«Un type formidable» : Donald Trump soutient la candidature de Jair Bolsonaro

Donald Trump et Jair Bolsonaro échangent des maillots de football à la Maison Blanche, le 19 mars 2019 (illustration).

L’ancien président américain a exprimé une nette préférence pour le président sortant du Brésil dans la perspective de l’élection du 2 octobre, estimant que ce dernier avait fait du «super boulot» pendant son mandat.

Donald Trump a apporté le 8 septembre son «soutien le plus complet» à la campagne de réélection du dirigeant brésilien Jair Bolsonaro, «un type formidable», selon les mots de l’ancien président américain.

«Le président brésilien Jair Bolsonaro, le “Trump des Tropiques” comme il est surnommé, a fait du super boulot pour le merveilleux peuple du Brésil», a salué Donald Trump sur son réseau, Truth Social. «C’est un type formidable qui a mon soutien le plus complet», a assuré le milliardaire républicain. Les deux hommes s’étaient rencontrés en mars 2019 et avaient alors affiché leur complicité et leur convergence sur une série de sujets internationaux.

L’élection présidentielle du 2 octobre est la plus polarisée de l’histoire récente du Brésil et la campagne se déroule dans un contexte très tendu. Le 7 septembre, Jair Bolsonaro a réussi à mobiliser des centaines de milliers de partisans dans les rues à l’occasion du bicentenaire de l’Indépendance brésilienne, essuyant des critiques sur un usage électoraliste de la fête nationale à l’approche de la présidentielle.

Tensions à l’approche du scrutin 

A Brasilia le matin puis à Rio l’après-midi, le chef de l’Etat a tenté de faire des commémorations une démonstration de force avec deux défilés militaires et des manifestations massives, à moins de quatre semaines du scrutin. Mais l’opposition a accusé celui que tous les sondages voient perdre la présidentielle d’«usurper» la fête nationale à des fins électorales, avec les moyens de l’Etat et, notamment, l’armée.

Les avocats du favori de la présidentielle, l’ex-président Lula, ont annoncé qu’ils allaient saisir le Tribunal suprême électoral, arguant que le président sortant avait utilisé le 7 septembre pour en faire «un méga-meeting électoral, en tant que candidat». La journée s’est cependant déroulée sans violences.

A Brasilia, Jair Bolsonaro a assuré dans un discours très ferme que les sondages étaient «mensongers», alors que l’institut de référence Datafolha lui accorde 32% des intentions de vote, loin derrière Lula, qui recueillerait 45% des suffrages dès le premier tour. Certains observateurs redoutent que le président sortant ne conteste le résultat du scrutin en cas de défaite.

Dans un entretien à la chaîne indienne NDTV dont la diffusion est prévue ce 8 septembre, Donald Trump a de son côté laissé entendre qu’il pourrait se présenter à la Maison Blanche en 2024, assurant que cela «rendrait beaucoup de monde heureux». «Tout le monde veut que je me présente. Je suis en tête dans les sondages», a-t-il déclaré.

Source