Un syndicat d’Air France appelle à une grève illimitée contre le passe vaccinal

Un syndicat d’Air France appelle à une grève illimitée contre le passe vaccinal

Le Syndicat des navigants du groupe Air France (SNGAF) a déposé un préavis de grève illimité pour protester contre la mise en place du pass vaccinal, entrainant une « rupture d’équité » entre les PNC (Personnel Navigant Commercial) travaillant sur des vols domestiques et ceux sur les lignes internationales, et empêchant désormais de travailler ceux qui ne veulent pas se faire vacciner. 

Valable depuis le 24 janvier 2022, le préavis de grève déposé par le syndicat représentant 30% du personnel de cabine de la compagnie nationale française fait suite selon lui à des interventions menées « depuis juillet 2021 » auprès de la direction d’Air France et du gouvernement. Selon le SNGAF, le remplacement du pass sanitaire par le pass vaccinal entraine une « rupture d’équité » entre tous les salariés de la compagnie : « bien qu’imparfait », le premier avait le mérite de permettre à tous les PNC, sans distinction, de pouvoir continuer à travailler, le test PCR exigé «   garantissant en outre la bonne santé des PNC à l’instant T ».

En supprimant la possibilité de ce test pour les PNC ne souhaitant pas se faire vacciner, le pass vaccinal les empêche donc de travailler. Et pour le syndicat, « les nouvelles dispositions “cas contact” désormais liées au Pass Vaccinal peuvent conduire des PNC vaccinés, mais contaminés, à partir travailler ». L’action vise donc à offrir « une alternative aux PNC non vaccinés pour continuer de travailler » et la possibilité de pouvoir bénéficier, à terme, de « journées d’immobilisation qui leur sont dues légalement ». Mais aussi à mettre la pression sur l’Etat « sans pour autant compromettre l’activité » d’Air France, qui devra dans tous les cas selon le SNGAF « se passer de sa population non vaccinée avec le Pass Vaccinal ». Rappelons que la compagnie aérienne impose aux navigants le pass vaccinal sur les lignes domestiques, celles internationales restant soumises aux mesures mises en place par le pays de destination.

Le syndicat exige donc « le maintien d’une liberté de choix ». Outre ce dépôt de préavis de grève illimitée, il a enclenché également « les recours juridiques nécessaires auprès des instances légales ». Et il réclame auprès du gouvernement qu’une NOTAM, « stipulant que le PNC en mission resterait soumis aux dispositions prévues dans le Pass Sanitaire », soit rédigée.

Le SNGAF dénonce quatre points précis :

Obligation vaccinale : Le vaccin n’étant pas rendu obligatoire par la loi, l’Etat doit donc mettre des moyens à disposition de tous les PNC pour que chacun puisse assurer sa mission correctement, et ce, peu importe ses choix personnels. Or, ce n’est plus le cas avec la mise en place du Pass Vaccinal qui, contrairement au Pass Sanitaire, n’autorise désormais plus les tests nasopharyngés comme moyen d’accès valide pour les transports (train, avion…). Cette situation est particulièrement impactante pour les PNC Court Courrier non vaccinés, qui sont tout simplement dans l’incapacité totale d’effectuer leur mission, tout comme n’importe quel PNC provincial.

Vaccination sur le temps de travail : La loi promulguée en août 2021 prévoit la possibilité pour chaque salarié qui en exprimerait la volonté de se faire vacciner sur son temps de travail. Depuis lors et malgré nos nombreuses demandes, Air France refuse catégoriquement de permettre aux salariés cette possibilité, leur demandant de prendre des rendez-vous de vaccination sur leur temps de repos. Ce sont donc plusieurs immobilisations qui sont dues aux PNC qui ont fait le choix personnel de la vaccination.

Procédure cas contact : Concernant l’isolement, on passe de 17 jours il y a peu à … rien avec l’instauration du Pass Vaccinal. Il est totalement inconcevable que des PNC puissent aller travailler en étant cas contact, voire infectés, avec toutes les conséquences graves que cela engendre: rester bloqué en escale, y développer une forme grave, provoquer un cluster de contamination à bord d’un de nos avions… Les PNC ayant fait le choix de la vaccination afin de protéger leur entourage et leurs proches se retrouvent ainsi dans une situation allant à l’encontre de leurs convictions et les exposant ainsi dangereusement.

Incohérence des mesures mises en place par Air France : Un Certificat de rétablissement du Covid, découlant d’un test antigénique, n’est pas valable à l’étranger, et le délai minimum pour se refaire vacciner est de 2 mois. Que compte faire l’Entreprise pour les PNC dans cette situation ? La réalisation d’un CDG/TUN n’est pas soumise au Pass Vaccinal. La réalisation d’un NCE/CDG/TUN est soumise au Pass Vaccinal. Outre l’incohérence de cette situation, que compte faire l’Entreprise pour le PNC capable d’assurer sa mission sur le CDG/TUN, mais pas sur le NCE/CDG? Comment gérer cette situation ubuesque ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.