L’ONU a recruté plus de 100 000 ” agents numériques de première intervention ” pour promouvoir le récit de la théorie du COVID.

Au plus fort de la pandémie, les Nations unies ont recruté plus de 100 000 “premiers intervenants numériques” pour faire passer le discours de l’establishment sur le COVID via les médias sociaux.

La révélation a été faite en octobre 2020 lors d’un podcast du Forum économique mondial intitulé “Seeking a cure for the infodemic”, mais elle n’est devenue virale sur Twitter qu’aujourd’hui.

La révélation a en fait glissé en octobre 2020 lors d’un podcast du Forum économique mondial intitulé « Chercher un remède à l’infodémie », bien qu’il ne devienne viral sur Twitter qu’aujourd’hui.

Dans le podcast, Melissa Fleming, responsable de la communication mondiale pour les Nations Unies, explique comment la pandémie de COVID et les confinements ont créé une « crise de communication » en plus d’une urgence de santé publique.

Fleming a reconnu que pour lutter contre la soi-disant « désinformation » sur la pandémie, l’ONU a mobilisé 110 000 personnes pour amplifier leurs messages sur les médias sociaux.

« Jusqu’à présent, nous avons recruté 110 000 bénévoles de l’information, et nous dotons ces bénévoles de l’information du genre de connaissances sur la façon dont la désinformation se propage et leur demandons de servir de sorte de « premiers intervenants numériques » dans les espaces où la désinformation circule », a déclaré Fleming.

C’était il y a près de 2 ans. On ne sait pas combien de « premiers intervenants numériques » ont été recrutés jusqu’à présent.

Le Forum économique mondial · À la recherche d’un remède contre l’infodémie

Les efforts similaires visant à créer des campagnes de sensibilisation pour faire passer un message spécifique ne sont pas nouveaux, mais lorsque des entités telles que les compagnies pétrolières s’engagent dans cette voie, elles sont accusées de truquer la discussion.

Cependant, quand les technocrates mondialistes de l’ONU ou du WEF le font, apparemment ça va.

L’année dernière, il a été révélé que le gouvernement britannique avait utilisé des tactiques de peur « propagandistes » pour effrayer le public afin qu’il se conforme de masse pendant le premier confinement COVID, selon un scientifique du comportement qui travaillait à Downing Street.

Des scientifiques au Royaume-Uni travaillant comme conseillers pour le gouvernement ont admis avoir utilisé ce qu’ils ont concédé plus tard être des méthodes « contraires à l’éthique » et « totalitaires » pour instiller la peur dans la population afin de contrôler le comportement pendant la pandémie.

Comme nous l’avons souligné précédemment, le Forum économique mondial plaide maintenant pour la fusion des systèmes d’intelligence humaine et artificielle afin de censurer le « discours de haine » et la « désinformation » en ligne avant même qu’il ne soit autorisé à être publié.

Dans ce que certains ont appelé la « censure préventive », le WEF est en train de créer un système qui empêcherait les messages d’apparaître s’ils échouent au filtre de censure.

Bien sûr, le WEF, qui est tristement célèbre pour avoir bloqué ses critiques sur Twitter, n’abuserait jamais d’un tel système pour se protéger de l’examen.

Article original : ZeroHedge