Un rapport danois a-t-il révélé qu’un quart des hospitalisés positifs ont été admis pour d’autres raisons que le Covid?

Un rapport danois a-t-il révélé qu’un quart des hospitalisés positifs ont été admis pour d’autres raisons que le Covid?

Un rapport publié par l’institut danois chargé du suivi de l’épidémie indique que 23% des patients hospitalisés, positifs au Covid, ont été admis dans les hôpitaux danois pour une autre raison. En France, cette part est de 20%.

Dans le département de soins intensifs de l'hôpital Herlev, à Copenhague, en mai 2020. (OLAFUR STEINAR GESTSSON/AFP)

par Jacques Pezet

publié le 13 janvier 2022 à 16h54
 
Question posée par Claire le 13 janvier,

Bonjour,

Un rapport publié le 6 janvier par le Statens Serum Institut (SSI), l’organisme danois chargé du suivi du Covid-19, indique qu’au mois de décembre, environ 23 % des patients atteints du Covid dans les hôpitaux danois y ont été admis en raison d’un diagnostic autre que le virus. Concrètement cela signifie que parmi les patients positif au coronavirus, près d’un quart ont été hospitalisé à cause d’une autre maladie, d’un accident ou même d’un accouchement. Ce taux est en légère hausse par rapport à octobre et novembre (22 %).

 

Si la grande majorité des hospitalisés atteints du Covid y ont été admis à cause du virus, le taux de 73 % observé en décembre est en légère baisse par rapport aux 75 % observés en octobre ou novembre. Les 4 % restants correspondent à d’autres diagnostics de troubles respiratoires, selon le rapport. Dans son communiqué, l’institut danois considère que la part d’hospitalisés à cause du Covid-19 décline actuellement «à cause d’omicron». Fortement touché par ce variant très contagieux, devenu majoritaire dès le 16 décembre, le royaume a fait face à une explosion de cas durant le dernier mois de l’année. Il est donc logique qu’on retrouve parmi les hospitalisés une part croissante de personnes hospitalisés pour d’autres raisons, mais également infectés.

«Nous avons échoué»

Comme le précise l’édition danoise du média anglophone The Local, le rapport du Statens Serum Institut a été publié dans un contexte, où la valeur du nombre de personnes atteintes du Sars-CoV-2 dans les hôpitaux danois fait débat. «Certains experts et politiciens se demandent si ce chiffre est une représentation exacte du niveau de pression sur les hôpitaux et le système de santé, étant donné que tous les patients inclus dans ce chiffre ne requièrent pas de traitement pour le Covid-19», note le site, qui souligne toutefois que les patients atteints du Covid «nécessitent toujours plus de ressources que les patients qui ne sont pas atteints, en raison des protocoles de traitement, notamment l’isolement et la nécessité pour le personnel hospitalier de porter des équipements de protection individuelle».

La part réelle du nombre d’hospitalisés à cause du coronavirus, mise en avant par le rapport, a également suscité l’indignation du tabloïd danois Ekstra Bladet. Dans un édito titré «Nous avons échoué», publié le 7 janvier (et qui a connu un succès certain parmi les critiques de la politique sanitaire française), le quotidien a fait son mea culpa auprès de ses lecteurs en reconnaissant une forme d’aveuglement quant à la réalité de la crise du coronavirus et a vivement critiqué les pouvoirs publics de ne pas avoir informé les citoyens correctement. «Nous n’avons pas été assez vigilants lorsque les autorités ont dû expliquer ce que ça veut signifier en fait, quand les gens sont admis avec le Covid et non à cause du Covid», fustige le journal, pour qui «cela fait une grande différence. Pour être précis, les chiffres officiels d’admission se sont avérés être 27 % plus élevés que le chiffre réel du nombre de personnes hospitalisées simplement parce qu’elles sont atteintes du Covid. Nous ne le savons que maintenant».

A noter que les chiffres français sont proches. Selon les données de Santé publique France publiées dans le bulletin épidémiologique hebdomadaire, la part des hospitalisés positifs admis avec le Covid-19, et non pour le Covid, était de 20 % (et de 8 % en soins critiques), en hausse (14 % et 5 % en soins critiques deux semaines auparavant). La part des patients positifs hospitalisés pour d’autres raisons que le Covid varie significativement en fonction de l’âge. Elle atteint ainsi 44% chez les 20-29 ans -18% pour les soins critiques- et 40% pour les 30-39 ans -13% en soins critiques.

Source : https://www.liberation.fr/checknews/un-rapport-danois-a-t-il-revele-quun-quart-des-hospitalises-positifs-ont-ete-admis-pour-dautres-raisons-que-le-covid-20220113_ESUR4MLHGJDYDDXNEIK3LBSQ74/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.