Tendances temporelles des tentatives de suicide chez les enfants dans la décennie précédant et durant la pandémie de COVID-19 à Paris, France

Anthony Cousien, PhD1; Eric Acquaviva, MD, PhD2; Solen Kernéis, MD, PhD1,3; et alYazdan Yazdanpanah, MD, PhD1,4; Richard Delorme, MD, PhD2 Author Affiliations Article Information

JAMA Netw Open. 2021;4(10):e2128611. doi:10.1001/jamanetworkopen.2021.28611

introduction

Des études récentes ont rapporté une détérioration de la santé mentale des enfants depuis le début de la pandémie de COVID-19 en 2020, avec une augmentation des troubles anxieux et de l’humeur. 1 Les taux d’idées suicidaires et de tentatives de suicide chez les enfants étaient également plus élevés lorsque les facteurs de stress liés à la COVID-19 étaient accrus en 2020. 2 , 3

Notre objectif était de mieux évaluer les tendances temporelles des tentatives de suicide chez les enfants tout en ajustant les fluctuations annuelles et saisonnières. Nous avons mené une étude transversale des données de surveillance recueillies au cours des 10 dernières années à l’hôpital Robert Debré à Paris, en France, qui est l’un des plus grands centres pédiatriques d’Europe.

Méthodes

Cette étude transversale a inclus tous les enfants âgés de 15 ans ou moins qui ont tenté de se suicider et ont été admis au service des urgences pédiatriques de l’hôpital Robert Debré entre janvier 2010 et avril 2021. L’étude a porté sur 830 enfants, avec un âge moyen (ET) de 13,5 ans. (1,5) ans et un ratio de 1:4 garçons/filles. Une tentative de suicide a été définie comme un comportement potentiellement préjudiciable autodirigé non mortel avec une quelconque intention de mourir à la suite de ce comportement. 4 Les décès par suicide n’ont pas été inclus dans l’analyse car ces données n’étaient pas disponibles en temps réel.

Pour cette étude, nous avons effectué une décomposition robuste de la tendance saisonnière en utilisant une analyse de lissage du nuage de points estimée localement sur la série chronologique bimestrielle de toutes les tentatives de suicide dans les données de surveillance de 2010 à 2021. 5 Le nombre de tentatives de suicide observé au temps t a été décomposé en (1) une composante saisonnière expliquant les variations observées au cours de l’année, (2) une tendance à long terme et (3) un reste. En l’absence d’événements atypiques, le reste doit être centré et non corrélé et avoir une variance constante.

Cette étude a suivi la ligne directrice sur le renforcement de la déclaration des études observationnelles en épidémiologie ( STROBE ). Le comité d’éthique indépendant de l’Entrepôt de Données de Santé de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris a approuvé le protocole de l’étude. Le consentement éclairé n’était pas requis, conformément à la loi française sur l’utilisation rétrospective des données de routine anonymisées monocentriques.

Résultats

Les résultats des séries chronologiques désaisonnalisées ont montré que le nombre de tentatives de suicide chez les enfants est passé de 12,2 au niveau le plus bas (juillet à août) en 2019, à 7,8 lors de la première période de confinement (mars à avril) en 2020 en France (−36 % ; Figure ; Tableau). Cependant, le nombre de tentatives de suicide chez les enfants a considérablement augmenté, passant des niveaux les plus bas et les plus élevés de 12,2 (juillet à août) et 22,5 (novembre à décembre) en 2019, à 38,4 juste avant le deuxième début de confinement (septembre et octobre) et 40,5 ( début novembre à décembre) en 2020 (+116% et +299%, respectivement). Cette dynamique aberrante des tentatives de suicide était indépendante de sa saisonnalité annuelle et de sa tendance sur la période de 10 ans, comme l’illustrent les composantes de restes significatives que nous avons observées après mars 2020. Le coefficient de pente des restes était différent de 0 ( P  = .003) , avec un coefficient de -0,079 (IC à 95 %, -0,13 à -0,027).

Robust Seasonal and Trend Decomposition Using LOESS Analysis3 of a Bimestrial Time Series of Suicide Attempts Among Children Younger Than 15 Years in the Decade Before and During the COVID-19 Pandemic in Paris, France
Figure. Décomposition robuste des saisons et des tendances à l’aide de l’analyse LOESS3 d’une série temporelle bimestrielle de tentatives de suicide chez les enfants de moins de 15 ans dans la décennie précédant et durant la pandémie de COVID-19 à Paris, France

Ces données de surveillance concernent 830 enfants admis aux urgences pédiatriques de l’hôpital Robert Debré à Paris, France, entre janvier 2010 et avril 2021. Les données grisées à partir de mars 2020 indiquent la période après que l’Organisation mondiale de la santé ait déclaré l’épidémie de COVID-19 comme pandémie. A, données brutes sur le nombre de tentatives de suicide pendant les 10 années de suivi. B, Estimation de la saisonnalité des tentatives de suicide. Nous avons observé un effet de saisonnalité annuelle sur l’occurrence des tentatives de suicide chez les enfants. C, Tendance à long terme de la série. Nous avons observé une augmentation progressive des tentatives de suicide au cours des 10 dernières années (janvier 2010 et avril 2021) en France, comme cela a également été rapporté aux Etats-Unis.4 D, Sur la base de notre modèle, l’analyse STL a révélé des événements atypiques dans la série des tentatives de suicide depuis le début de la pandémie. Les valeurs aberrantes dans le reste de la série correspondent à des anomalies dans la série temporelle (c’est-à-dire des signaux non expliqués par la saisonnalité et la tendance à long terme). E, La série temporelle désaisonnalisée représente la somme des composantes de la tendance et du reste. Nous avons observé une diminution des tentatives de suicide pendant la première période de confinement en France (mars à avril 2020) mais une augmentation importante (en septembre et octobre 2020) juste avant le début du deuxième confinement (début novembre 2020). LOESS indique un lissage de nuage de points estimé localement ; STL, décomposition saisonnière et de tendance utilisant LOESS.

Deseasonalized Adjusted Numbers of Suicide Attempts Among Children Aged Younger Than 15 Years in France, by Bimesters From 2019 to 2021
Tableau. Nombre désaisonnalisé et ajusté de tentatives de suicide chez les enfants âgés de moins de 15 ans en France, selon les bimestres de 2019 à 2021.

Discussion

Depuis 2010, l’incidence des tentatives de suicide chez les enfants a augmenté dans le monde. 4 Notre analyse suggère en outre une augmentation spectaculaire des tentatives de suicide chez les enfants fin 2020 et début 2021 après le début de la pandémie de COVID-19 en France.

Des résultats similaires dans la dynamique du suicide, des tentatives de suicide ou des idées suicidaires chez les enfants ont été rapportés récemment. 2 , 3 , 6 De nombreux facteurs peuvent avoir contribué à cette accélération, tels que la sensibilité spécifique des enfants aux mesures d’atténuation, la détérioration de la santé familiale et des conditions économiques, l’augmentation du temps passé devant un écran et la dépendance aux médias sociaux, ou le deuil. Fait intéressant, nous avons également observé une diminution des tentatives de suicide dans les premiers mois de la pandémie pendant la période de confinement de mars 2020 en France, qui peut avoir résulté non seulement d’une surveillance parentale accrue, mais également de difficultés d’accès aux soins d’urgence.

Notre étude présentait certaines limites en ce sens qu’elle était monocentrique, sujette à un biais de représentativité, et également insuffisante pour stratifier les patients par sexe. Seuls les patients âgés de 15 ans ou moins ont été inclus, ce qui limite la comparaison de nos résultats avec des travaux similaires incluant des patients âgés de 16 à 21 ans. Enfin, notre surveillance attentive des changements potentiels dans la santé mentale des enfants depuis le début de la pandémie peut également avoir conduit à une surestimation des résultats que nous avons signalés.

En conclusion, nos résultats suggèrent que la pandémie de COVID-19 est associée à de profonds changements dans la dynamique des tentatives de suicide chez les enfants. Il est nécessaire de déployer rapidement des stratégies de prévention et d’intervention fondées sur des données probantes pour lutter contre les facteurs influençant les tentatives de suicide chez les enfants pendant et probablement après la pandémie.

Source :

Augmentation spectaculaire des tentatives de suicide chez les enfants durant la pandémie de COVID-19 en France. Résultats similaires dans la dynamique du suicide, des tentatives de suicide ou des idées suicidaires chez les enfants dans la bibliographie

Laurent Mucchielli