Ukraine : Moscou accuse Washington d’avoir financé des expériences dangereuses dans des laboratoires

Ukraine : Moscou accuse Washington d'avoir financé des expériences dangereuses dans des laboratoires

Le représentant permanent de la Russie auprès de l'ONU Vassily Nebenzia le 17 septembre 2018 à Washington (image d'illustration).

A l’ONU, Moscou a accusé Washington d’avoir «activement financé des projets biologiques en Ukraine», afin notamment d’étudier «la possibilité de propagation d’infections particulièrement dangereuses». Les Etats-Unis dénoncent de la «désinformation».

Par la voix de son représentant permanent auprès de l’ONU, Vassily Nebenzia, la Russie a commenté le 11 mars lors d’une réunion du Conseil de sécurité convoquée à son initiative les présumés «programmes biologiques militaires» américano-ukrainiens en Ukraine, qu’elle avait déjà évoquée récemment.

«Le ministère russe de la Défense a reçu des documents confirmant qu’un réseau d’au moins 30 laboratoires biologiques a été créé sur le territoire ukrainien, dans lesquels sont réalisés des expériences biologiques extrêmement dangereuses dans le but de renforcer les qualités pathogènes de la peste, de l’anthrax, de la tularémie, du choléra et d’autres maladies mortelles à l’aide de la biologie synthétique», a fait savoir Vassily Nebenzia selon des propos rapportés par l’agence de presse russe TASS.
 
L’ONU «n’est au courant d’aucun programme d’armes biologiques en Ukraine», avait au préalable déclaré une responsable de l’ONU en désarmement, Izumi Nakamitsu, tandis que les ambassadeurs d’Ukraine et des Etats-Unis rejetaient les allégations russes.
 
Le diplomate russe a pour sa part expliqué que ce «travail» des laboratoires aurait été «financé et supervisé directement par la Defense Threat Reduction Agency du département américain de la Défense, y compris dans l’intérêt du National Center for Medical Intelligence du département américain de la Défense». «Nos militaires ont appris des détails du projet UP-4, réalisé dans les laboratoires de Kiev, Kharkov et Odessa. Son objectif est d’étudier la possibilité de propagation d’infections particulièrement dangereuses par les oiseaux migrateurs, y compris [la forme] hautement pathogène de la grippe H5N1, dont la létalité chez les êtres humains atteint 50%, et également la maladie de Newcastle. Un autre projet réalise des recherches sur les chauves-souris en tant que vecteurs d’agents potentiels d’armes biologiques», a également assuré le représentant permanent de la Russie auprès de l’ONU.
 

Washington et Londres évoquent de la «désinformation» et des «théories du complot sauvages»

D’après lui, seraient étudiés dans ces laboratoires des pathogènes bactériens et viraux pouvant être transmis des chauves-souris à l’homme, tels que la peste, la leptospirose, ainsi que les filovirus et les coronavirus. «Comme c’est attesté par les documents de projet, les Etats-Unis ont activement financé des projets biologiques en Ukraine. Des expériences ont été menées pour étudier le transfert de maladies dangereuses par les ectoparasites – les poux et les puces. Même les non-spécialistes comprennent que de telles expériences sont parmi les plus imprudentes, car elles ne permettent pas de contrôler l’évolution ultérieure de la situation», a encore accusé le diplomate russe.
 

L’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield, a précisé en réaction que l’aide apportée par son pays à l’Ukraine en matière de biologie avait pour objectif de détecter des maladies comme le Covid-19. «C’est un travail qui a été fait fièrement, clairement et au grand jour», et «qui n’a rien à voir avec les armes biologiques», a-t-elle expliqué, en accusant Moscou d’avoir convoqué cette réunion devant le Conseil de sécurité «dans le seul but de mentir et de répandre de la désinformation». Moscou utilise le Conseil de sécurité pour proférer «une série de théories du complot sauvages, complètement sans fondement et irresponsables», a abondé le même jour son homologue britannique Barbara Woodward.

Alors que Moscou accuse Kiev d’avoir mené à des fins militaire des recherches sur des agents pathogènes avec le soutien de Washington, les Etats-Unis ont de leur côté confirmé le 8 mars la présence d’agents pathogènes en Ukraine, mais non leur développement dans un but militaire. Interrogée par l’élu républicain à la Chambre des représentants Mark Rubio, qui cherchait à savoir si l’Ukraine «possède des armes biologiques», la numéro trois de la diplomatie américaine, Victoria Nuland, a ainsi déclaré : «L’Ukraine a des installations de recherche biologique, et nous sommes très inquiets que les troupes russes, que les forces russes puissent chercher à en prendre le contrôle. Donc nous travaillons avec les Ukrainiens sur la façon dont ils pourraient empêcher que ces matériels de recherche ne tombent entre les mains des forces russes.» Quelques jours auparavant, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov avait accusé Washington d’avoir construit des «sites militaires biologiques le long du périmètre de la Russie». «[Les Américains refusent] catégoriquement de créer un mécanisme de vérification dans le cadre de la convention sur l’interdiction des armes biologiques», avait poursuivi le ministre russe des Affaires étrangères une interview télévisée le 3 mars.
 
Les allégations russes à ce sujet avaient trouvé un certain écho auprès de Pékin, qui y avait réagi par la voix de son ministère des Affaires étrangères. La diplomatie chinoise avait ainsi demandé le 8 mars aux Etats-Unis de publier tous les détails concernant «leurs laboratoires biologiques en Ukraine». «Quelle est la véritable intention des Etats-Unis ? Qu’ont-ils fait exactement ? Ces questions ont toujours été source de doutes pour la communauté internationale», avait déclaré le porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian, dans des propos rapportés par l’agence Xinhua.
 

En tout état de cause, le 10 mars, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait conseillé au ministère ukrainien de la Santé et aux autres organismes responsables du pays de détruire les agents pathogènes à haut risque hébergés dans leurs laboratoires afin d’éviter «tout déversement potentiel» qui pourrait propager des maladies au sein de la population.

En avril 2020, l’ambassade des Etats-Unis à Kiev faisait déjà état d’un partenariat avec les autorités ukrainiennes dans ce domaine, sans pour autant évoquer l’éventuelle visée militaire de ces recherches. Au contraire, dénonçant la «désinformation russe», elle présentait cette collaboration comme une manière de «réduire les menaces biologiques».

Source : https://francais.rt.com/international/97034-ukraine-moscou-accuse-washington-d-avoir-finance-experiences-dangereuses-laboratoires