Tesla bascule dans l’assurance en temps réel

Tesla Insurance
Engagée depuis longtemps dans la création d’un produit d’assurance mieux adapté aux particularités de ses véhicules et après ses premiers pas autonomes en Californie, Tesla franchit désormais une étape supplémentaire avec le lancement récent d’une nouvelle couverture, d’abord au Texas, entièrement basée sur l’analyse des usages.
 
Naturellement, la tarification ajustée en fonction du comportement du conducteur n’a rien de très original en 2021. En revanche, ce qu’apporte de plus le constructeur américain est une vision de l’assurance totalement dégagée de ses contraintes traditionnelles. En particulier, il n’est absolument plus question d’exploiter des informations historiques pour juger l’automobiliste, seules sa situation courante, ses préférences et ses actions du moment, surveillées au jour le jour, déterminent le montant de ses primes.
 
Un premier avantage émerge lors de la souscription, qui ne requiert plus de prouver ses antécédents, ni même les détails personnels habituels (âge, statut marital, sexe… fréquemment utilisés). Le demandeur n’a plus qu’à préciser le modèle de son véhicule (toute la gamme Tesla est prise en charge), son lieu de résidence, son kilométrage moyen et les options qu’il souhaite adjoindre à la garantie responsabilité civile obligatoire (protections complémentaires, limites d’indemnisation relevées, franchise réduite…).
 
À ces critères élémentaires, s’ajoute un score de sécurité (Safety Score) permettant de fixer le prix mensuel définitif. Établi initialement à une valeur moyenne, il est évalué chaque mois (tout comme le kilométrage réel) sur la base des mesures effectuées en permanence grâce aux capteurs intégrés : taux de retrait de la fonction « auto-pilote », (déclenché par une inattention continue), freinages brusques et virages agressifs, nombres d’alertes aux collisions frontales et de cas de distance de sécurité insuffisante. Les accidents, du présent comme du passé, n’interviennent pas dans les algorithmes !
En comparaison des solutions concurrentes, Tesla vante l’équipement natif de ses voitures, qui évite à l’acheteur de devoir installer un accessoire afin de profiter de l’assurance contextuelle. Cette caractéristique s’accompagne évidemment de la promesse de ne collecter et conserver (pour une durée prédéterminée) que des données sans localisation géographique, aux fins exclusives de calcul du score de sécurité, écartant notamment toute éventualité de partage ou de commercialisation auprès de tiers.
 
Au-delà des inévitables débats sur l’individualisation de la protection et de son impact potentiel sur la mutualisation du risque, l’approche de Tesla pointe surtout vers l’avenir du transport. En effet, son objectif semble focalisé sur l’abandon dans ses modèles actuariels des facteurs directement liés au conducteur pour ne conserver que ceux relevant du véhicule et de ses paramètres de fonctionnement. Quoi de plus logique quand on se projette dans un monde de pilote automatique et de déplacement à la demande ?
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.