Nord: finalement, le pass sanitaire n’est pas (encore) obligatoire dans 19 centres commerciaux

Le préfet du Nord a décidé de retarder l’application du pass sanitaire, qui devait entrer en vigueur ce mardi, dans les grands centres commerciaux, et le port du masque obligatoire dans les lieux demandant un pass sanitaire.

Le préfet du Nord a décidé de retarder l’application du pass sanitaire, qui devait entrer en vigueur ce mardi, dans les grands centres commerciaux, et le port du masque obligatoire dans les lieux demandant un pass sanitaire. PHOTO ZACK AJILI LA VOIX DU NORD
Le préfet du Nord a décidé de retarder l’application du pass sanitaire, qui devait entrer en vigueur ce mardi, dans les grands centres commerciaux, et le port du masque obligatoire dans les lieux demandant un pass sanitaire. PHOTO ZACK AJILI LA VOIX DU NORD – VDNPQR

Avec un taux d’incidence qui frôlait les 200, le seuil imposé par le gouvernement pour l’instauration du pass sanitaire dans les centres commerciaux de plus de 20 000m², 19 grands centres commerciaux du Nord devaient à se soumettre au pass sanitaire dès ce mardi, comme l’avait décidé la préfecture du Nord en fin de semaine dernière.

Finalement, le préfet du Nord a annoncé, dans un communiqué de presse, qu’il « réévaluerait dans les jours qui viennent les modalités de mise en œuvre des mesures renforcées de lutte contre la propagation du virus ». Comprenez donc que le préfet a décidé de retarder l’application de cette mesure, et que le pass sanitaire ne sera pas obligatoire dès ce mardi 24 août dans les 19 grands centres commerciaux du Nord dans lequel il devait initialement être appliqué.

Par ailleurs, cela signifie également que la décision d’étendre le port du masque dans tous les lieux et événements où le pass sanitaire est obligatoire, est, elle aussi, retardée. Actuellement, les lieux instaurant un pass sanitaire, situés dans les départements où le taux d’incidence est inférieur à 200, ne sont pas tenus d’imposer le port du masque, mais ils peuvent toutefois le faire s’ils le jugent nécessaires, ou si le préfet le décide.

La décision a été prise « au regard du constat, à l’échelle du département du Nord, comme de la Métropole européenne de Lille, de l’évolution de la situation sanitaire sous la forme d’un plateau descendant », annonce la préfecture dans un communiqué. Le taux d’incidence, établi à 188,3 au 15 août, a légèrement diminué, passé à 186,1 au 19 août, justifiant la décision du préfet de patienter encore un peu avant de mettre en place la mesure, contraignante pour les centres commerciaux.

Une situation surveillée de près

Toutefois, la situation va être surveillée de près. «  L’évolution de la situation sanitaire, comme la pression sur le système de soins, continueront de faire l’objet d’un examen attentif, pour actualiser, si nécessaire, le dispositif réglementaire applicable dans le Nord », prévient encore la préfecture, qui indique que « les responsables des établissements susceptibles d’être concernés par ces mesures seront informés de manière anticipée de l’évolution des règles pouvant les concerner ».

Attention, aussi, cette décision de retarder ces mesures sanitaires renforcées ne change rien à celles déjà en vigueur : le pass sanitaire reste obligatoire dans les lieux de culture et de loisirs, dans les bars, restaurants, services et établissements de santé sociaux et médico-sociaux ainsi qu’aux déplacements de longue distance en transport public.

Le port du masque, lui, reste également obligatoire pour les 11 ans et plus dans le Nord dans un rayon de 50 mètres des marchés, braderies, brocantes, vides-greniers ainsi qu’à l’intérieur de ceux-ci ; des entrées des centres commerciaux les samedis et dimanches ; des entrées des établissements scolaires et universitaires ; des entrées des lieux de culte aux jours et heures de la tenue des offices et cérémonies ; des stations et lieux d’arrêt des transports collectifs de voyageurs. Il faut également le porter dans les files d’attente de toute nature ; à l’occasion de tout regroupement de plus de 10 personnes ; dans les zones piétonnes, permanentes ou temporaires, les samedis et jours d’événements particuliers ; dans les espaces réservés aux spectateurs des enceintes sportives de plein air et dans les fêtes foraines.