Un prof de lycée suspendu à Toulouse pour avoir fait l’apologie du complotisme devant ses élèves

Interrogée sur une possible diffusion de vidéo complotiste par un prof devant ses élèves, l’inspection académique de Toulouse confirme les faits. Ils se sont déroulés en début de semaine au lycée Raymond-Naves. L’enseignant est suspendu.

L’enseignant aurait diffusé une vidéo complotiste à ses élèves (photo d’illustration). © Maxppp – Guillaume Bonnefont

Un professeur d’espagnol du lycée Raymond-Naves du quartier Croix Daurade à Toulouse vient d’être suspendu pour avoir diffusé en cette rentrée une vidéo complotiste à une classe de seconde. Il serait antivax.

“Pas acceptable qu’un professeur exprime ses opinions”

L’inspection académique de Haute-Garonne confirme la diffusion d’une vidéo du site complotiste France Soir, fait savoir “qu’il n’est pas acceptable qu’un professeur exprime ainsi ses opinions personnelles auprès de ses élèves” et indique “qu’il été pris la décision de le suspendre par mesure conservatoire“.

La position du syndicat SNES-FSU

De son côté, le syndicat SNES FSU se veut rassurant en disant “qu’il n’y a pas de dérive des enseignants dans l’exercice de leur mission“. Pierre Priouret secrétaire général du SNES FSU pour l’académie de Toulouse rappelle que les profs ont un devoir de neutralité. 

Prudent, le syndicaliste s’étonne également que le motif de la suspension de l’enseignant soit rendue publique et rappelle que “l’administration est tenue de protéger ses personnels“.

One thought on “Un prof de lycée suspendu à Toulouse pour avoir fait l’apologie du complotisme devant ses élèves

  • J’ai quitté l’enseignement avant d’être flanqué dehors pour des raisons analogues. L’enseignement de l’esprit critique, si vous n’êtes pas dans les petits papiers de votre direction, s’apparente à du complotisme pour la plèbe conformiste et obséquieuse qui règne dans les écoles de nos jours.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.