L’inflation dépasse la barre des 5% sur un an en mai, une première depuis septembre 1985

L’inflation a connu une nouvelle accélération en France au mois de mai, à 5,2% sur un an, dépassant la barre des 5% pour la première fois depuis septembre 1985, selon une première estimation dévoilée par l’Insee.

L’inflation accélère en France à 5,2% sur un an en mai, selon une estimation de l’Insee du 31 mai, un niveau jamais atteint depuis septembre 1985. La hausse des prix sur un an s’était établie à 4,8% en avril, atteignant déjà un plus haut en près de 37 ans. En mai, les prix sont en hausse pour tous les postes de consommation recensés par l’Institut national de la statistique, avec notamment une nouvelle poussée dans l’énergie.

«Après leur repli le mois précédent, les prix de l’énergie se redresseraient en lien avec le rebond des prix des produits pétroliers», détaille l’Insee. 

Ils accélèrent ainsi de 28% sur un an, après une hausse de 26,5% en avril. Les prix de l’alimentation progressent quant à eux de 4,2% (3,8% le mois dernier) et ceux des services de 3,2% (3% en avril). Le 17 mai, lors d’une réunion dédiée au secteur pétrolier, Vladimir Poutine avait souligné qu’en se passant des ressources énergétiques russes en réponse à l’offensive de Moscou en Ukraine, l’Europe devenait la région où les prix de ces dernières devenaient «les plus élevés». 

Au sein des produits alimentaires, la flambée des prix est particulièrement marquée pour les viandes, les pâtes et les farines. Leur prix de vente s’est ainsi affiché en hausse de plus de 10% sur un an en mai, selon des données du cabinet d’études spécialisé IRI.

L’inflation, «un phénomène généralisé»

Après avoir été tirée pendant des mois par la seule hausse des prix de l’énergie, «l’inflation est très clairement en train de devenir un phénomène généralisé», estime l’économiste d’ING France Charlotte de Montpellier, interrogée par l’AFP. «Dans toutes les grandes catégories, l’inflation est donc désormais supérieure à l’objectif de 2%» fixé par la Banque centrale européenne, souligne-t-elle.

Base de comparaison entre pays européens, l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) augmenterait de 5,8% sur un an en mai, après 5,4% en avril selon l’Insee.

La comparaison entre la France et ses voisins européens reste cependant plutôt flatteuse, l’inflation allemande ayant enregistré un nouveau record le 30 mai (+7,9% sur un an en mai). Le 31 mai au matin, la zone euro a elle aussi atteint un nouveau sommet avec un taux d’inflation de 8,1% sur un an selon Eurostat, en nette hausse par rapport au taux de 7,4% enregistré en avril. En Espagne et en Italie enfin, la hausse des prix s’est à nouveau accélérée en mai après un ralentissement en avril.

Aux Etats-Unis en revanche, deux récents indicateurs ont pointé un ralentissement de l’inflation au mois d’avril, même si elle se maintient à un niveau exceptionnellement élevé. L’Insee doit publier mi-juin son estimation définitive de l’inflation au mois de mai. Dans sa dernière note de conjoncture, l’institut prévoyait une inflation de 5,4% sur un an en juin.

Source