Plus de 3 000 médecins et scientifiques signent une déclaration accusant les décideurs de COVID de «crimes contre l’humanité»

Une « déclaration des médecins » produite par une alliance internationale de médecins et de scientifiques médicaux condamne fermement la stratégie mondiale de traitement du COVID, accusant les décideurs politiques de « crimes contre l’humanité » potentiels pour avoir empêché les médecins de fournir des traitements vitaux à leurs patients et réprimé discussion scientifique ouverte.

Le document indique que les recommandations de traitement « taille unique » ont entraîné des maladies et des décès inutiles.

Vendredi à 13h00, la déclaration avait recueilli plus de 3 100 signatures de médecins et de scientifiques du monde entier.

Un groupe de médecins et de scientifiques s’est réuni à Rome, en Italie, plus tôt ce mois-ci pour un sommet mondial de trois jours sur Covid afin de parler «de la vérité au pouvoir sur la recherche et le traitement de la pandémie de Covid».

Le sommet, qui s’est tenu du 12 au 14 septembre, a permis aux professionnels de la santé de comparer les études et d’évaluer l’efficacité des différents traitements développés dans les hôpitaux, les cabinets médicaux et les laboratoires de recherche du monde entier.

Le document, reproduit ci-dessous dans son intégralité, est issu de cette conférence.

La déclaration des médecins a été lue pour la première fois lors du sommet Covid de Rome, catalysant une explosion de soutien actif de scientifiques médicaux et de médecins du monde entier. Ces professionnels ne s’attendaient pas à des menaces de carrière, à des atteintes à leur personnalité, à des articles et à des recherches censurés, à des comptes sociaux bloqués, à des résultats de recherche manipulés, à des essais cliniques et à des observations de patients interdits, et à des antécédents professionnels et à des réalisations modifiés ou omis dans les médias universitaires et grand public.

Le Dr Robert Malone, architecte de la plateforme de vaccins à ARNm, a lu la Déclaration de Rome lors du sommet.

Des milliers de personnes sont mortes de Covid à la suite d’un refus de traitement précoce salvateur. La Déclaration est un cri de guerre des médecins qui se battent quotidiennement pour le droit de traiter leurs patients et le droit des patients de recevoir ces traitements – sans crainte d’ingérence, de représailles ou de censure de la part du gouvernement, des pharmacies, des sociétés pharmaceutiques et des grandes technologies. Nous exigeons que ces groupes se retirent et honorent le caractère sacré et l’intégrité de la relation patient-médecin, la maxime fondamentale « D’abord ne pas nuire » et la liberté des patients et des médecins de prendre des décisions médicales éclairées. Des vies en dépendent.

Nous, médecins du monde, unis et fidèles au serment d’Hippocrate, reconnaissant la profession de la médecine telle que nous la connaissons à la croisée des chemins, sommes obligés de déclarer ce qui suit ;

ATTENDU QU’il est de notre responsabilité et de notre devoir de défendre et de restaurer la dignité, l’intégrité, l’art et la science de la médecine ;

ATTENDU QU’il y a un assaut sans précédent sur notre capacité à prendre soin de nos patients;

ATTENDU QUE les décideurs publics ont choisi d’imposer une stratégie de traitement « taille unique », entraînant des maladies et des décès inutiles, plutôt que de maintenir les concepts fondamentaux de l’approche individualisée et personnalisée des soins aux patients qui s’est avérée sûre et plus efficace ;

ATTENDU QUE les médecins et autres fournisseurs de soins de santé travaillant en première ligne, utilisant leurs connaissances en épidémiologie, physiopathologie et pharmacologie, sont souvent les premiers à identifier de nouveaux traitements potentiellement salvateurs ;

ATTENDU QUE les médecins sont de plus en plus découragés de s’engager dans un discours professionnel ouvert et l’échange d’idées sur les maladies nouvelles et émergentes, mettant non seulement en danger l’essence de la profession médicale, mais surtout, plus tragiquement, la vie de nos patients ;

ATTENDU QUE des milliers de médecins sont empêchés de soigner leurs patients en raison des barrières érigées par les pharmacies, les hôpitaux et les agences de santé publique, rendant la grande majorité des prestataires de soins de santé impuissants à protéger leurs patients face à la maladie. Les médecins conseillent désormais à leurs patients de simplement rentrer chez eux (permettant au virus de se répliquer) et de revenir lorsque leur maladie s’aggrave, entraînant des centaines de milliers de décès de patients inutiles, en raison d’un défaut de traitement ;

ATTENDU QUE ce n’est pas de la médecine. Ce n’est pas un souci. Ces politiques peuvent en fait constituer des crimes contre l’humanité.

C’EST DONC MAINTENANT :

RÉSOLU que la relation médecin-patient doit être rétablie. Le cœur même de la médecine est cette relation qui permet aux médecins de mieux comprendre leurs patients et leurs maladies, de formuler des traitements qui donnent les meilleures chances de succès, tandis que le patient est un acteur actif de sa prise en charge.

RÉSOLU, que l’intrusion politique dans la pratique de la médecine et la relation médecin/patient doit cesser. Les médecins et tous les prestataires de soins de santé doivent être libres de pratiquer l’art et la science de la médecine sans crainte de représailles, de censure, de calomnie ou de mesures disciplinaires, y compris la perte possible du permis d’exercice et des privilèges hospitaliers, la perte de contrats d’assurance et l’ingérence d’entités gouvernementales et les organisations – qui nous empêchent encore plus de soigner les patients dans le besoin. Plus que jamais, le droit et la capacité d’échanger des découvertes scientifiques objectives, qui améliorent notre compréhension de la maladie, doivent être protégés.

RÉSOLU que les médecins doivent défendre leur droit de prescrire un traitement, en respectant le principe PREMIER, NE PAS NOMMAGER. Les médecins ne doivent pas être empêchés de prescrire des traitements sûrs et efficaces. Ces restrictions continuent de causer des maladies et des décès inutiles. Les droits des patients, après avoir été pleinement informés des risques et des avantages de chaque option, doivent être rétablis pour recevoir ces traitements.

RÉSOLU, que nous invitons les médecins du monde et tous les fournisseurs de soins de santé à se joindre à nous dans cette noble cause alors que nous nous efforçons de restaurer la confiance, l’intégrité et le professionnalisme dans la pratique de la médecine.

RÉSOLU, que nous invitons les scientifiques du monde entier, compétents en recherche biomédicale et respectant les normes éthiques et morales les plus élevées, à insister sur leur capacité à mener et à publier des recherches empiriques objectives sans crainte de représailles sur leur carrière, leur réputation et leurs moyens de subsistance. .

RÉSOLU, que nous invitons les patients, qui croient en l’importance de la relation médecin-patient et en la capacité de participer activement à leurs soins, à exiger l’accès à des soins médicaux fondés sur la science.

Traduction de l’article :

DÉCLARATION DES MÉDECINS SOMMET MONDIAL COVID – ROME, ITALIE

Alliance internationale des médecins et des scientifiques médicaux Septembre, 2021
Septembre 2021

(view in Italian) (view in Slovak) (view in Dutch) (view in Spanish)(view in english)

[MISE À JOUR : à minuit HE le 26 septembre, plus de 4 200 médecins et scientifiques ont signé la Déclaration de Rome. Veuillez nous rejoindre en lisant et en signant ci-dessous.]

Nous, médecins du monde, unis et fidèles au serment d’Hippocrate, reconnaissant la profession de la médecine telle que nous la connaissons à la croisée des chemins, sommes obligés de déclarer ce qui suit ;

CONSIDÉRANT qu’il est de notre plus haute responsabilité et de notre devoir de défendre et de restaurer la dignité, l’intégrité, l’art et la science de la médecine ;

CONSIDÉRANT qu’il y a un assaut sans précédent sur notre capacité à soigner nos patients ;

CONSIDÉRANT que les décideurs publics ont choisi d’imposer une stratégie de traitement “taille unique”, entraînant des maladies et des décès inutiles, plutôt que de défendre les concepts fondamentaux de l’approche individuelle et personnalisée des soins aux patients, qui s’est avérée sûre et plus efficace ;

CONSIDÉRANT que les médecins et autres prestataires de soins de santé travaillant en première ligne, grâce à leurs connaissances en épidémiologie, en physiopathologie et en pharmacologie, sont souvent les premiers à identifier de nouveaux traitements susceptibles de sauver des vies ;

CONSIDÉRANT que les médecins sont de plus en plus découragés de s’engager dans un discours professionnel ouvert et dans l’échange d’idées sur les maladies nouvelles et émergentes, ce qui met en danger non seulement l’essence de la profession médicale, mais surtout, et de manière plus tragique, la vie de nos patients ;

CONSIDÉRANT que des milliers de médecins sont empêchés de fournir un traitement à leurs patients, en raison des barrières érigées par les pharmacies, les hôpitaux et les agences de santé publique, ce qui rend la grande majorité des prestataires de soins de santé impuissants à protéger leurs patients face à la maladie. Les médecins conseillent maintenant à leurs patients de simplement rentrer chez eux (ce qui permet au virus de se répliquer) et de revenir lorsque leur maladie s’aggrave, ce qui entraîne des centaines de milliers de décès inutiles de patients, en raison de l’absence de traitement ;

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

CONSIDÉRANT QUE ce n’est pas de la médecine. Ce ne sont pas des soins.. Ces politiques peuvent en fait constituer des crimes contre l’humanité.

ET PAR CONSÉQUENT :

NOUS AVONS DÉCIDÉ que la relation médecin-patient doit être rétablie. Le cœur de la médecine est cette relation, qui permet aux médecins de mieux comprendre leurs patients et leurs maladies, de formuler des traitements qui donnent les meilleures chances de succès, tandis que le patient participe activement à ses soins.

NOUS AVONS DÉCIDÉ que l’interférence politique avec la pratique de la médecine et la relation médecin/patient doit cesser. Les médecins, et tous les prestataires de soins de santé, doivent être libres de pratiquer l’art et la science de la médecine sans craindre la rétribution, la censure, la diffamation ou les mesures disciplinaires, y compris la perte éventuelle de l’autorisation d’exercer et des privilèges hospitaliers, la perte des contrats d’assurance et l’ingérence des agences et organisations gouvernementales – qui nous empêchent encore davantage de soigner les patients dans le besoin. Plus que jamais, il faut protéger le droit et la capacité de partager des résultats scientifiques objectifs qui font progresser notre compréhension des maladies.

NOUS AVONS DÉCIDÉ que les médecins doivent défendre leur droit de prescrire des traitements, ils doivent d’abord respecter le principe “NE PAS FAIRE LE MAL”. Les médecins ne devraient pas être empêchés de prescrire des traitements sûrs et efficaces. Ces restrictions continuent de provoquer des maladies et des décès inutiles. Le droit des patients à recevoir ces traitements, après avoir été pleinement informés des risques et des avantages de chaque option, doit être rétabli.

NOUS AVONS DÉCIDÉ, d’inviter les médecins du monde entier et tous les professionnels de la santé à nous rejoindre dans cette noble cause qui vise à restaurer la confiance, l’intégrité et le professionnalisme dans la pratique de la médecine.

NOUS AVONS DÉCIDÉ que nous invitons les scientifiques du monde entier, qui maîtrisent la recherche biomédicale et respectent les normes éthiques et morales les plus élevées, à insister sur leur capacité à mener et à publier des recherches objectives et empiriques sans craindre de représailles pour leur carrière, leur réputation et leurs moyens de subsistance.

NOUS AVONS DÉCIDÉ que nous invitons les patients, qui croient en l’importance de la relation médecin-patient et en la possibilité de participer activement à leurs soins, à exiger l’accès à des soins médicaux fondés sur des preuves.

EN FOI DE QUOI , le soussigné a signé la présente Déclaration à la date de la première rédaction.

Source de la déclaration : https://doctorsandscientistsdeclaration.org/

4 réflexions sur “Plus de 3 000 médecins et scientifiques signent une déclaration accusant les décideurs de COVID de «crimes contre l’humanité»

  • septembre 27, 2021 à 6:22
    Permalien

    Aujourd’hui les ras de laboratoire C’est nous…pourquoi? je L’ignore…Toujours est il qui dit laboratoire veut dire mort obligé pour affiné leur expériences…Alors jusqu’ou iront ils…car quand il y a plus de ras dans les labos il suffit d’en rajouter…Mais pour nous les humain…. Quand il yen aura plus… il irons en cherché d’autre ou?… sur la planète Mars??

    Répondre
  • octobre 2, 2021 à 10:27
    Permalien

    Je pense que c’est rendu trop loin l’obligation du vaccin et aussi du passeport vaccinal.
    Nous sommes maintenant dans une société de dictature .
    Il y a une division entre les vaccinés et ceux qui ne le sont pas .
    Pourtant, nous payons tous les deux des taxes et des impôts ?

    Répondre
  • octobre 10, 2021 à 7:01
    Permalien

    Ou un médecin peut signer cette déclaration?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez informer

En vous abonnant à la Newsletter, vous acceptez que vos données personnelles soient traitées par la Résistance dans le but de vous envoyer la Newsletter. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment grâce au lien de désinscription à la fin de chaque newsletter.

Newsletter

INSCRIPTION À LA NEWSLETTER

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner