L’Ukraine fait pression pour débrancher la Russie d’Internet,

Des responsables ukrainiens demandent à l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), organisation clé dans le fonctionnement de l’internet, de déconnecter tous les sites russes du réseau informatique mondial. « Cher Monsieur le Président et Directeur Général, en tant que représentant de l’Ukraine au GAC ICANN, je vous envoie cette lettre au nom du peuple ukrainien, vous demandant de répondre à un besoin urgent d’introduire des sanctions strictes contre la Fédération de Russie dans le domaine de la régulation des DNS, en réponse à ses actes d’agression envers l’Ukraine et ses citoyens », a écrit Nabok, Andriy, représentant de l’Ukraine à ICANN.

Rappelons que tous les dispositifs connectés à l’Internet (ordinateurs, téléphones, portables et autres) possèdent un numéro unique appelé « adresse IP ». Cette adresse, à l’instar d’une adresse postale, permet d’envoyer des messages, des vidéos et autres paquets de données d’un point de l’Internet vers un dispositif identifié de manière unique par son adresse IP.

Les adresses IP peuvent être difficiles à retenir. C’est pourquoi au lieu de numéros, le système des noms de domaine de l’Internet utilise des lettres, des chiffres et des traits d’union, pour créer un nom plus facile à retenir. La mission de l’ICANN est de garantir un Internet mondial sûr, stable et unifié. L’ICANN coordonne ces identificateurs uniques à l’échelle mondiale.

Selon le courriel de Nabok, Andriy, la demande de l’Ukraine à l’ICANN vise à révoquer les domaines émis en Russie et à fermer les serveurs primaires du système de noms de domaine (DNS) dans le pays, une mesure qui interdirait effectivement l’accès aux sites Internet russes et pourrait mettre tout le pays hors ligne.

« Personne, où que ce soit dans le monde, ne serait en mesure d’atteindre un quelconque site web russe », explique Bill Woodcock, directeur exécutif de Packet Clearing House, une organisation à but non lucratif qui fournit un soutien et une sécurité à un ensemble de systèmes logiciels et matériels connus sous le nom d’infrastructures Internet critiques. « Les gens à l’intérieur de la Russie, à moins d’avoir une bonne connectivité avec le reste du monde, seraient incapables d’atteindre toute autre partie de l’internet, seulement les parties russes. »

En procédant à une soi-disant « opération militaire » visant à « dénazifier » et « démilitariser » l’Ukraine sous le prétexte de sa propre sécurité nationale, la Fédération de Russie aurait violé de nombreuses clauses du droit international.

Des crimes atroces ont été rendus possibles principalement grâce à la machinerie de propagande russe qui utilise des sites web diffusant en permanence des informations erronées, des discours de haine, encourageant la violence et cachant la vérité sur la guerre en Ukraine. L’infrastructure informatique ukrainienne a subi de nombreuses attaques de la part de la Russie, empêchant les citoyens et le gouvernement de communiquer.

Alors que les médias russes tentent de présenter l’invasion russe comme une réponse à l’agression ukrainienne, les reportages sur le terrain ont joué un rôle crucial pour contrer la propagande, avec des images provenant à la fois de journalistes professionnels et d’amateurs sur les réseaux sociaux. Des cyberattaques de grande ampleur ont touché les principaux sites Web du gouvernement ukrainien la semaine dernière.

Les sites Web des ministères ukrainiens de la Défense, des Affaires étrangères et de l’Intérieur ne répondaient pas ou étaient lents à charger après une série d’attaques DdoS. Le gouvernement ukrainien a fait la demande aux volontaires de l’aider à protéger les infrastructures essentielles et à espionner les troupes russes. Des demandes de volontaires ont commencé à apparaître sur des forums de hackers jeudi matin, « Cybercommunauté ukrainienne ! Il est temps de s’impliquer dans la cyberdéfense de notre pays », peut-on lire dans l’un des messages.

La demande comprenait des instructions pour les hackers et les experts en cybersécurité sur la façon de soumettre une candidature via Google Docs. Les volontaires devaient fournir des références professionnelles et leurs domaines d’expertise, tels que le développement de logiciels malveillants.

Le 25 fevrier, le collectif de pirates informatiques Anonymous a déclaré une cyberguerre contre la Russie. Ils ont annoncé avoir lancé des cyberopérations qui ont brièvement mis hors service le site Web RT.com du service d’information Russia Today (RT), contrôlé par l’État. Anonymous a également annoncé jeudi s’en être pris à de nombreux sites Web du Kremlin, du gouvernement russe et du ministère russe de la Défense. L’agence de presse RT.com a confirmé que l’attaque a eu lieu, précisant qu’elle a ralenti certains sites Web et en a mis d’autres hors ligne pendant “de longues périodes”.

L’un d’eux, qui a pour pseudonyme @LiteMods, a déclaré dans un tweet : « nous sommes #Anonymous. Nous avons mis hors service le site Web du Kremlin en soutien à #OpRussia. Faites-moi savoir s’il réapparaît ! F**k #Putin. Nous soutenons le peuple ukrainien. Nous sommes légion ». Il a ajouté : « nous n’oublierons pas les vies qui ont été perdues sous le régime de Poutine ».

Aushev a reconnu que les efforts visant à mettre en place une force cybernétique militaire sont tardifs. Un responsable de la sécurité ukrainienne a déclaré au début du mois que le pays ne disposait d’aucune force militaire cybernétique dédiée. « C’est à nous de les créer cette année », a-t-il déclaré.

Des représentants de l’organisme à but non lucratif basé en Californie et chargé de protéger « la stabilité opérationnelle de l’internet » via la gestion de la zone racine du DNS mondial ont vérifié l’authenticité du courriel, mais ont refusé de faire d’autres commentaires.

La zone racine du DNS est un élément crucial de la fonctionnalité globale de l’internet, responsable de la gestion des requêtes vers les domaines de premier niveau, tels que .com, et les domaines spécifiques à un pays, comme .ru en Russie. En supprimant l’accès de la Russie à ce groupe de serveurs, on empêcherait les fournisseurs de services internet russes de communiquer avec les systèmes extérieurs qui connectent effectivement les internautes aux sites web.

Le courriel d’Andrii Nabok, représentant ukrainien du comité consultatif gouvernemental de l’ICANN, indique que les cyberattaques russes « empêchent les citoyens et le gouvernement ukrainiens de communiquer ». La mise hors ligne de la Russie, affirme Nabok, « aidera les utilisateurs à rechercher des informations fiables dans des zones de domaines alternatifs, empêchant ainsi la propagande et la désinformation. » Mais, selon les experts du secteur, cette demande sans précédent a le potentiel de faire plus de mal que de bien et elle pourrait menacer l’accès sans restriction à Internet d’autres pays à l’avenir.

« Il s’agit d’une demande énorme de la part de l’Ukraine », déclare Justin Sherman, membre de la Cyber Statecraft Initiative de l’Atlantic Council. « Il est très probable que l’ICANN dise simplement non. Le Kremlin diffuse des tonnes de propagande et de désinformation à propos de l’Ukraine, mais ce n’est pas la façon de s’y prendre. »

Mettre la Russie hors ligne serait un coup dur pour le pays, qui pourrait s’ajouter à la série de sanctions mondiales extraordinaires imposées à la Russie ces derniers jours, notamment des restrictions sur la banque centrale russe, le gel de certains actifs appartenant à la Russie, le retrait du système de paiement mondial SWIFT et l’interdiction des interactions avec les industries pétrolières et gazières russes.

Le courriel de Nabok fait également référence à la révocation des signatures numériques qui authentifient les noms de domaine, une mesure qui, selon Woodcock, pourrait rendre la Russie vulnérable à « de nombreux types de pratiques abusives », notamment des attaques contre les services bancaires personnels. « Je comprends leur point de vue, dit-il. Mais fondamentalement, c’est une mauvaise idée. »

Source : Pastebin

https://web.developpez.com/actu/331509/L-Ukraine-fait-pression-pour-debrancher-la-Russie-d-Internet-les-experts-estiment-que-cela-pourrait-etre-un-desastre/

One thought on “L’Ukraine fait pression pour débrancher la Russie d’Internet,

  • Bonjour. Si la demande de l’Ukraine pro américaine est acceptée non seulement cela serait désastreux mais envenimerait davantage cette guerre qui pourrait, dès lors, s’élargir et devenir mondiale. On ouvre la boîte de Pandore et nul ne saurait prédire ce qu’en seraient les conséquences La première des ces conséquences serait la disparition pure et simple de l’Europe. Quant à l’Amérique, elle ne s’en sortira pas indemne !

Commentaires fermés.