Un responsable brésilien demande l’arrêt des injections de COVID-19 aux adolescents après leur décès ; l’agence de santé affirme qu’il n’y a pas de preuves pour justifier cette mesure.

Une infirmière administre une dose de vaccin contre la maladie à coronavirus (COVID-19) à un étudiant de l'Institut Butanta de Sao Paulo, Brésil, le 16 août 2021. REUTERS/Carla Carniel/File Photo
Une infirmière administre une dose de vaccin contre la maladie à coronavirus (COVID-19) à un étudiant de l’Institut Butanta de Sao Paulo, Brésil, le 16 août 2021. REUTERS/Carla Carniel/File Photo

BRASILIA, 16 septembre (Reuters) – Le gouvernement fédéral brésilien souhaite arrêter les vaccinations contre le COVID-19 pour la plupart des adolescents, citant un décès sous enquête et des événements indésirables après que quelque 3,5 millions d’adolescents ont déjà été vaccinés, mais plusieurs gouvernements d’État se sont engagés à poursuivre.

Lors d’une conférence de presse, le ministre de la Santé Marcelo Queiroga a critiqué les États et les villes pour avoir sauté le pas en vaccinant des jeunes de 12 à 17 ans sans problèmes de santé les exposant à un risque de COVID-19 sévère, qui, selon lui, n’était censé commencer que le Mercredi.

Queiroga a déclaré que les adolescents en bonne santé qui ont déjà pris une dose ne devraient pas en prendre une seconde – cherchant effectivement à arrêter les vaccinations à l’échelle nationale pour les adolescents.

Dans un communiqué, le régulateur fédéral de la santé Anvisa a déclaré qu’il n’y avait “aucune preuve pour soutenir ou exiger des changements” à son approbation pour que les enfants de 12 à 17 ans soient vaccinés avec des vaccins Pfizer.

Queiroga n’a pas précisé de raison pour demander un arrêt, mais a déclaré qu’il y avait 1 545 événements indésirables enregistrés, dont 93% chez des personnes qui ont reçu des vaccins COVID-19 autres que le vaccin Pfizer (PFE.N) /BioNTech – le seul approuvé pour les mineurs au Brésil. Il a également déclaré qu’un décès avait été enregistré dans la ville de São Bernardo do Campo, juste à l’extérieur de la capitale de l’État de São Paulo.

Anvisa dans sa déclaration a déclaré qu’elle enquêtait sur la mort d’un jeune de 16 ans qui a reçu une première dose plus tôt ce mois-ci.

“À l’heure actuelle, il n’y a pas de relation causale définie entre ce cas et l’administration du vaccin”, a-t-il déclaré.

L’État de Sao Paulo, le plus peuplé du pays, a déclaré avoir déjà vacciné près de 2,5 millions de personnes de moins de 18 ans. Le gouverneur Joao Doria a déclaré sur les réseaux sociaux que Sao Paulo n’arrêterait pas de vacciner les adolescents.

Queiroga a déclaré que les preuves de l’efficacité des vaccins pour les adolescents en bonne santé n’étaient pas encore certaines, bien que les données des essais cliniques aient montré qu’ils étaient efficaces pour prévenir la maladie.

Les États-Unis, Israël et certains pays européens ont mis en place des vaccinations pour les enfants. Lundi, l’Angleterre a décidé que tous les enfants de 12 à 15 ans se verraient offrir une injection après que des conseillers médicaux principaux ont déclaré que les enfants bénéficieraient d’une réduction des perturbations de leur éducation.

Il reste à voir si les commentaires de Queiroga auront beaucoup de poids. Selon Carlos Lula, président de l’association des secrétaires d’État à la santé, la majorité des États n’envisagent pas d’arrêter les vaccinations pour cette tranche d’âge.

Traduction de l’article :

2 thoughts on “Un responsable brésilien demande l’arrêt des injections de COVID-19 aux adolescents après leur décès ; l’agence de santé affirme qu’il n’y a pas de preuves pour justifier cette mesure.

  • j’aimerais qu’on cesse de nommer “vaccin” une THERAPIE GENIQUE EXPERIMENTALE. Pire que sous le régime Hitlérien, on force les gens à se faire injecter des séquences du sida, du sras et en plus du graphène. Monstrueux . Mais bien sûr conforme au plan Kalergi, aux ordres du NOM, des francs macs, des illuminati, qui prévoient la suppression de 3 MILLIARDS D’INDIVIDUS d’ici 2025. Et ENCORE PIRE, je rappelle qu’il y a LE CODE DE NUREMBERG, les lois et conventions INALIENABLES. Pourquoi tant de gens sur cette planète ne connaissent ABSOLUMENT RIEN de ces lois qui INTERDISENT toute injection expérimentale ? j’ai 79 ans, j’aimerais bien que ce cirque groteste et mortel s’arrête.

    • Merci Madame pour votre commentaire de bon sens …..

Commentaires fermés.