Molnupiravir : le médicament anti-Covid de Merck bientôt en pharmacie ?

https://img-4.linternaute.com/M_k51JmTBcI0TKa1vDKzES9CdBA=/1500x/smart/047c006fe8e84ec1b125dfb4455ba82f/ccmcms-linternaute/28996054.jpg

MOLNUPIRAVIR. Selon les essais cliniques du laboratoire américain Merck, le traitement à base de molnupiravir sous forme de pilule réduirait par deux les risques de faire une forme grave du Covid-19. L’Agence du médicament européen a lancé la procédure d’examen accélérée de la pilule et la France a passé sa première commande auprès du laboratoire Merck.

France a commandé 50 000 doses du molnupiravir élaboré par Merck, a annoncé le ministre de la Santé, Olivier Véran, ce mardi 26 octobre lors d’une audition au Sénat. Ce traitement, qui pourrait diminuer par deux les risques d’hospitalisation pour les patients qui viennent d’être testés positivement au Covid-19, sera livré “à la France à compter des derniers jours de novembre ou des premiers jours de décembre”, a précisé le ministre. Olivier Véran n’a, par ailleurs, pas précisé le coût de la commande mais, à titre d’exemple, les Etats-Unis ont commandé 1,7 million de doses pour 1,2 milliard de dollars – soit environ 700 dollars par dose. Il semble donc que le coût du traitement soit particulièrement élevé. Compte tenu du coût, il est peu probable que le médicament soit mis en place dans le pharmacie française pour une large distribution, il faudra certainement une ordonnance bien justifiée.

La pilule contre le Covid-19 du laboratoire Merck, développée par le laboratoire Ridgeback Biotherapeutic, va connaître une procédure d’examen accélérée en Europe, a annoncé l’Agence européenne des médicaments (EMA) ce lundi 25 octobre dans un communiqué. L’Agence a effectivement déclaré : “Le comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’EMA a lancé un examen continu du médicament antiviral oral molnupiravir […] développé par Merck […] pour le traitement du Covid-19 chez les adultes”, ce qui permet d’accélérer la procédure. S’il est approuvé, ce remède – facile à administrer, car ayant vocation d’être ingéré – marquerait une avancée majeure dans la lutte pour réduire les formes graves de la maladie, et deviendrait peut-être un outil indispensable dans la lutte contre la pandémie.

Un médicament de Merck pour empêcher l’hospitalisation des malades du Covid

L’EMA a précisé que les résultats préliminaires d’études de laboratoire et d’études cliniques sur le traitement “suggèrent que le médicament peut réduire la capacité du SARS-CoV-2 […] à se multiplier dans le corps, empêchant ainsi l’hospitalisation ou le décès chez les patients atteints du Covid-19”. L’EMA évaluera la conformité du molnupiravir aux normes européennes habituelles en matière d’efficacité, de sécurité et de qualité. Son autorisation est également en cours d’évaluation par l’Agence américaine des médicaments (FDA).

De son côté, l’entreprise prévoit de fabriquer les doses nécessaires pour 10 millions de traitements d’ici à la fin de l’année 2021. Cependant, une grande partie risquant de revenir aux pays riches, comme cela a été le cas pour les vaccins, la Fondation Bill et Melinda Gates a annoncé la semaine dernière un investissement pouvant aller jusqu’à 120 millions de dollars (environ 103 millions d’euros) pour faciliter l’accès des pays pauvres à ce traitement par comprimés. Effectivement, les Etats-Unis ont déjà prévu d’en acheter 1,7 million si le molnupiravir était approuvé par la FDA.

Une pilule, avancée majeure dans la lutte contre le Covid-19

S’il est approuvé, le molnupiravir représenterait une avancée majeure qui permettrait de réduire aisément et largement les formes graves de Covid-19. Effectivement, s’il était approuvé, il deviendrait le premier médicament oral contre le SARS-CoV-2, et serait donc plus facile à utiliser. Selon un essai clinique mené par Merck sur 775 malades du Covid-19, le traitement, donné aux patients dans les quelques jours suivant un test positif, réduit par deux les risques d’hospitalisation et de décès. Si les résultats annoncés par Merck sont confirmés, le molnupiravir servirait à fabriquer la première pilule permettant de traiter le Covid-19. Effectivement, les traitements anti-Covid aujourd’hui disponibles sont administrés par intraveineuse uniquement. Cette étape, si elle était couronnée de succès, ouvrirait la voie à une éventuelle demande d’autorisation de la pilule de Merck dans l’Union européenne.

Dès l’annonce des résultats par Merck, Anthony Fauci, immunologue et conseiller de la Maison Blanche, a estimé que les données de l’essai clinique étaient “impressionnantes”. Nathalie Dean, biostatisticienne spécialisée dans les maladies infectieuses à l’université Emory, expliquait quant à elle à l’AFP après ces résultats : “On peut avoir des traitements qui sont également efficaces, mais si l’un est bien plus facile à utiliser que les autres, alors son impact sur la population sera plus grand.”

Pour rappel, s’il était approuvé, ce médicament viendrait en complément des vaccins, et ne se substituerait pas à eux. Ainsi, le professeur à l’université de médecine de Houston (Texas) Peter Hotez rappelait sur twitter le 1er octobre, alors que Merck annonçait ses résultats : “Ce n’est n’est pas un médicament miracle, mais un outil pour accompagner la vaccination.”

Qu’est-ce que le molnupiravir ?

Le molnupiravir est un antiviral expérimental à large spectre. Initialement destiné à soigner la grippe et l’hépatite C3, il est aujourd’hui envisagé comme un moyen de lutter contre divers coronavirus, dont le virus SARS-CoV-2. Le laboratoire Merck souhaite en faire un médicament réduisant le risque de développer une forme grave de la maladie de Covid-19.

Source : https://www.linternaute.com/actualite/guide-vie-quotidienne/2529038-molnupiravir-le-medicament-anti-covid-de-merck-bientot-en-pharmacie/

4 thoughts on “Molnupiravir : le médicament anti-Covid de Merck bientôt en pharmacie ?

  • Franchement l’ivermectine est interdite à la prescription et il nous font la même avec un soit disant nouveau médicament (anti virale qui aurait fait ses preuves sur la grippe et l’hépatite C ) en complément du “vaccin” ??? c’est de l’enfumage.. Franchement jusqu’ou vont ils aller pour piller les caisses que remplissent nos impôts.

    • Ce n’est pas pour l’argent qu’ils font ça une fois de plus.
      taper fausse ivermectine sur odysee… Le molnupiravir est une manipulation génétique qui provoque le cancer. Bref regardez la vidéo.

    • à moins que tous les “bulots” masqués depuis quasiment 2 ans se réveillent, ce n’est pas gagné… moi 79 ans et PLUS AUCUNE SALOPERIE de vaccin depuis l’âge de 18 ans. Malgré une foultitude de maladies. Ma mère a été assassinée par l’ordure socialope fabius via le sang contaminé et ce machin se retrouve au conseil “des tas”.. monstrueux. Tous monstrueux dès qu’il s’agit de fric. Et de supprimer 3 milliards d’individus avant 2050 selon le NOM et autres fumiers..

  • quand va-t-on en finir avec ces serial killers (les labos et ceux qui vous prescrivent ces POISONS ) !

Commentaires fermés.