Ordinateur portable, Ukraine et Biolabs : Les nouveaux scandales de Hunter Biden menacent d’anéantir la candidature de Joe pour 2024

Ordinateur portable, Ukraine et Biolabs : Les nouveaux scandales de Hunter Biden menacent d'anéantir la candidature de Joe pour 2024

© AP Photo / Charles Dharapak

Les observateurs américains n’excluent pas que l’équipe Clinton exploite la résurgence des scandales de Hunter Biden pour mettre en avant la candidature d’Hillary à la présidentielle de 2024, après les mi-mandat de novembre. Cependant, les deux familles politiques dynastiques ont des cadavres dans leurs placards, estime Charles Ortel, analyste à Wall Street.

“Après s’être présentée et avoir perdu deux fois, Hillary Clinton et son équipe sont plus susceptibles d’essayer d’orchestrer un mouvement ‘Draft a Savior for the Democrat Party’ et ensuite, d’accepter à contrecœur ce manteau une fois qu’il devient clair que Joe Biden et Kamala Harris ne sont pas viables en tant que porte-étendard et en tant qu’adversaires contre l’éventuel ticket républicain en 2024”, explique Charles Ortel, analyste de Wall Street et journaliste d’investigation.

Les chances de Joe Biden de remporter une éventuelle réélection s’amenuisent : la cote de popularité du président a dégringolé à 40 % cette semaine, selon un sondage Reuters-Ipsos. Dans le même temps, l’enquête indique que 54 % des Américains désapprouvent le travail du président, dans un contexte d’inflation galopante et de tensions entre les États-Unis et la Russie au sujet de l’opération spéciale menée par Moscou pour démilitariser et dé-nazifier l’Ukraine.

Pour compliquer encore les choses, les scandales autour de son fils, Hunter, continuent de traquer Joe Biden. Ainsi, le New York Times a soudainement reconnu la semaine dernière qu’une série de documents explosifs découverts sur l’ordinateur portable abandonné par Hunter Biden il y a près d’un an et demi étaient “authentiques”. L’histoire a d’abord été révélée par le New York Post en octobre 2020.

À la suite de la publication de l’article du NYT, l’ancien procureur général Bill Barr a déclaré le 21 mars à Fox News que Joe Biden avait “menti au peuple américain” lors d’un débat présidentiel en qualifiant l’exposition des e-mails de Hunter par le Post de “montage russe”.

En plus de cela, Jack Maxey, un activiste politique et ancien co-animateur du podcast de Steve Bannon, qui a fourni à plusieurs médias grand public des copies d’un disque dur de l’ordinateur portable de Hunter, a juré en début de semaine de rendre public le contenu de l’appareil. Après cela, Maxey a été banni par Twitter. Toutefois, le 24 mars, dans une interview avec le journaliste américain Chase Geiser, Maxey a déclaré qu’il se trouvait en Suisse pour publier une version indexée de l’ordinateur portable.

Hunter Biden, Ukraine & Biolabs

Toutefois, les scandales de Hunter Biden ne se limitent pas au fameux ordinateur portable. Le 20 mars, Dmitry Rogozin, ancien vice-président du gouvernement de la Fédération de Russie et directeur général en exercice de l’agence spatiale russe Roscosmos, a suggéré sur Twitter que Joe Biden avait eu recours à l’armement de l’Ukraine afin de “brûler toutes les preuves possibles de la corruption de sa famille” dans cet État d’Europe de l’Est. Après le coup d’État de 2014 en Ukraine, Hunter Biden avait siégé au conseil d’administration de la compagnie gazière ukrainienne Burisma, alors qu’il n’avait aucune expérience dans le domaine de l’énergie.

M. Rogozin a également tweeté que les autorités russes chargées de l’application des lois “pourraient être intéressées par une enquête approfondie” sur les méfaits présumés de la famille Biden en Ukraine afin de comprendre les motivations et les raisons de l’élite américaine derrière le coup d’État soutenu par les États-Unis à Kiev en février 2014.

Entre-temps, le 24 mars, le chef des troupes de défense radiologique, chimique et biologique, le major général Igor Kirillov, a déclaré aux journalistes que le fonds d’investissement Rosemont Seneca de Hunter Biden avait participé au financement du programme biologique militaire du Pentagone en Ukraine. Kirillov a noté, en citant un ensemble de documents obtenus par le ministère russe de la Défense (MoD), que Rosemont Seneca entretenait des “liens étroits” avec les entreprises de défense américaines, notamment Metabiota et Black & Veatch (B&V), qui auraient fourni des équipements aux laboratoires biologiques du Pentagone dans le monde entier.

Après le briefing de Kirillov, Sergei Tsekov, sénateur russe et ancien chef du Conseil suprême de Crimée, a demandé une enquête parlementaire sur l’apparente participation de Hunter Biden au programme biologique militaire du Pentagone en Ukraine. Washington continue de nier qu’il ait jamais été impliqué dans le développement d’armes biologiques en Ukraine. Toutefois, Victoria Nuland, sous-secrétaire d’État américaine aux affaires politiques, a admis sous serment qu’il existe en Ukraine des “installations de recherche biologique” apparemment supervisées par les États-Unis.

L'ancienne secrétaire d'État Hillary Rodham Clinton, candidate démocrate à la présidentielle, discute avec Jake Sullivan, un ancien membre de son personnel au département d'État, lors d'une pause dans un témoignage au Capitole à Washington, jeudi 22 octobre 2015. © AP Photo / Carolyn Kaster

Les cadavres de l’équipe Clinton : La Fondation Clinton

Si l’équipe Clinton peut effectivement tirer parti des scandales qui hantent la famille Biden, Hillary et Bill ont autant de cadavres dans leur placard que les Biden, note M. Ortel.

Le principal problème des Clinton réside dans leurs œuvres caritatives qui n’ont jamais été correctement organisées et gérées, selon l’analyste de Wall Street, qui soupçonne la Fondation Clinton d’être embourbée dans une énorme fraude caritative. M. Ortel enquête sur la fondation depuis plusieurs années et pense qu’elle a été utilisée comme un “véhicule” pour l’enrichissement et les systèmes de rémunération des Clinton.

La famille Clinton a récemment annoncé la relance de sa Global Initiative, ce qui est considéré par certains observateurs comme un autre signe que Bill et Hillary reviennent à la grande politique. Pourtant, la Clinton Global Initiative ne semble pas fonctionner légalement, selon M. Ortel.

 “En vertu de la législation américaine, seules les organisations peuvent, en fait, être exonérées d’impôts”, indique l’analyste de Wall Street. “La ‘Clinton Global Initiative’ a été lancée en novembre 2004 à New York, où sa prétendue maison mère – la William J. Clinton Presidential Foundation – n’a pas pris la peine de s’enregistrer comme l’exigent les lois strictes de New York (témoins les poursuites contre les fondations Trump par les procureurs généraux de NY).”

M. Ortel note qu’après avoir tenu des réunions qui ont vraisemblablement servi de forums de développement commercial et de promotion politique de 2005 à 2008 à New York, puis à Hong Kong pendant la transition Obama-Bush, la société mère et une nouvelle “Clinton Global Initiative, Inc.” ont tenté, sans succès, de se réorganiser et de fonctionner légalement de septembre 2009 à 2013.

Ainsi, toute “CGI” que les Clinton croient pouvoir lancer à nouveau est radioactive, à moins que les autorités de New York et les autorités fédérales ne continuent à protéger les Clinton à tout prix”, prévient l’analyste de Wall Street.

Le conseiller spécial Durham et l’enquête Spygate

Un autre problème se profile à l’horizon pour les Clinton, à savoir l’enquête “spygate” du conseiller spécial John Durham sur les origines de l’enquête Trump-Russie. Deux actes d’accusation publiés par l’avocat spécial à la fin de l’année dernière indiquent que la campagne d’Hillary Clinton a joué un rôle important dans le colportage d’informations non corroborées sur les liens présumés de Trump avec l’Alfa Bank de Russie et le Kremlin.

Les deux affirmations se sont avérées être fausses. Qui plus est, au moins un participant à l’expédition de pêche anti-Trump, nommé Tech Executive-1 dans les documents judiciaires de Durham, s’est vanté de s’être vu offrir un poste dans l’administration d’Hillary Clinton en cas de victoire.

Même si Hillary Clinton continue de présenter l’enquête Durham comme une conspiration de droite, il est peu probable que le public américain “tombe dans le panneau d’une nouvelle ruse de la famille Clinton”, conclut Charles Ortel.

Source : https://sputniknews.com/20220325/laptop-ukraine–biolabs-new-hunter-biden-scandals-threaten-to-axe-joes-possible-2024-bid-1094179122.html