L’Irlande, vaccinée à 93 %, est retournée en ” confinement partiel “, avec un couvre-feu à minuit.

Au milieu de ce que l’on appelle une quatrième vague d’infections frappant l’Irlande, pays hautement vacciné, le gouvernement a dévoilé mardi de nouvelles restrictions liées au Covid, à un moment où beaucoup craignent que le pays ne se dirige vers un confinement national complet avant Noël.

Les nouvelles mesures entrent en vigueur vendredi, bien que les responsables gouvernementaux aient confirmé qu’au moins 93 % de l’ensemble de la population irlandaise éligible est entièrement vaccinée. Cela fait de l’Irlande l’un des pays les plus vaccinés au monde, et pourtant, à l’instar de ce qu’ont connu le Royaume-Uni, Israël et plus récemment l’Autriche, les taux d’infection continuent d’exploser.

Les cas en Irlande ont augmenté de 275% au cours du mois dernier, même avec des passeports vaccinaux et 94% de toutes les personnes de plus de 18 ans au moins partiellement vaccinées, mais d’une manière ou d’une autre, les politiciens et les médias continuent de s’en tirer en disant que les passeports vaccinaux peuvent mettre fin à la pandémie

Les nouvelles restrictions irlandaises, que l’on qualifie de ” verrouillage partiel “, comprennent un couvre-feu de minuit à l’échelle nationale, de nouvelles directives sur le ” travail à domicile ” encourageant tous ceux qui le peuvent à travailler depuis leur domicile, ainsi qu’une application plus stricte des laissez-passer Covid déjà existants, qui seront désormais exigés par la loi dans les cinémas et les théâtres.

À l’approche des fêtes de fin d’année, c’est le couvre-feu de minuit qui est particulièrement controversé, car il touchera de manière disproportionnée les pubs, les restaurants et les lieux de divertissement.

Une organisation du secteur des bars, la Vintners’ Federation of Ireland (VFI), qui représente quelque 4 000 propriétaires de pubs irlandais (ou publicans), a réagi comme suit :

“La nouvelle de la réintroduction des heures d’ouverture restreintes est extrêmement décevante pour les nombreux pubs et boîtes de nuit ouverts tard le soir, dont beaucoup seront désormais obligés de fermer trois semaines seulement après leur réouverture.”

La déclaration précise que “la décision d’introduire une nouvelle heure de fermeture à minuit entraînera la fermeture effective de nombreux pubs et boîtes de nuit ouverts tard le soir. Elle limitera aussi sérieusement les autres points de vente à la période la plus critique de l’année.”

Nombre d’entre eux ont déjà survécu à plus d’un an de fermetures forcées, par intermittence, depuis le début de la pandémie, sapant ainsi le secteur de l’hôtellerie et de la restauration qui ne fait que commencer à réapparaître.

Comme à l’accoutumée, de nombreux responsables et experts irlandais rejettent la faute sur les personnes non vaccinées, bien que des médias grand public comme Sky News soulignent l’évidence :

L’incidence de la maladie sur 14 jours est actuellement de 959 pour 100 000 personnes.

Et ce, bien que la population irlandaise soit l’une des plus vaccinées, avec environ 93 % de tous les adultes entièrement vaccinés.

Nous assistons donc une fois de plus à une société ultra-vaccinée qui connaît une poussée incontrôlable du virus, mais le refrain des dirigeants gouvernementaux reste les mêmes ” solutions ” simplistes : plus de restrictions, plus de vaccins, moins de liberté.

Traduction de l’article :