Raoult donne sa version sur les enquêtes menées à l’IHU

Le directeur de l’Institut-Méditerranée infection, Didier Raoult, a tenu une conférence de presse mercredi 20 avril dans l’auditorium de l’IHU, visé par différentes enquêtes de l’ANSM dont le rapport définitif est attendu prochainement.

Didier Raoult l’affirme : il n’est pas là aujourd’hui « pour faire de la politique ». Ni parler de Covid-19. Devant un parterre de journalistes ayant répondu présent à la conférence de presse annoncée sur son compte Twitter le 13 avril, et dont la nature du contenu n’avait pas été divulguée, le directeur de l’IHU-Méditerranée s’est finalement consacré à livrer une synthèse de ses dernières vidéos.

Conflits d’intérêts des médecins, dénigrement de l’hydroxychloroquine, critique du Conseil scientifique, le directeur de l’IHU a passé en revue ses thèmes favoris. Estimant par ailleurs « avoir été surpris par la violence à laquelle l’IHU a été soumis » suite à la mise en ligne de sa chaîne YouTube, le cadre retraité de l’AP-HM revendique à nouveau « la liberté de s’exprimer » et la « liberté de prescrire ». S’il a été condamné le 3 décembre 2021 par un blâme adressé par le Conseil de l’ordre de Nouvelle-Aquitaine pour une communication trompeuse et des atteintes à la confraternité, Didier Raoult ne manque pas de vouloir exciter à nouveau « les fantasmes des comités éditoriaux », dévoilant sa dernière trouvaille. « Le curcuma, ça marche in vitro contre le coronavirus, il y a des premières études qui commencent à montrer ça. J’imagine qu’il y a des gens qui vont dire que ça tue si on en mange plus d’une fois par jour. » Mais c’est sans doute la publication très prochaine du rapport définitif d’inspection de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) qui a dicté la temporalité de cette conférence de presse.

Souhaitant « clarifier les choses » concernant les enquêtes menées à l’IHU par l’agence qui font suite à des vérifications initiées en mai 2021, portant sur d’éventuelles non-conformités concernant des recherches impliquant la personne humaine (RIPH) menées à l’IHU, Didier Raoult a notamment balayé les accusations d’essais sauvages portant sur un traitement court de la tuberculose, dont une enquête de Mediapart s’était fait l’écho. « Toutes les vérifications qui sont intervenues démontrent qu’il n’y a jamais eu d’essais sauvages », affirme Massimo Bianchi, l’un des avocats du Pr Didier Raoult. Si le rapport provisoire de l’ANSM stipule « qu’il n’a pas été identifié d’éléments signant une démarche pouvant caractériser la mise en œuvre d’une RIPH non autorisée par l’ANSM », l’agence relève un certain nombre d’irrégularités « sur lesquelles l’ANSM pourra mettre l’accent dans son rapport définitif ». Des conclusions attendues la semaine prochaine.

Source : https://www.lamarseillaise.fr/societe/raoult-donne-sa-version-sur-les-enquetes-menees-a-l-ihu-PA10989161