USA : “2000 MULES” expose une fraude électorale généralisée et coordonnée lors des élections de 2020

“2000 Mules”, un film documentaire créé par Dinesh D’Souza, expose une fraude électorale généralisée et coordonnée lors des élections de 2020, suffisante pour changer le résultat global. S’appuyant sur des recherches fournies par le groupe d’intégrité électorale True the Vote, “2000 Mules” présente deux types de preuves : le géotracking et la vidéo. Les preuves de géolocalisation, basées sur une base de données de 10 trillions de connexions de téléphones portables, exposent un réseau élaboré d’agents professionnels rémunérés, appelés mules, qui livrent des votes frauduleux et illégaux aux boîtes aux lettres dans les cinq États clés où l’élection a été décidée. Des preuves vidéo, obtenues à partir de caméras de surveillance officielles installées par les États eux-mêmes, confirment les preuves de géolocalisation. Le film se termine par l’exploration de nombreux moyens d’empêcher que la fraude ne se reproduise.

2000 Mules Trailer

Voici la bande-annonce officielle de “2000 Mules”. C’est le film que nous attendions tous. Partagez-le ! Et rendez-vous sur 2000Mules.com pour acheter votre billet afin de voir le film lors de sa première semaine.

"2000 MULES" FILM COMPLET DOUBLÉE EN FRANÇAIS

“2000 mules”, un documentaire sur la fraude électorale à l’élection américaine de 2020

Alors que les élections de mi-mandat pour renouveler une partie des sénateurs et membres du Congrès approchent, avec leur lot de nouveaux candidats menant campagne dans chaque État, les investigations sur les fraudes électorales de novembre 2020 se poursuivent.

La persévérance de certains patriotes américains bien décidés à faire éclater la vérité sur les résultats des élections est d’autant plus remarquable que la plupart semblent avoir jeté l’éponge face à l’insuffisance de preuves et à l’inertie du système judiciaire.

Trafic organisé de bulletins de vote illégaux

Certains événements ont pourtant apporté des preuves irréfutables sur la manipulation à distance des votes via les machines Dominion. Les algorithmes utilisés ont été décryptés par les experts et la réalité de cyberattaques venant de pays étrangers a été également prouvée et présentée lors du séminaire organisé par Mike Lindell en août 2021. Malheureusement, ces manœuvres frauduleuses sont d’une telle ampleur qu’elles remettent en cause certains hauts responsables de la Maison-Blanche que ce soit au Pentagone, au FBI, au ministère de la Justice, et au sein du management des agences du renseignement comme la CIA ou la NSA.

Après des mois de tentatives pour convaincre les législateurs des États concernés de conduire des investigations officielles et de faire dé-certifier les résultats, ces actions se sont heurtées à des murs d’impuissance ou se sont enlisées.

On se souvient de l’audit de plus de deux millions de bulletins de vote effectué pour le comté de Maricopa en Arizona il y a un an. Une délégation d’élus républicains de Pennsylvanie et de Géorgie s’étaient déplacés à Phoenix pour constater la qualité du travail effectué et lancer des opérations similaires dans leurs États respectifs. Karen Fann, la présidente du Sénat, très déterminée depuis le début des contestations, avait signé l’assignation permettant de conduire cet audit malgré de fortes oppositions au sein de l’administration. Elle a finalement remis le rapport d’audit au procureur général Mark Brnovich qui s’est empressé de… le classer. A-t-elle été menacée, ainsi que sa famille, selon les pratiques des cartels mafieux ? C’est possible, car après la présentation officielle du rapport d’audit, la conclusion était sans appel : il fallait faire décertifier les résultats des élections présidentielles en Arizona.

« 2000 mules », documentaire sorti en salle et en ligne le 7 mai 2022, expose des pratiques de fraude beaucoup plus terre à terre typiques des cartels du crime organisé. Tout comme les cartels de la drogue payent des « mules » pour transporter la marchandise d’un point A à un point B, ces mules ont été payées pour récupérer des bulletins de vote dans des associations et autres points de collecte, puis les déposer dans les urnes électorales, par petits paquets de quelques bulletins.

Rappelons que, grâce à l’épidémie de Covid-19, de nombreux États ont encouragé le vote par correspondance plusieurs semaines avant l’élection de novembre 2020. CTCL, ONG financée par Mark et Priscilla Zuckerberg, a contribué à hauteur de 400 millions de dollars pour assurer la sécurité des élections de 2020, finançant notamment l’envoi de bulletins par correspondance, la « collecte » de bulletins et l’installation de nombreuses urnes électorales, en priorité dans les comtés démocrates.

Une association citoyenne mène l’enquête

True the vote, l’association au cœur de ces investigations, a été fondée par Catherine Engelbrecht en 2009. Dans la tradition des pionniers américains, cette mère de famille texane à la tête d’une entreprise familiale, s’est engagée corps et âme pour restaurer l’intégrité électorale dans son pays. Pour elle, le principal mensonge est tout simplement que l’élection présidentielle de 2020 était fiable et sécurisée. Elle a mis au point un site pour récolter les vidéos et messages des lanceurs d’alerte ayant constaté des irrégularités dans la procédure électorale quel que soit l’État, puis constitué une équipe d’experts pour repérer et pister les mules via leurs téléphones mobiles dans les cinq États clés. La hotline du site a été sollicitée en masse par les Américains sceptiques quant au déroulement et aux résultats des élections.

D’après les recherches menées avec Gregg Phillips, ancien directeur des services sociaux du Mississippi qui s’est spécialisé dans l’examen des procédures électorales, au moins 7% des bulletins par correspondance ont été falsifiés. La technique est la même que celle déjà exposée par le Dr Douglas Frank, elle se base sur des listes électorales périmées permettant de faire voter de faux électeurs, décédés ou qui ont déménagé.

Le documentaire se consacre au trafic des bulletins de vote collectés via les urnes électorales dans les cinq États clés : l’Arizona, la Géorgie, la Pennsylvanie, le Michigan et le Wisconsin, mais cela ne signifie pas que des fraudes similaires n’ont pas été perpétrées dans d’autres États.

Dans chaque État, plusieurs organisations – des ONG s’occupant de citoyens à faibles revenus, de personnes âgées ou dépendantes, des centres sociaux dans les communautés hispaniques et afro-américaines, des églises – collectent des bulletins de vote, alors même que la loi l’interdit. Pour chaque comté ciblé, Truethevote a demandé et obtenu de la part des administrations les images officielles des vidéos de surveillance des urnes électorales. Ces images ont permis de repérer le trafic de bulletins de vote et d’identifier les mules commettant leur forfait. L’équipe a combiné les allées et venues de ces mules avec les données de géolocalisation de leurs mobiles. Un minimum de cinq passages a été retenu, du point de collecte des bulletins illégaux vers une urne électorale.

La technologie au service de la détection des fraudes

Après avoir repéré et analysé les passages successifs des mules dans chaque comté sélectionné, l’association a acheté 10 trillions de ces données géospatiales disponibles sur le marché et qui sont collectées à partir des téléphones mobiles. Ces pings sont envoyés par les diverses applications sous forme de signaux plusieurs fois par minute. Ils sont récupérés par les géo-satellites et analysés pour former des modèles de comportement décryptant l’utilisation de nos mobiles. Souvenons-nous que lorsque les applications sont gratuites, nous les payons de fait en devenant nous-mêmes le produit. Ces apps émettent des informations sur la géolocalisation, les comportements d’achat et de partage d’informations ainsi que leur timing ; elles sont acquises et utilisées régulièrement par de nombreuses entreprises pour marqueter leurs produits et services, par la police, les agences gouvernementales, le FBI etc.

Lire la suite sur France Soir