtrise en santé publique), est un cardiologue certifié qui a témoigné devant les commissions du Sénat des États-Unis et du Texas concernant le traitement du COVID-19 et la gestion de la pandémie en cours. Il rejoint Joe Rogan pour discuter du traitement précoce, des vaccins et de tout ce qui concerne le COVID-19 dans l’épisode du podcast le plus important de 2021. Regardez ici.

Ordres des médecins – Un documentaire de DefendingTheRebuplic.Org

Defending The Republic a produit un documentaire, Doctors Orders, sur les questions relatives au covid-19. Le documentaire présente le Dr Vladimir Zelenko, le Dr Bradley Meyer, le Dr Ted Fogarty et d’autres professionnels de la santé qui expliquent comment notre système médical a failli au peuple américain en bloquant des options de traitement précoce sûres et efficaces pour le covid-19. Regardez ici.

Le Dr Robert Malone publie une déclaration contre la vaccination des enfants en bonne santé

Avant de faire vacciner votre enfant, ce qui est irréversible et peut causer des dommages permanents, découvrez pourquoi 15 000 médecins et scientifiques médicaux du monde entier ont signé une déclaration affirmant publiquement que les enfants en bonne santé ne doivent PAS être vaccinés contre le COVID-19. Au nom de ces médecins et scientifiques, le Dr Robert Malone, qui a consacré sa carrière au développement de vaccins, fournit aux parents une déclaration claire exposant les faits scientifiques à l’origine de cette décision. Regardez ici.

Une nouvelle étude d’envergure révèle qu’aucun enfant allemand en bonne santé n’est décédé du COVID

Des médecins-scientifiques allemands ont rapporté lundi que pas un seul enfant en bonne santé âgé de 5 à 18 ans n’est mort du Covid en Allemagne au cours des 15 premiers mois de l’épidémie. Pas un seul. Les maladies graves ont également été extrêmement rares. Selon les chercheurs, la probabilité qu’un enfant en bonne santé âgé de 5 à 11 ans ait besoin de soins intensifs à cause du Covid était d’environ 1 sur 50 000. Pour les enfants plus âgés et plus jeunes, la probabilité était d’environ 1 sur 8 000. Lire ici.

Plus de 400 études sur l’échec des mesures Anti-COVID

De nombreuses preuves montrent que les mesures de confinement COVID-19, les politiques d’abris sur place, les masques, les fermetures d’écoles et les mandats de port de masques ont échoué dans leur objectif de freiner la transmission ou de réduire les décès. Ces politiques restrictives ont été des échecs inefficaces et dévastateurs, causant d’immenses dommages, en particulier aux personnes les plus pauvres et les plus vulnérables au sein des sociétés. La recherche indique que les mandats de port de masques, les fermetures d’établissements et les fermetures d’écoles n’ont eu aucun impact discernable sur les trajectoires du virus. Lire ici. (Voir article DéQodeurs)

Source : https://kanekoa.substack.com/p/pfizers-history-of-fraud-corruption

Via : https://lesdeqodeurs.fr/la-fraude-corruption-et-utilisation-denfants-nigerians-comme-cobayes-humains-par-pfizer/