Madrid avertit que la quatrième dose du vaccin pourrait avoir un effet “anormal” sur le système immunitaire

Archive - Le vice-ministre régional de la santé et de la santé publique de la Communauté, Antonio Zapatero, - Ricardo Rubio - Europa Press - Archive

MADRID, 26 avr. (EUROPA PRESS) –

Le vice-ministre des soins de santé et de la santé publique de la Communauté de Madrid, Antonio Zapatero, a averti mardi qu’une quatrième dose du vaccin contre le Covid-19 pourrait ne pas être efficace pour renforcer l’immunité contre le SARs-CoV-2.

“Parfois, en stimulant toujours avec le même antigène, avec le même vaccin, nous n’obtenons pas la réponse et dans ce sens il y a aussi des preuves”, a-t-il déclaré dans des déclarations à “Onda Madrid” recueillies par Europa Press.

À cet égard, le responsable du Plan Covid à Madrid a rappelé que l’effet protecteur des vaccins diminue avec le temps, surtout pour l’élément grave qu’est l’admission à l’hôpital.

“Six mois après la dose de rappel, le risque d’admission à l’hôpital augmente de 24 % et de 39 % à neuf mois”, a déclaré M. Zapatero, qui a souligné que cela pourrait suggérer que dans le groupe de population âgé, de plus de 80 ans, une dose de rappel pourrait être nécessaire.

“Mais attention, car il existe également des preuves qu’une quatrième dose pourrait avoir un effet anormal sur le système immunitaire”, a-t-il prévenu, soulignant qu’elle pourrait être inefficace. Quoi qu’il en soit, il a indiqué que la Communauté continue de surveiller et d’observer et qu’elle y travaille.

En ce qui concerne l’apparition de nouveaux variants et, en particulier, l’apparition du XE, un mélange des sous-variants BA.2 (omicron furtif) et BA.1 (omicron original) et beaucoup plus contagieux, le vice-ministre a appelé au calme et a rappelé qu’il n’est pas présent dans la Communauté de Madrid.

“Que le virus mute, c’est déjà ça”, a-t-il dit, avant de souligner qu'”il y a aussi la tranquillité d’esprit”. “Ces variants émergents ont une plus grande capacité de transmission, mais aucun d’entre eux n’est capable de produire des tableaux cliniques plus graves et d’échapper à la vaccination que ceux produits par Omicron ou BA.2”, a-t-il déclaré.

Quant à la situation épidémiologique et sanitaire, il a souligné qu’une légère tendance à la hausse a été observée au cours des deux dernières semaines. Ainsi, l’incidence cumulée à 14 jours est de 198 cas pour 100 000 habitants et de 128 à 7 jours, avec les données de ce lundi. A cet égard, il a rappelé que la Communauté reste en bas de l’échelle de cet indicateur au niveau national.

Pour sa part, dans les hôpitaux lundi, il y avait 662 patients admis – contre 2 245 l’année dernière à la même époque, a-t-il dit – et 43 dans l’unité de soins intensifs – 562 en 2021 – dont 50% avec Covid et non par Covid.