Rôle de l’hydroxychloroquine dans le traitement polychimique du COVID-19

L’hydroxychloroquine est l’anti-infectieux intracellulaire le plus largement prescrit pour l’infection humaine par le SRAS-CoV-2 et le syndrome COVID-19. Il y a eu 296 études, dont 220 sont évaluées par des pairs, 246 comparant les groupes de traitement et de contrôle [ 1 ]. Cet agent est utilisé avec succès à la fois en prophylaxie et en thérapie précoce (Fig. 1 ). En règle générale, plus l’hydroxychloroquine est démarrée plus tôt au cours de la maladie, plus les effets du traitement sont plus importants. Ces effets sont grandement améliorés par l’utilisation d’agents en combinaison pour lutter contre la réplication du SRAS-CoV-2, la tempête de cytokines et la thrombose [ 2 , 3 .]. Le traitement précoce de l’infection par le SRAS-CoV-2 a la plus grande opportunité de contrôler l’épidémie puisque les efforts sont déployés sur les personnes gravement malades avec COVID-19 où il existe des interventions pour contrôler la propagation de la maladie, réduire l’intensité et la durée de la maladie, générer une immunité naturelle , et prévenir les hospitalisations et les décès, ce qui se traduit par une plus grande protection de la population contre le SRAS-CoV-2 [ 4 ].

Fig. 1.  
Rôles de l’hydroxychloroquine dans la prévention et le traitement de l’infection par le SRAS-CoV-2 et du syndrome COVID-19.

Dans ce numéro de Reviews in Cardiovascular Medicine, un article de Million et al . [ 5 ] décrit l’impact de l’hydroxychloroquine comme traitement direct du COVID-19 précoce chez les patients ambulatoires se présentant dans un hôpital de jour expert (Institut Hospitalo-Universitaire Med́iterraneé Infection) pour un traitement précoce dans le but de réduire les hospitalisations et les décès. Parmi 10 429 patients qui ont pris en moyenne 4 jours pour se présenter pour des soins médicaux et un autre jour pour recevoir les résultats des tests SARS-CoV-2, 8315 ont été traités avec de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine et ce groupe avait une fraction de létalité observée de 0,06 %. L’association d’hydroxychloroquine et d’azithromycine a été associée à une réduction de 93 % de la mortalité (OR ajusté = 0,17, IC à 95 % 0,06-0,48, p = 0,0007, n = 2015 âge ?? 60 ans). Il y a eu 5 décès parmi les 8315 patients qui ont reçu de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine et 11 parmi les 2114 qui ont reçu d’autres traitements ( p<0,0001). Ces données sont cohérentes avec quatre grandes études présentées par les auteurs dans une méta-analyse de 32 124 patients de cinq pays, montrant qu’un traitement précoce par l’hydroxychloroquine était associé à une réduction de 69 % de la mortalité [ 5 ]. Ces données sont également cohérentes avec les cohortes américaines de soins primaires qui ont démontré des réductions d’environ 85 % des hospitalisations et des décès avec divers schémas thérapeutiques multimédicaments, la plupart avec l’hydroxychloroquine comme base [ 6 ].

La vaste étude menée sur neuf mois par Million et ses collègues démontre que de très faibles taux de mortalité peuvent être atteints dans un « hôpital » ambulatoire dédié, même si le traitement est commencé relativement tard au cours de la réplication virale [ 7 ]. Une faiblesse de l’étude de Million et al. est qu’il provient d’un seul centre et non randomisé. Ces résultats sont complétés par l’utilisation précoce contemporaine de l’hydroxychloroquine en association avec des agents anti-inflammatoires, et des antithrombotiques dans certains cas pour étendre la gamme de l’hydroxychloroquine aux patients à haut risque et réduire les risques d’hospitalisation et de décès [ 7]. Ainsi, dans l’ensemble, l’ensemble de la littérature soutenant le traitement ambulatoire précoce pour les patients COVID-19 à haut risque est convaincant et à ce stade, seul grand (n > 20 000) des essais randomisés multi-médicaments randomisés pourraient mieux informer la communauté sur la combinaison de médicaments la plus idéale pour un futur traitement ambulatoire précoce [ 7 ]. Au moment d’écrire ces lignes, l’Organisation mondiale de la santé, les Centers for Disease Control, l’Infectious Disease Society of America et la Société européenne de microbiologie clinique et des maladies infectieuses n’ont pas abordé de manière exhaustive le traitement ambulatoire précoce des patients atteints de COVID-19 et n’ont fait aucune recommandation. pour tout traitement à agent unique ou combiné. Par conséquent, les efforts actuels visant à définir les rôles des médicaments uniques et multiples sont essentiels dans la riposte à la pandémie.

Source :

Commentaires fermés.