Royaume-Uni : pour la justice, le gouvernement a échoué à protéger les maisons de retraite du Covid-19

20 000 personnes âgées vivant dans des maisons de retraite au Royaume-Uni sont décédées du Covid-19. © Crédit photo : AFP

Par Sudouest.fr avec AFP

La justice britannique juge que le gouvernement de Boris Johnson a échoué à protéger les résidents de maisons de retraite lors de la pandémie du Covid-19 et parle même d’un des « plus accablants échecs politiques de l’ère moderne »

Le gouvernement britannique a échoué à protéger les résidents de maisons de retraite du Covid-19 lorsqu’il a autorisé les personnes hospitalisées à retourner dans ces établissements sans avoir effectué de dépistage, a jugé la Haute Cour de Londres mercredi.

Deux Britanniques dont les pères sont décédés du Covid-19 avaient attaqué le gouvernement britannique et les autorités de santé anglaises en justice, lui reprochant d’avoir, au début de la pandémie, autorisé ces retours qui ont contribué à répandre le virus auprès de populations fragiles.

Dans une décision rendue mercredi, deux juges de la Haute Cour ont conclu que les politiques suivies par le gouvernement en mars et début avril 2020 étaient « illégales » car elles ne tenaient pas compte des risques de transmission asymptomatique du virus. Ils ont déclaré que, malgré une « prise de conscience croissante » du risque de la transmission asymptomatique en mars 2020, « aucune preuve » ne montre que le ministre à la Santé de l’époque, Matt Hancock, ait examiné le risque pour les résidents des maisons de retraite.

L’un des plus accablants échecs politiques de l’ère moderne

Même asymptomatique, un patient revenant de l’hôpital à cette période aurait dû, « dans la mesure du possible, être tenu à l’écart des autres résidents pendant 14 jours », estiment les juges.

L’avocat des deux plaignantes, Cathy Gardner, 60 ans, et Fay Harris, 58 ans, Me Jason Coppel, avait souligné à l’audience que plus de 20 000 personnes âgées ou handicapées vivant dans ces établissements sont décédées du Covid-19 en Angleterre et au pays de Galles entre mars et juin 2020.

Il a déclaré que l’« échec du gouvernement » à protéger cette population « particulièrement vulnérable », constituait « l’un des plus flagrants et plus accablants échecs politiques de l’ère moderne ». Mercredi, à la chambre des Communes, le Premier ministre Boris Johnson a déclaré que c’était une « période incroyablement difficile » et que « nous ne savions pas grand-chose sur la maladie ».