Une étude portant sur 23 millions de personnes montre un risque de myocardite après l’administration des vaccins anti-covid

Dans l’épisode de lundi du « Jimmy Dore Show », l’humoriste et commentateur Jimmy Dore a déclaré qu’une étude montrant un risque accru de problèmes cardiaques chez les jeunes hommes ayant reçu le vaccin COVID-19 montre comment un risque de sécurité autrefois qualifié de « désinformation » devient une nouvelle qui ne peut plus être écartée.

Une nouvelle étude portant sur 23 millions de personnes prouve qu’un effet secondaire du vaccin COVID-19 – autrefois qualifié de « désinformation » – est réel.

C’est ce qu’a affirmé l’humoriste, écrivain et commentateur politique Jimmy Dore dans l’épisode de lundi du « Jimmy Dore Show ».

M. Dore s’est penché sur un article paru le 21 avril dans l’Express du Royaume-Uni, intitulé « Vaccine Study of 23 Million Shows Risk of ‘Heart Problems’ from Moderna or Pfizer Jab ». (= Une étude sur 23 millions de personnes montre le risque de problèmes cardiaques dus aux vaccins Moderna ou Pfizer)

L’article fait état d’une enquête publiée en ligne dans JAMA Cardiology le 20 avril : « SARS-CoV-2 Vaccination and Myocarditis in a Nordic Cohort Study of 23 Million Residents ».

M. Dore a déclaré que l’étude du JAMA donne raison aux commentateurs qui ont évoqué les liens entre les problèmes cardiaques et les vaccins COVID-19 il y a plusieurs mois, voire plusieurs années, et qui ont été écartés ou diffamés.

Le podcasteur Joe Rogan, par exemple, a été sévèrement critiqué et accusé de diffuser des « informations erronées » lorsqu’il a évoqué pour la première fois le lien entre le vaccin et la myocardite.

Mais selon l’étude, « la première et la deuxième dose des vaccins à ARNm étaient toutes deux associées à un risque accru de myocardite et de péricardite. Pour les individus recevant 2 doses du même vaccin, le risque de myocardite était le plus élevé chez les jeunes hommes (âgés de 16 à 24 ans) après la seconde dose ».

Plus précisément, chez les jeunes hommes ayant reçu deux doses du même vaccin, entre quatre et sept myocardites et péricardites en excès sont survenues en 28 jours pour 100 000 vaccinés après la seconde dose du vaccin Pfizer, et entre neuf et 28 myocardites et péricardites en excès pour 100 000 vaccinés après la seconde dose du vaccin Moderna.

L’étude a conclu que « le risque de myocardite dans cette vaste étude de cohorte était le plus élevé chez les jeunes hommes après la deuxième dose de vaccin contre le SRAS-CoV-2 » et a recommandé que « ce risque soit mis en balance avec les avantages de la protection contre la maladie grave de la COVID-19 ».

La myocardite est une inflammation du muscle cardiaque qui peut entraîner une arythmie cardiaque et la mort. La péricardite est une inflammation du tissu entourant le cœur qui peut provoquer une douleur thoracique aiguë et d’autres symptômes. Le Defender a publié des histoires de personnes ayant développé une myocardite et une péricardite après avoir été vaccinées contre la COVID-19.

M. Dore a souligné que le Danemark a suspendu en octobre 2021 l’administration du vaccin Moderna aux personnes de moins de 18 ans, tandis que la Suède a fait de même pour les personnes de moins de 30 ans.

M; Dore s’est également souvenue de l’époque où Kamala Harris et Joe Biden ont exprimé des hésitations à propos de la vaccination alors que le président de l’époque, Donald Trump, l’approuvait.

Lorsque les gens se forgent une opinion sur les vaccins en se basant sur le climat politique et non sur des données, cela montre qu’ils sont soit attachés à leur peur, soit malhonnêtes, a-t-il déclaré.

Regardez l’extrait de l’émission ici :