L’Union européenne enquête sur des rapports de troubles menstruels après des injections d’ARNm COVID

L'Union européenne enquête sur des rapports de troubles menstruels après des injections d'ARNm COVID

Un agent de santé prépare une dose du vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 dans un centre de vaccination de l'hôpital Confluent à Nantes, dans le cadre de la campagne de vaccination contre le coronavirus (COVID-19) en France, le 18 mars 2021. REUTERS/Stephane Mahe

11 fév (Reuters) – Le comité de sécurité de l’Agence européenne des médicaments a déclaré vendredi qu’il examinait les rapports faisant état de saignements menstruels abondants et d’absence de menstruation chez des femmes ayant reçu les vaccins COVID de Pfizer (PFE.N)/BioNTech (22UAy.DE)et Moderna (MRNA.O).

L’évaluation a été réalisée au vu des rapports de troubles menstruels après l’administration de l’un ou l’autre des deux vaccins, tous deux basés sur la technologie de l’ARN messager, et il n’était pas encore clair s’il existait un lien de cause à effet, a déclaré l’agence.

Il n’était pas encore clair s’il y avait un lien de cause à effet entre les vaccins et les rapports, a déclaré l’agence.

Les troubles menstruels peuvent être dus à une série de conditions médicales sous-jacentes ainsi qu’au stress et à la fatigue, a déclaré l’EMA, ajoutant que des cas de tels troubles avaient également été signalés à la suite d’une infection par le COVID-19.

La vaccination contre le COVID-19 a été liée à un petit changement temporaire de la durée du cycle menstruel, selon une étude récente financée par les National Institutes of Health, qui a recueilli des données auprès de près de 4 000 utilisateurs d’une application pour smartphone qui suit les cycles menstruels.

Mais l’EMA a déclaré en décembre qu’elle n’avait pas établi de lien entre les changements de cycles menstruels et les vaccins COVID-19, après qu’une étude menée en Norvège ait suggéré que certaines femmes avaient des règles plus abondantes après avoir été inoculées.

Après avoir examiné les preuves disponibles, le Comité pour l’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (PRAC) de l’EMA a déclaré qu’il avait décidé de demander une évaluation de toutes les données disponibles, y compris les rapports des patients et des professionnels de santé, les essais cliniques et la littérature publiée.

L’agence a ajouté vendredi qu’il n’y avait pas non plus de preuves suggérant que les vaccins COVID-19 affectaient la fertilité.

Source : https://www.reuters.com/business/healthcare-pharmaceuticals/eu-investigates-reports-menstrual-disorders-after-mrna-covid-shots-2022-02-11/?taid=620685aa6194ae0001d154b8&utm_campaign=trueAnthem:+Trending+Content&utm_medium=trueAnthem&utm_source=twitter