«Ruptures sur les produits alimentaires» : une association met en garde sur la crise des carburants

Des véhicules font la queue pour obtenir de l'essence dans une station TotalEnergies à Bron, près de Lyon, le 10 octobre 2022.

L’association La chaîne logistique du froid, regroupant 120 entreprises de transport, alerte sur les risques d’arrêt de la chaîne d’approvisionnement alimentaire. Si la crise des carburants perdurait, les supermarchés connaîtraient des pénuries.

Une association fédérant 120 entreprises de transport frigorifique a mis en garde le 11 octobre contre des «ruptures sur les produits alimentaires pour les Français» si les pénuries de carburant dues aux grèves perduraient. «Les blocages des raffineries de pétrole en cours sur le territoire national confrontent les entreprises qui transportent des denrées périssables […] à des difficultés grandissantes», a affirmé l’association La chaîne logistique du froid dans un communiqué.

Selon cette association, qui affirme fédérer 120 entreprises totalisant 50 000 salariés et près de 100 000 camions frigorifiques, «chez les transporteurs qui disposent de cuves, les réserves disponibles sont dans certains cas inférieures à une semaine» tandis que «les autres transporteurs sont tributaires des stocks disponibles en station-service». L’association alerte
ainsi «sur les risques de rupture de l’approvisionnement en produits frais et surgelés chez les clients des entreprises de transport : industriels, grande distribution, restauration hors domicile».

Face à cette situation, le Premier ministre Elisabeth Borne a annoncé le même jour la réquisition des personnels pour le déblocage des dépôts de carburants du groupe Esso-Exxonmobil, où un accord salarial a été conclu le 10 octobre par deux organisations syndicales, majoritaires à l’échelle du groupe mais pas de ses raffineries. «Le dialogue social c’est avancer, dès lors qu’une majorité s’est dégagée. Ce ne sont pas des accords a minima. Les annonces de la direction sont significatives. Dès lors, j’ai demandé aux préfets d’engager, comme le permet la loi, la procédure de réquisition des personnels indispensables au fonctionnement des dépôts de cette entreprise», a-t-elle expliqué lors des questions au gouvernement.

Source