L’Uruguay suspend la vaccination contre le COVID pour les enfants de moins de 13 ans

L’Uruguay a cessé d’administrer le vaccin contre le coronavirus aux enfants de moins de 13 ans après qu’un juge a ordonné jeudi l’arrêt de toutes les inoculations dans cette tranche d’âge jusqu’à ce que les autorités présentent des documents relatifs aux contrats signés avec les fabricants de vaccins.

Le juge Alejandro Recarey a émis l’injonction suite à une requête déposée par un avocat qui représente un groupe de militants.

La vaccination des enfants de moins de 13 ans s’est faite sur une base volontaire, et le gouvernement a déclaré qu’il ferait appel de la décision.

Alvaro Delgado, le secrétaire de la présidence, a qualifié l’arrêt de menace pour la santé publique.

“Nous sommes convaincus qu’il est insensé de suspendre la vaccination volontaire, car elle bénéficie d’un solide soutien scientifique”, a déclaré M. Delgado lors d’une conférence de presse.

Les vaccinations pour les personnes de plus de 13 ans se poursuivront, a déclaré le ministère de la Santé dans un communiqué.

L’avocat qui a demandé l’injonction, Maximiliano Dentone, représente des militants qui ont exigé que les contrats avec les fabricants de vaccins soient rendus publics.

Le juge a autorisé la vaccination après avoir reçu jeudi les réponses à 18 questions sur la sécurité et la composition chimique des vaccins, signées par le ministre de la santé Daniel Salinas.

Après le jugement, M. Salinas a publié une lettre ouverte défendant fermement le plan de vaccination du gouvernement et critiquant le juge pour avoir remis en question la sécurité des vaccins.

“De nombreux Uruguayens de moins de 13 ans ont pu recevoir les doses nécessaires, mais d’autres non”, a écrit Salinas.

M. Dentone a déclaré que le gouvernement n’avait pas présenté les contrats avec le géant pharmaceutique Pfizer qu’il avait demandés. Le gouvernement a déclaré qu’une clause de confidentialité dans le contrat l’empêche de partager le document.

Le juge cherche, entre autres, à savoir s’il existe des clauses dans les contrats qui promettent l’immunité civile et pénale en cas d’effets indésirables des vaccins. Recarey souhaite également obtenir des informations sur la composition chimique des vaccins.

Les cas de COVID-19 ont augmenté en Uruguay ces dernières semaines, ainsi que d’autres infections respiratoires typiques des mois d’hiver.

Jeudi, 44 % des enfants uruguayens âgés de 5 à 11 ans et 75 % de ceux âgés de 12 à 14 ans avaient reçu deux doses de vaccin contre le coronavirus, selon les données du gouvernement uruguayen.

Source : Independent

Jugement :

Version traduite