Troisième dose, pass sanitaire : des milliers d’opposants de retour dans la rue

Troisième dose, pass sanitaire : des milliers d'opposants de retour dans la rue

Comme chaque samedi, plusieurs milliers de personnes ont manifesté en France pour protester contre l’obligation du pass sanitaire. Cette mobilisation a été aussi l’occasion pour certains de dénoncer la troisième dose vaccinale anti-Covid.

Les opposants à la politique sanitaire se sont mobilisés le 13 novembre dans plusieurs villes de France, la première fois depuis l’intervention d’Emmanuel Macron du 9 novembre 2021. Le chef de l’Etat a notamment annoncé qu’une troisièmedose de vaccin serait obligatoire pour les personnes âgées de plus de 65 ans, si elles veulent conserver leur pass sanitaire.

Quelques Gilets jaunes faisaient partie du cortège à Paris, comme l’a constaté le reporter, Amar Taoualit.

Pour ce 18e samedi de mobilisation, le président des Patriotes Florian Philippot a une nouvelle fois fait partie des participants. «Une marée humaine dit non aux « deux doses par an à vie », crie  » vive la Liberté et vive la France »», a tweeté le candidat à la présidentielle.

Des manifestations avaient également lieu dans d’autres villes comme Toulouse (Haute-Garonne) où ils étaient environ 300 selon La Dépêche.

Le journal régional les Dernières nouvelles d’Alsace (DNA) a également recensé des rassemblements. A Strasbourg (Bas-Rhin), environ 1 050 personnes selon la police s’étaient réunies avec «de nombreux Allemands». A Colmar (Haut-Rhin), au moins 320 étaient dénombrés par les forces de l’ordre au départ du cortège.

A Mulhouse (Haut-Rhin), DNA a calculé environ 1 200 manifestants «pour protester contre le pass sanitaire et l’obligation vaccinale qui touche les personnels soignants».

A Angers (Maine-et-Loire), ils étaient environ 170 selon Ouest-France, à Perpignan (Pyrénées-Orientales), 300 selon L’Indépendant.

A Nancy (Meurthe-et-Moselle), L’Est républicain a constaté une manifestation, avec pour ces mots d’ordre : «Pour la liberté de manifester, la liberté d’expression, la liberté d’aller et venir, contre le pass sanitaire, pour une justice sociale, fiscale et environnementale.»

Source à l’adresse RT France

2 thoughts on “Troisième dose, pass sanitaire : des milliers d’opposants de retour dans la rue

  • Macron est un petit fils du maréchal petain le traître de la France et aujourd’hui il va devenir le président de Bruxelles

  • La troisième dose augmente l’immunité, donc après la quatrième dose, vous êtes protégé. Une fois que 80% de la population a reçu la cinquième dose, les restrictions peuvent être assouplies car la sixième dose empêche la propagation du virus. Je suis calme et je crois que la septième dose résoudra nos problèmes et nous n’avons aucune raison de craindre la huitième dose. La phase clinique de la neuvième dose confirme que les anticorps restent stables après la dixième dose. La onzième dose garantit qu’aucune nouvelle mutation ne se développera, il n’y a donc plus de raison de critiquer l’idée de la douzième dose.
    Plus sérieusement : Avec la “vaccination” ARNm anti-corona, pour la première fois de l’histoire et de manière intentionnelle, on programme par manipulation génétique les cellules de personnes en bonne santé au moyen de l’ARNm, afin que ces cellules présentent sur leur surface la protéine Spike comme antigène (étranger) – alors que ces gens sont en parfaite bonne santé et n’ont pas été infectés par le virus. Le mode opératoire de la “vaccination” anti-corona est donc de trompeusement marquer des cellules saines du corps du patient, comme si elles étaient des cellules étrangères.
    Le système immunitaire réagit sur le champ, reconnaît l’antigène comme étranger, fabrique des anticorps et détruit la protéine Spike en détruisant la cellule sur laquelle elle apparaît.
    Cela veut dire que la “vaccination” anti-corona trompe notre système immunitaire et fait en sorte d’attaquer et de détruire nos propres cellules saines. À la guerre, on appelle cela tir ami ou en anglais “friendly fire”, lorsque des soldats tirent sur leur propre camp.
    Démolir la frontière stricte entre ce qui est étranger à soi-même d’une part, et soi-même de l’autre, représente donc un péril gravissime non seulement pour notre santé mais pour notre survie. Cet état de fait a été étudié pour les maladies auto-immunes. Celles-ci sont rares mais présentent en général un mauvais pronostic et peuvent être mortelles. ”
    Encore en beaucoup plus court, comme cela a déja été souligné par d’autres biologistes, (Sucharit Bhakdi, etc.) les protéines spike fabriquées sur “ordre” de l’ARN messager injecté, vont être ciblées et détruites pas le système immunitaire des cobayes (vous !) EN MÊME TEMPS QUE LES CELLULES QUI LES ABRITENT.
    C’est de l’auto-destruction programmée.
    Génial, non ?
    Un autre chiffre important :
    Lorsque l’on regarde le nombre de patients hospitalisés “pour Covid” par exemple entre le 2 mars 2020 (juste avant le début de la “pandémie” en France et le 11 janvier 2021 (juste avant le début de la vaccination de masse en France), il y a eu 344 189 hospitalisations dans tous les secteurs hospitaliers. Ce qui nous fait, pour la période considérée de 315 jours, une moyenne de 1093 personnes hospitalisées.
    Pour la période du 11 janvier au 30 août 2021, donc depuis le début de la campagne de vaccination, il y a eu jusque là en tout 283 827 hospitalisations. Ce qui, pour les 231 jours fait une moyenne journalière de 1229 hospitalisations chaque jour.
    Il y a donc, depuis le début de la campagne de vaccination très exactement 136 personnes de plus chaque jour qui sont hospitalisées.
    POURQUOI ???

Commentaires fermés.