Neil Young vs Spotify, pourquoi la musique du chanteur est retirée de la plateforme

Neil Young avait posé un ultimatum à Spotify : soit la plateforme renonçait à ses chansons, soit elle cessait de diffuser le podcast antivax de Joe Rogan. Elle a préféré la première option, et la presse américaine décrypte les enjeux de ce choix.

“Depuis que la pandémie de Covid-19 a éclaté, plusieurs des plateformes de contenus ont adopté des stratégies contre ‘la désinformation’, afin de limiter la possibilité pour les internautes de partager des informations fausses ou trompeuses”, relève le Los Angeles Times. Mais parmi elles, Spotify fait figure d’exception.

Comme le souligne le quotidien californien, le service suédois de streaming audio “n’a pas modifié ses consignes d’utilisation ni sa liste des contenus interdits”. Il reste possible, davantage que sur Twitter ou YouTube, d’y faire la publicité de traitements contestés contre le Covid-19, ou de relayer des déclarations fantaisistes sur les vaccins approuvés par les autorités sanitaires.

Cela va-t-il changer ? La polémique monte graduellement autour du podcast le plus écouté de Spotify, The Joe Rogan Experience. En 2020, la plateforme a signé un contrat estimé à 100 millions de dollars pour diffuser en exclusivité ce podcast de l’animateur de radio américain Joe Rogan. “Central dans la stratégie de Spotify pour développer son offre de podcasts et ainsi attirer abonnés et annonceurs”, Rogan est à la fois “l’une des voix les plus populaires et les plus contestées du secteur”, écrit The Wall Street Journal.

Joe Rogan, podcasteur sulfureux

Accusé entre autres d’avoir découragé la vaccination anti-Covid chez les jeunes, Joe Rogan tend régulièrement le micro à “des invités bannis d’autres plateformes pour avoir violé les directives sur l’information sanitaire”, précise le Los Angeles Times.

“Plus tôt ce mois-ci, un groupe de 270 scientifiques et professionnels de la santé a publié une lettre ouverte à Spotify, dans laquelle ils accusaient le podcast de ‘promouvoir des théories du complot sans fondement’ et demandaient à la plateforme de ne plus héberger d’événements de désinformation massive”, ajoute The Wall Street Journal.

L’ultimatum de Neil Young

Scientifiques et professionnels de la santé ne sont pas les seuls à donner de la voix. Le 24 janvier, Neil Young a posé un ultimatum à Spotify. Le chanteur américano-canadien a publié sur son site Internet une lettre (supprimée depuis) à l’adresse de son manager et son label, dans laquelle il demandait que ses chansons soient retirées du service de streaming.

“Je fais cela parce que Spotify diffuse de fausses informations sur les vaccins – mettant en danger la vie de ceux qui croient aux infox [fausses informations] que la plateforme propage”, écrivait Neil Young, cité par Variety. L’artiste ajoutait :

Ils [à Spotify] doivent choisir entre Rogan et Young. Ils ne peuvent pas avoir les deux.”

Le soutien de Warner Records

Comme le note Variety, ce n’est pas la première fois que Neil Young retire sa musique d’une plateforme de streaming. En 2015, le chanteur de Harvest Moon et de Heart of Gold avait déjà franchi le pas, “mais pas pour des raisons politiques” : il voulait à l’époque dénoncer les formats de compression utilisés par Spotify et consorts, qui diminuaient selon lui la qualité d’écoute.

Neil Young le reconnaît toutefois dans sa lettre ouverte : il ne peut pas prendre une telle initiative de son propre chef, son label Warner Records détenant les droits sur sa musique proposée en streaming. Il semblerait toutefois que Warner Records soutienne l’artiste dans sa démarche.

Mercredi 26 janvier, la presse américaine a annoncé que Spotify allait dépublier le catalogue de Neil Young. “Nous regrettons sa décision, mais espérons l’accueillir bientôt de nouveau”, a fait savoir un porte-parole du géant suédois. Le fonds de placement Hipgnosis Songs Fund qui, en 2021, a acheté pour 150 millions de dollars (133 millions d’euros) 50 % du catalogue du chanteur, n’aurait quant à lui pas son mot à dire, selon The Wall Street Journal.

“Avant ce retrait, Neil Young comptait sur Spotify 2,4 millions d’abonnés et plus de 6 millions d’auditeurs mensuels”, ajoute The Wall Street Journal, pour qui “la polémique met à rude épreuve la décision de la plateforme de miser sur Joe Rogan” pour s’imposer sur le marché du podcast.

Source : https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/streaming-neil-young-vs-spotify-pourquoi-la-musique-du-chanteur-est-retiree-de-la

One thought on “Neil Young vs Spotify, pourquoi la musique du chanteur est retirée de la plateforme

  • Spotify à tout à gagner de n’avoir pas cédé à l’ultimatum de ce clochard.
    choix stratégique bien sur, mais courageux face a la secte Covidiste…

Commentaires fermés.