Une étude révèle que la dernière épidémie de variole du singe est le résultat d’un virus manipulé par un laboratoire biologique et probablement libéré intentionnellement.

Une nouvelle étude publiée par l’Institut national de la santé du Portugal a mis en évidence que le virus responsable de l’épidémie de variole du singe qui se serait propagée en Europe, en Amérique et en Australie, a été fortement manipulé en laboratoire par des scientifiques, et d’autres éléments suggèrent qu’il a été libéré intentionnellement.

La maladie de la variole du singe commence généralement par de la fièvre avant qu’une éruption cutanée ne se développe un à cinq jours plus tard, commençant souvent sur le visage puis s’étendant à d’autres parties du corps. L’éruption change et passe par différents stades avant de former une croûte qui tombe ensuite. Un individu est contagieux jusqu’à ce que toutes les croûtes soient tombées et qu’il y ait une peau intacte en dessous.

La maladie a toujours été extrêmement rare et a été identifiée pour la première fois chez l’homme en 1970, en République démocratique du Congo, chez un garçon de 9 ans. Depuis lors, des cas humains de monkeypox ont été signalés dans 11 pays africains. Ce n’est qu’en 2003 que la première épidémie de monkeypox hors d’Afrique a été enregistrée, et ce aux États-Unis, et elle n’a jamais été enregistrée dans plusieurs pays en même temps.

Jusqu’à aujourd’hui.

Soudain, on nous dit que des cas de variole du singe sont maintenant enregistrés aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, en Australie, en Suède, aux Pays-Bas, en Belgique, en France, en Espagne, en Italie et en Allemagne, tous en même temps.

Selon l’Agence britannique de sécurité sanitaire, 172 cas de variole du singe ont été identifiés en Angleterre au cours de la semaine se terminant le 29 mai 2022, et ils ont maintenant publié de nouvelles directives conseillant à toute personne atteinte du virus de s’abstenir de rapports sexuels pendant qu’ils ont des symptômes, et d’utiliser un préservatif pendant au moins huit semaines une fois l’infection éliminée.

Mais il y a quelque chose d’extrêmement étrange dans cette épidémie, comme si le fait que nous soyons censés assister à une épidémie dans tous les pays du monde en même temps pour la première fois dans l’histoire ne suffisait pas.

Nous ne croyons pas aux coïncidences, mais il y a beaucoup de gens qui y croient. Mais nous imaginons que ceux qui y croient auront du mal à comprendre celle-ci.

En mars 2021, l’Initiative contre la menace nucléaire (NTI) s’est associée à la Conférence de Munich sur la sécurité pour mener un exercice sur table sur la réduction des menaces biologiques à conséquences élevées.

L’exercice a examiné les lacunes dans les architectures nationales et internationales de biosécurité et de préparation aux pandémies, en explorant les possibilités d’améliorer les capacités de prévention et d’intervention en cas d’événements biologiques à conséquences élevées.

Voici le scénario qu’ils ont mené :

Une épidémie de variole du singe qui a débuté le 15 mai 2022, entraînant 3,2 milliards de cas et 271 millions de décès au 1er décembre 2023.

Devons-nous vraiment croire que ce n’est qu’une coïncidence si nous assistons maintenant à une véritable épidémie de variole du singe, les premiers cas ayant été signalés à l’Organisation mondiale de la santé le 13 mai 2022?

L’exercice de la Conférence de Munich sur la sécurité a révélé que le virus modifié de la variole du singe a été développé de manière illicite dans le principal institut de virologie du pays fictif d’Anica par des scientifiques de laboratoire travaillant aux côtés d’un groupe terroriste arnica. Ce groupe terroriste a ensuite libéré l’agent pathogène “hautement contagieux et mortel” dans une gare bondée du pays fictif voisin, Brinia.

Aujourd’hui, une nouvelle étude scientifique publiée par l’Institut national de la santé (NIH) du Portugal suggère que l’épidémie de variole du singe dans le monde réel pourrait être le résultat d’un phénomène étrangement similaire.

L’étude a été publiée le 23 mai 2022 et peut être consultée dans son intégralité ici.

Les scientifiques des NIH ont recueilli des échantillons cliniques de 9 patients atteints de variole du singe entre le 15 et le 17 mai 2022 et les ont analysés.

Les scientifiques ont conclu que l’épidémie multi-pays de variole du singe à laquelle nous assistons maintenant est très probablement le résultat d’une seule origine parce que toutes les séquences de virus libérées jusqu’à présent se regroupent étroitement.

Figure 1 : Ébauche d’analyse phylogénétique des séquences virales de la variole du singe, mettant en évidence la diversité au sein de la grappe de l’éclosion.

Ils ont également conclu que le virus appartient au clade ouest-africain des virus de la variole du singe. Cependant, ils ont constaté qu’il est plus étroitement lié aux virus de la variole du singe qui ont été exportés du Nigeria vers plusieurs pays en 2018 et 2019, à savoir le Royaume-Uni, Israël et Singapour. C’est notre premier indice que cette dernière épidémie pourrait être le résultat d’un virus modifié qui s’échappe d’un laboratoire.

La preuve suivante que ce virus s’est échappé d’un laboratoire est la découverte que si le virus ressemble beaucoup à ceux exportés du Nigeria en 18/19, il reste différent avec plus de 50 polymorphismes nucléotidiques simples (SNP), qui sont des variations génétiques. Les scientifiques affirment que c’est beaucoup plus que ce à quoi on pourrait s’attendre. Cela indique clairement que quelqu’un, quelque part, a joué avec ce virus dans un laboratoire.

Les résultats finaux de l’étude sont écrits d’une manière difficile à comprendre, comme suit:

Mais heureusement, une personne qui a réussi à comprendre ce qui précède n’est autre que le Dr Robert Malone, et il a fourni une analyse facile à comprendre de ce que les scientifiques tentent de déclarer ci-dessus :

« Les auteurs spéculent que le schéma des mutations est cohérent avec les effets d’une protéine cellulaire naturelle portant le nom abrégé : APOBEC3 “.  Pour ceux qui veulent plonger dans la virologie moléculaire d’APOBEC3, voici une belle revue J Immunology 2015.

Pour ceux qui recherchent la version abrégée « Cliff Notes », voir WikipediaPour les obsessionnels ou les aficionados, notez qu’APOBEC3 est associé à un modèle spécifique de changements de base – (C→U). Sur la base de leur hypothèse concernant le rôle potentiel d’APOBEC3, j’en déduis que les auteurs doivent avoir détecté une fraction statistiquement significative des changements C→U dans les isolats actuels par rapport aux isolats de 2018-2019. #

C’est là que le bât blesse. Alors qu’APOBEC3 est associé à la résistance cellulaire (encore une autre forme d’« immunité innée ») au VIH (et probablement à d’autres rétrovirus), une recherche rapide dans PubMed révèle que les Poxvirus sont résistants aux effets mutationnels d’APOBEC3 !

Par exemple, voir cet article de 2006 publié dans « Virology »Franchement, que ce soit par manque de curiosité ou par peur des attaques des médias et des revues contrôlés par le gouvernement, le fait que les auteurs n’aient même pas mentionné cet article de Virologie est au mieux un oubli majeur.

Ma déduction et mon interprétation ?

Sur la base de ce rapport d’analyse de séquence de l’équipe de l’INSA cité ci-dessus, cela ressemble plus à une souche manipulée en laboratoire qu’à une souche naturellement évoluée. Mauvaise nouvelle.

De plus, ce virus à ADN double brin, dont les infections ont toujours été auto-limitantes, semble évoluer (au cours des derniers jours!) à une forme qui se transmet plus facilement d’homme à homme.

Mauvaise nouvelle.

Cette étude scientifique récemment publiée a essentiellement mis au jour une masse de preuves indiquant que la dernière épidémie de variole du singe est le résultat d’un virus fortement manipulé qui a fui d’un laboratoire.

Si l’on ajoute à cela la simulation de la Conférence de Munich sur la sécurité, réalisée en mars 2021, qui s’est avérée tourner autour d’une épidémie de variole du singe débutant en mai 2022 à la suite d’une fuite d’un laboratoire bioterroriste, il n’est pas difficile de conclure que nous assistons soit à une véritable épidémie de variole du singe qui a été délibérément libérée d’un laboratoire, soit à une sacrée coïncidence. Et nous ne croyons pas à cette dernière hypothèse.

Article original : The Exposé
Selon le Pr Perronne l’apparition de la variole du singe n’est pas naturelle
Variole du singe : vers une nouvelle pandémie ?

Le professeur Perronne analyse les dernières données médicales et nous éclaire sur l’impact réel de la variole du singe en France.