Une victoire totale en Ukraine? Le New York Times change son fusil d’épaule

Un tournant dans la guerre en Ukraine? Les positions du New York Times donnent bien souvent le la pour l’establishment US. Or, après avoir appelé à armer les Ukrainiens jusqu’aux dents pour mettre la Russie à genoux, voilà que le quotidien commence à pointer les limites de l’engagement de Washington et à évoquer des négociations avec Moscou. Le changement de ton est notable et se reflète déjà, sans surprise, dans le reste des médias occidentaux. John V. Walsh analyse les raisons de changement. (IGA)

Le 11 mai, le New York Times a publié un article montrant que tout n’allait pas pour le mieux pour les États-Unis en Ukraine. En complément, un article d’opinion laissait entendre qu’un changement de direction pourrait être nécessaire.

Puis, le 19 mai, le comité de rédaction, véritable magistère du Times, est passé de la simple allusion à un véritable appel à changer de cap, déclarant que la « victoire totale » sur la Russie n’est pas possible et que l’Ukraine devra négocier une paix qui reflète une « évaluation réaliste » et les « limites » de l’engagement US. 

Pour l’élite, le Times est l’un des principaux instruments de formatage de l’opinion publique. Ses déclarations ne doivent donc pas être prises à la légère.

Les limites des États-Unis

L’éditorial contient les passages clés suivants :

« En mars, ce comité [de rédaction] a fait valoir que le message des États-Unis et de leurs alliés aux Ukrainiens et aux Russes devait être le suivant : Peu importe le temps que cela prendra, l’Ukraine sera libre… »

« Cet objectif ne peut pas changer, mais en fin de compte, il n’est toujours pas dans l’intérêt de l’Amérique de plonger dans une guerre totale avec la Russie, même si une paix négociée peut obliger l’Ukraine à prendre des décisions difficiles. »

Et, pour qu’il n’y ait aucune ambiguïté, il poursuit :

« Une victoire militaire décisive de l’Ukraine sur la Russie, dans laquelle l’Ukraine récupère tous les territoires que la Russie a saisis depuis 2014, n’est pas un objectif réaliste. … La Russie reste trop forte… »

Pour être certain que le président Joe Biden et les Ukrainiens comprennent ce qu’ils doivent faire, il ajoute :

« … M. Biden devrait également faire comprendre au président Volodymyr Zelensky et à son peuple qu’il y a une limite à ce que les États-Unis et l’OTAN sont prêts à faire pour affronter la Russie, mais aussi qu’il y a des limites aux armes, à l’argent et au soutien politique qu’ils peuvent rassembler. Il est impératif que les décisions du gouvernement ukrainien soient fondées sur une évaluation réaliste de ses moyens et du niveau de destruction que l’Ukraine peut encore supporter. »

En lisant ces mots, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a certainement dû commencer à transpirer.  La voix de ses maîtres lui disait que lui et l’Ukraine allaient devoir faire des sacrifices pour que les États-Unis puissent sauver la face.  Alors qu’il envisage ses options, ses pensées doivent certainement le ramener à février 2014, et au coup d’État de Maidan. Soutenu par les États-Unis, ce putsch a conduit le président Viktor Ianoukovitch à sortir précipitamment de son bureau, de son pays et pratiquement de cette Terre.

Trop dangereux

Aux yeux des éditorialistes du Times, la guerre est devenue une guerre par procuration des États-Unis contre la Russie dans laquelle les Ukrainiens sont utilisés comme chair à canon. Et cette guerre échappe à tout contrôle :

« Le moment actuel est désordonné dans ce conflit, ce qui peut expliquer la réticence du président Biden et de son cabinet à fixer des objectifs clairs.

« Les États-Unis et l’OTAN sont déjà profondément impliqués, militairement et économiquement. Des attentes irréalistes pourraient les entraîner encore plus loin dans une guerre coûteuse et prolongée… ».

Les récentes déclarations belliqueuses de Washington – l’affirmation du président Biden selon laquelle M. Poutine « ne peut pas rester au pouvoir », le commentaire du secrétaire à la Défense Lloyd Austin selon lequel la Russie doit être « affaiblie » et la promesse de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, selon laquelle les États-Unis soutiendraient l’Ukraine « jusqu’à ce que la victoire soit remportée » – peuvent être des proclamations de soutien enthousiastes, mais ne facilitent pas les négociations. »

Alors que le Times écarte ces « proclamations enthousiastes », il apparaît très clairement que pour les néoconservateurs en charge de la politique étrangère américaine, l’objectif a toujours été une guerre par procuration pour faire tomber la Russie. Ce n’est pas devenu une guerre par procuration ; cela a toujours été une guerre par procuration.

Les néoconservateurs fonctionnent selon la doctrine Wolfowitz. Elle a été énoncée en 1992, peu après la fin de la guerre froide 1.0, par le néoconservateur Paul Wolfowitz, alors sous-secrétaire à la Défense :

« Nous nous efforçons d’empêcher toute puissance hostile de dominer une région dont les ressources seraient, sous un contrôle consolidé, suffisantes pour générer une puissance mondiale.

« Nous devons maintenir le mécanisme permettant de dissuader les concurrents potentiels de ne fût-ce qu’aspirer à une plus grande puissance régionale ou mondiale. »

En clair, si la Russie est « trop forte » pour être vaincue en Ukraine, elle est trop forte pour être abattue en tant que superpuissance.

Qu’est-ce qui a changé ?

Après sept ans de massacre dans le Donbass et trois mois de guerre dans le sud de l’Ukraine, le comité de rédaction du Times a-t-il soudainement eu un élan de compassion pour toutes les victimes de la guerre et de la destruction en l’Ukraine? A-t-il changé d’avis ?  Compte tenu du bilan du Times au fil des décennies, il semblerait que d’autres facteurs soient à l’œuvre.

Tout d’abord, la Russie a géré la situation de manière inattendue, malgré les prédictions désastreuses de l’Occident.

La popularité du président russe Vladimir Poutine dépasse les 80 %.

Sur 195 nations, 165 – dont l’Inde et la Chine qui représentent 35 % de la population mondiale – ont refusé de se joindre aux sanctions contre la Russie, laissant les États-Unis, et non la Russie, relativement isolés dans le monde.

Le rouble, dont M. Biden a dit qu’il serait « troublé », a non seulement retrouvé ses niveaux d’avant février, mais a même atteint récemment son pic de change d’il y a deux ans, avec 60 roubles pour un dollar. En mars, il s’échangeait contre 150 dollars.

La Russie s’attend à une récolte exceptionnelle et le monde entier est avide de son blé, de ses engrais, de son pétrole et de son gaz, qui fournissent tous des revenus substantiels.

L’UE a largement succombé à la demande de la Russie d’être payée en roubles pour son gaz.  La secrétaire américaine au Trésor, Mme Yellin, a averti les Européens suicidaires qu’un embargo sur le pétrole russe nuira davantage aux économies occidentales.

Les forces russes progressent lentement mais sûrement dans le sud et l’est de l’Ukraine après leur victoire à Marioupol qui constitue à la fois la plus grande bataille de la guerre jusqu’à présent et une défaite démoralisante pour l’Ukraine.

Aux États-Unis, l’inflation, qui était déjà élevée avant la crise ukrainienne, a été poussée encore plus haut et a atteint plus de 8 %, la Réserve fédérale s’efforçant maintenant de la contrôler en augmentant les taux d’intérêt.  En partie à cause de cela, le marché boursier s’est rapproché du bord du précipice.  À mesure que la guerre progresse, nombreux sont ceux qui, à l’instar de Ben Bernanke, ancien président de la Fed, prédisent une période de chômage élevé, d’inflation élevée et de faible croissance – la redoutable stagflation.

Au niveau national, le soutien à la guerre montre des signes de détérioration. Il est frappant de constater que 57 républicains de la Chambre des représentants et 11 républicains du Sénat ont voté contre le dernier paquet d’armement destiné à l’Ukraine, paquet assorti d’une quantité considérable de viande de porc et de primes cachées pour les profiteurs de guerre.  (Il est frappant de constater qu’aucun démocrate, pas un seul, pas même le plus « progressiste », n’a voté contre l’idée de jeter de l’huile sur le feu de la guerre qui fait rage en Ukraine.  Mais c’est une autre histoire).

Et si l’opinion publique américaine reste favorable à l’implication des États-Unis en Ukraine, il y a des signes de dérapage.  Par exemple, Pew rapporte que le nombre de ceux qui pensent que les États-Unis n’en font pas assez a diminué entre mars et mai.  Alors que la stagflation s’installe avec l’augmentation des prix de l’essence et des denrées alimentaires et que des voix comme celles de Tucker Carlson et Rand Paul soulignent le lien entre l’inflation et la guerre, il est certain que le mécontentement va s’accroître.

Enfin, alors que la guerre devient moins populaire et qu’elle fait des ravages, un désastre électoral se profile en 2022 et 2024 pour Biden et le Parti démocrate, dont le Times se fait le porte-parole.

Une note de panique

Il y a une note de panique dans cet appel à trouver une solution négociée maintenant. Les États-Unis et la Russie sont les principales puissances nucléaires du monde et disposent de milliers de missiles nucléaires en état d’alerte.  Dans les moments de haute tension, les possibilités d’un Armageddon nucléaire accidentel ne sont que trop réelles.

La capacité de Biden à rester maître des événements est remise en question. Beaucoup de personnes de son âge peuvent gérer une telle situation, mais beaucoup ne le peuvent pas et il semble faire partie de cette deuxième catégorie.

Les néoconservateurs contrôlent désormais la politique étrangère du gouvernement Biden, du parti démocrate et de la majeure partie du parti républicain. Mais les néoconservateurs en poste vont-ils abandonner et s’engager dans une direction raisonnable et pacifique, comme le demande l’éditorial du Times ?

C’est un fantasme de premier ordre.  Comme d’autres commentateurs l’ont fait remarquer, les faucons tels que le secrétaire d’État Antony Blinken, la sous-secrétaire aux affaires politiques Victoria Nuland et le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan ne connaissent pas la marche arrière ; ils font toujours coup double. Ils ne servent pas les intérêts de l’humanité ni ceux du peuple américain.  Ils sont en réalité des traîtres aux États-Unis. Ils doivent être démasqués, discrédités et écartés.  Notre survie en dépend.

 

John V. Walsh, jusqu’à récemment professeur de physiologie et de neurosciences à la faculté de médecine de l’université du Massachusetts Chan, a écrit sur les questions de paix et de soins de santé pour The San Francisco Chronicle, EastBayTimes/San Jose Mercury News, Asia Times, LA Progressive, Antiwar.com, CounterPunch et d’autres.

 

Source originale: AntiWar

Traduit de l’anglais par GL pour Investig’Action

Source : https://www.investigaction.net/fr/une-victoire-totale-en-ukraine-le-new-york-times-change-son-fusil-depaule/