L’hypothèse d’un passe sanitaire généralisé au travail crispe les partenaires sociaux

L'hypothèse d'un passe sanitaire généralisé au travail crispe les partenaires sociaux

Chez les partenaires sociaux, le scepticisme est de mise, notamment sur l'application d'une telle mesure.
 

Syndicats et patronat étaient consultés ce lundi par Élisabeth Borne. L’application d’une telle mesure suscite nombre d’interrogations.

 

«Inefficace», procédé «punitif» pouvant générer de la «tension»: l’idée d’un passe sanitaire étendu à l’ensemble des entreprises suscite de fortes réticences chez les partenaires sociaux, consultés lundi par la ministre du Travail, Élisabeth Borne, qui assure que «rien n’est acté». Généraliser le passe à toute la sphère professionnelle – au-delà des secteurs de la santé et au contact du public comme c’est le cas aujourd’hui – n’est qu’une «hypothèse», a souligné dimanche le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. «Rien n’est acté à ce stade», a renchéri lundi Élisabeth Borne, à l’issue d’une réunion en visioconférence avec les partenaires sociaux.

«Ce qui ressort des échanges c’est que les organisations syndicales n’y sont pas favorables, et que les organisations patronales sont réservées et s’interrogent sur les modalités pratiques de mise en œuvre», a-t-elle noté auprès de l’AFP. L’exécutif ne cache cependant pas sa volonté de trouver les moyens de mettre la pression sur les non-vaccinés face à la cinquième vague du Covid-19 et l’arrivée du variant Omicron en France.

Pour le «Monsieur vaccin» du gouvernement, Alain Fischer, qui s’exprimait lundi sur France Inter, cette extension, «sous un angle scientifique, c’est sûr que c’est une protection supplémentaire qui devrait éviter une crise sanitaire grave». Mais chez les partenaires sociaux, le scepticisme est de mise, notamment sur l’application d’une telle mesure.

«Usine à gaz»

Selon François Asselin (CPME), au fil de la réunion, il y a eu «plus de questions abordées que de réponses apportées». Il a cité notamment le contrôle du passe, la situation des salariés qui ne repassent pas tous les jours dans l’entreprise ou encore la question du secret médical. «Je ne suis pas sûr qu’il faille en passer par là pour convaincre les non-vaccinés», a-t-il ajouté. Du côté du Medef, un porte-parole a relevé que cela «semble une manière d’imposer la vaccination par l’intermédiaire des entreprises. Or c’est au gouvernement d’assumer cette responsabilité».

Pour l’Union des entreprises de proximité (U2P), «il faut mettre la priorité sur la continuité de l’activité. Donc si ça doit passer par un passe, pourquoi pas. Mais il ne faut pas que ce soit punitif», souligne l’organisation patronale en allusion à la pénalité de 45.000 euros pour non-vérification de passe actuellement en vigueur. «Est-ce aux chefs d’entreprise d’exercer des pouvoirs de police ?», s’interrogeait dimanche sur Franceinfo le président délégué du Medef, Patrick Martin, dont l’organisation réserve sa position et attend l’issue des discussions avec le gouvernement. Benoît Serre, vice-président de l’Association nationale des DRH, a évoqué lundi sur Sud Radio «une usine à gaz» susceptible de générer «de la tension» au sein des entreprises.

Hostilité des syndicats

Du côté des syndicats, le ton est nettement hostile, plusieurs d’entre eux relevant à l’issue de la réunion que cela pose «tout un tas de questions»: qui va contrôler ? quelles sanctions ?, etc. Au nom de la CFDT, Marylise Léon s’est déclarée «très, très sceptique», craignant des situations «vraiment conflictuelles» dans certaines sociétés. Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, avait fustigé avant même la réunion une mesure «absurde et totalement inefficace», tandis que pour Michel Beaugas (FO), «mieux vaut convaincre et inciter que contraindre». Cyril Chabanier (CFTC) s’est dit «très réservé», notant qu’au vu de l’opposition «un peu totale», «ça risque de freiner», tandis que François Hommeril (CFE-CGC) a relevé que les clusters en entreprise restent «très exceptionnels», jugeant qu’«à ce titre, le passe ne sert à rien».

Soulignant que l’objectif de la réunion était «de regarder tous les leviers qu’on peut mobiliser face au variant Omicron», qui est «beaucoup plus contagieux», Élisabeth Borne a par ailleurs fait état d’un «relatif consensus sur le fait de remonter la cible actuelle à trois, quatre jours de télétravail par semaine», contre deux à trois jours actuellement. Après la ministre du Travail, ce sera mardi au tour de la ministre de la Fonction publique, Amélie de Montchalin, d’ouvrir une consultation «sur toutes les mesures de protection possibles avec les syndicats de la fonction publique», selon son entourage. Le Premier ministre Jean Castex doit lui recevoir les groupes parlementaires pour discuter des futurs champs d’application du passe sanitaire.

Source : https://www.lefigaro.fr/flash-eco/le-passe-sanitaire-en-entreprise-serait-absurde-juge-philippe-martinez-20211220

One thought on “L’hypothèse d’un passe sanitaire généralisé au travail crispe les partenaires sociaux

  • Alors les Syndicats, c’est peut-être le moment de montrer que vous en avez et que ce sont les travailleurs que vous défendez !

Commentaires fermés.