USA : Des espions qui mentent : 51 experts du “renseignement” refusent de s’excuser pour avoir discrédité la véritable histoire d’Hunter Biden

USA : Des espions qui mentent : 51 experts du "renseignement" refusent de s'excuser pour avoir discrédité la véritable histoire d'Hunter Biden

Ils sont le groupe réputé non partisan d’espions de haut niveau veillant à l’intérêt supérieur de la nation.

Mais les 51 anciens responsables du “renseignement” qui ont mis en doute, dans une lettre publique, les histoires de portable de Hunter Biden publiées par des journalistes du Post, ne cherchaient en fait qu’à faire élire Joe Biden comme président. Et plus d’un an plus tard, même après qu’il ait été démontré que leur sabotage par l’État profond n’était qu’un mensonge, ils refusent d’admettre qu’ils ont miné une élection.

Les responsables, dont le pundit de CNN et affabulateur professionnel James Clapper – un homme qui a failli être accusé de parjure pour avoir menti au Congrès – ont signé une lettre disant que l’ordinateur portable “présente les caractéristiques classiques d’une opération d’information russe.”

Quelle preuve avaient-ils ? De leur propre aveu, aucune. “Nous ne savons pas si les e-mails… sont authentiques ou non”, dit la lettre. Ils sont juste “suspects”. Pourquoi ? Parce qu’ils ont nui à la campagne de Biden, c’est une preuve suffisante.

N’oubliez pas que cette lettre a été écrite le 19 octobre 2020, cinq jours après que le journal The Post a publié son premier article. Ni Joe Biden ni Hunter Biden n’avaient démenti l’histoire, ils ont simplement détourné les questions. Ces experts en sécurité n’ont-ils pas pensé que s’il s’agissait de désinformation, la campagne de Biden aurait crié aux cieux que l’histoire était fausse ?

https://nypost.com/wp-content/uploads/sites/2/2022/03/19.METRO-1-copy.jpg?quality=90&strip=all

 

51 anciens responsables du “renseignement” ont tenté de couvrir l’exposé du Post sur Hunter Biden aux côtés de Big Tech.

Entre-temps, bien que la lettre ait été présentée comme étant signée par des personnes ayant travaillé “pour des présidents des deux partis politiques”, la majorité des responsables étaient des démocrates.

Politico a repris la lettre et a publié le faux titre “L’histoire de Hunter Biden est une désinformation russe, selon des dizaines d’anciens responsables du renseignement”. Ce titre est toujours en ligne aujourd’hui, même si la lettre dit clairement qu’ils ne savent pas s’il s’agit de désinformation russe.

Ce titre a été tweeté par des légions de démocrates, dont l’actuelle porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki, comme preuve que tout cela n’était qu’une arnaque. Ce tweet est également toujours affiché bien qu’il ait été prouvé qu’il était faux.

Ainsi, la pure spéculation d’un groupe de fonctionnaires partiaux est devenue parole d’évangile dans les médias. Il s’agissait de “fake news”, qui pouvaient être ignorées sans risque.

N’oubliez pas que Twitter avait déjà interdit le New York Post quelques jours auparavant. Le raisonnement était qu’il s’agissait de “matériel piraté”, même si ce n’était pas le cas – et Twitter n’avait aucune preuve de ce que c’était. Un responsable de Facebook, quant à lui, a déclaré qu’il n’autoriserait pas le partage de l’article du Post tant qu’il n’aurait pas été “vérifié” par une tierce partie – une vérification qui n’a jamais eu lieu.

Ainsi, Big Tech, d’anciens responsables gouvernementaux et les médias ont conspiré ensemble pour enterrer une histoire.

Non, pas seulement enterrer, mais créer un faux récit qui a inversé le scénario pour faire de Joe Biden la victime d’une conspiration.

In this file photo US President Joe Biden (R) hugs his son Hunter Biden (C) and US First Lady Jill Biden after being sworn in as the 46th US President, on January 20, 2021.

51 anciens responsables du “renseignement”, Big Tech et les médias libéraux sont tous coupables d’avoir tenté de faire taire l’article du Post sur Hunter Biden.
OLIVIER DOULIERY/AFP via Getty Images

 

En bref, ils ont colporté de la désinformation en ligne pour influencer une élection.

Personne n’a prouvé que les informations du Post étaient fausses. Les médias se sont présentés à la porte du réparateur d’ordinateur qui avait reçu l’ordinateur portable, et il l’a confirmé. Les personnes qui ont échangé des e-mails avec Hunter Biden ont attesté de leur exactitude dans les jours et les semaines qui ont suivi.

Ce n’est qu’une fois l’élection terminée que Hunter a tacitement admis que l’ordinateur portable était le sien. L’année dernière, un journaliste de Politico a confirmé que le matériel de l’ordinateur portable était réel. Et maintenant, le coup de grâce : Le Times a dit qu’il avait “authentifié” les documents de l’ordinateur.

Il n’y a eu aucune conséquence. Twitter et Facebook continuent de censurer des informations basées sur des partis pris politiques, et le Congrès ne prend aucune mesure. De nombreux signataires de la lettre continuent d’être utilisés comme “experts” par les médias. Clapper, par exemple, a passé des années sur CNN à qualifier Donald Trump d'”atout russe”, un mensonge inventé et alimenté par les agents politiques d’Hillary Clinton. Il est toujours là. Je suppose que l’exactitude n’est pas une condition d’emploi.

Les fonctionnaires qui ont tenté de retourner l’élection de 2020 regrettent-ils leurs actions ? Le Post a contacté les personnes qui ont signé la lettre. La plupart n’ont pas voulu répondre à la question. Quelques-uns se sont défilés, dont Clapper. Pas de remords. Pas de honte. Et pas d’excuses :

Mike Hayden, ancien directeur de la CIA, maintenant analyste pour CNN : N’a pas répondu.

Jim Clapper, ancien directeur du renseignement national, maintenant analyste pour CNN : “Oui, je m’en tiens à la déclaration faite À L’HEURE, et j’attire l’attention sur son 5e paragraphe. Je pense qu’émettre une telle mise en garde AU MOMENT même était approprié.”

Leon Panetta, ancien directeur de la CIA et secrétaire à la défense, dirige aujourd’hui un institut de politique publique à la California State University : A refusé de commenter.

John Brennan, ancien directeur de la CIA, maintenant analyste pour NBC et MSNBC : N’a pas répondu.

Thomas Fingar, ancien président du Conseil national du renseignement, enseigne aujourd’hui à l’université de Stanford : N’a pas répondu.

Rick Ledgett, ancien directeur adjoint de la National Security Agency, maintenant directeur à la M&T Bank : N’a pas répondu.

John McLaughlin, ancien directeur par intérim de la CIA, enseigne maintenant à l’université Johns Hopkins : N’a pas répondu.

Former CIA director John Brennan has not commented on The Post’s Hunter Biden story.

L’ancien directeur de la CIA John Brennan n’a pas commenté l’article du Post sur Hunter Biden.
Le Washington Post via Getty Images

Michael Morell, ancien directeur intérimaire de la CIA, maintenant à l’université George Mason : N’a pas répondu.

Mike Vickers, ancien sous-secrétaire à la défense pour le renseignement, maintenant au conseil d’administration de BAE Systems : N’a pas répondu.

 Doug Wise, ancien directeur adjoint de la Defense Intelligence Agency, enseigne à l’université de New Mexico : N’a pas répondu.

Nick Rasmussen, ancien directeur du National Counterterrorism Center, maintenant directeur exécutif du Global Internet Forum to Counter Terrorism : N’a pas répondu.

Russ Travers, ancien directeur par intérim du National Counterterrorism Center : “La lettre indiquait explicitement que nous ne savions pas si les e-mails étaient authentiques, mais que nous étions préoccupés par les efforts de désinformation russes. J’ai passé 25 ans en tant qu’analyste soviétique/russe. Compte tenu du contexte de ce que les Russes faisaient à l’époque (et continuent de faire – l’Ukraine n’étant que le dernier exemple en date), j’ai considéré que l’avertissement était prudent.”

Andy Liepman, ancien directeur adjoint du National Counterterrorism Center : “Pour autant que je sache, je [maintiens la déclaration] mais je suis plutôt occupé en ce moment.”

John Moseman, ancien chef de cabinet de la CIA : N’a pas répondu.

 Larry Pfeiffer, ancien chef de cabinet de la CIA, aujourd’hui conseiller principal du groupe Chertoff :
N’a pas répondu.

Jeremy Bash, ancien chef de la CIA, maintenant analyste pour NBC et MSNBC : N’a pas répondu.

Rodney Snyder, ancien chef de cabinet de la CIA : N’a pas répondu.

Glenn Gerstell, ancien avocat général de la National Security Agency : N’a pas répondu.

David Priess, ancien analyste et directeur de la CIA : “Merci de m’avoir contacté. Je n’ai pas d’autre commentaire à faire pour le moment.”

Pam Purcilly, ancienne directrice adjointe de l’analyse de la CIA : N’a pas répondu.

Marc Polymeropoulos, ancien officier supérieur des opérations de la CIA : N’a pas répondu.

Former Secretary of Defense Leon Panetta

L’ancien secrétaire à la défense Leon Panetta a refusé de discuter des révélations de l’article du Post sur Hunter Biden.
MediaNews Group via Getty Images

 

Chris Savos, ancien officier supérieur des opérations de la CIA : N’a pas répondu.

John Tullius, ancien officier de renseignement de la CIA : N’a pas répondu.

David A. Vanell, ancien officier supérieur des opérations de la CIA : N’a pas répondu.

Kristin Wood, ancien officier supérieur des renseignements de la CIA, maintenant chercheur non-résident, Harvard : N’a pas répondu.

David Buckley, ancien inspecteur général de la CIA : N’a pas répondu.

Nada Bakos, ancien analyste et officier de ciblage de la CIA, aujourd’hui chercheur principal au Foreign Policy Research Institute : N’a pas répondu.

Patty Brandmaier, ancien officier de renseignement de la CIA : N’a pas répondu.

James B. Bruce, ancien officier de renseignement de la CIA : N’a pas répondu.

David Cariens, ancien analyste de la CIA : N’a pas répondu.

Janice Cariens, ancien officier de soutien opérationnel de la CIA : N’a pas répondu.

Paul Kolbe, ancien officier supérieur des opérations de la CIA : N’a pas répondu.

Peter Corsell, ancien analyste de la CIA : N’a pas répondu.

Brett Davis, ancien officier de renseignement de la CIA : N’a pas répondu.

Roger Zane George, ancien officier du renseignement national : N’a pas répondu.

Steven L. Hall, ancien officier supérieur de la CIA : N’a pas répondu.

Kent Harrington, ancien officier de renseignement national : N’a pas répondu.

 Don Hepburn, ancien cadre de la sécurité nationale, maintenant président de Boanerges Solutions LLC : “Ma position n’a pas changé. Je crois que les Russes ont fait d’énormes efforts pour modifier le cours de l’élection… Les Russes sont passés maîtres dans l’art de mélanger vérité et fiction et de donner l’impression que quelque chose est incroyablement réel alors que ce n’est pas le cas. Rien de ce que j’ai vu ne change vraiment mon opinion. Je ne peux pas vous dire quelle partie est réelle et quelle partie est fausse, mais la thèse reste inchangée pour moi, à savoir qu’il s’agissait d’un travail d’influence des médias.”

Timothy D. Kilbourn, ancien doyen de la Kent School of Intelligence Analysis de la CIA : N’a pas répondu.

Ron Marks, ancien officier de la CIA : N’a pas répondu.

Jonna Hiestand Mendez, ancien officier des opérations techniques de la CIA, maintenant membre du conseil d’administration du Musée international de l’espionnage : “Je n’ai pas de commentaire à faire. J’aurais besoin d’un peu plus d’informations.”

Emile Nakhleh, ancien directeur du programme d’analyse stratégique de l’islam politique de la CIA, aujourd’hui à l’université du Nouveau-Mexique : “Je n’ai vu aucune information depuis lors qui pourrait modifier la décision derrière la signature de la lettre. C’est tout ce que je peux dire. Toute la question a été hautement politisée et je ne veux pas m’en occuper. Je m’en tiens toujours à cette lettre”.

Gerald A. O’Shea, ancien officier supérieur des opérations de la CIA : N’a pas répondu.

Nick Shapiro, ancien chef de cabinet adjoint de la CIA et conseiller principal du directeur : N’a pas répondu.

John Sipher, ancien officier supérieur des opérations de la CIA : A refusé de commenter.

Stephen Slick, ancien directeur principal du Conseil de sécurité nationale pour les programmes de renseignement :
N’a pas répondu.

Cynthia Strand, ancienne directrice adjointe de la CIA pour les questions mondiales : N’a pas répondu.

Greg Tarbell, ancien directeur exécutif adjoint de la CIA : N’a pas répondu.

David Terry, ancien président du National Intelligence Collection Board : N’a pas pu être joint.

Greg Treverton, ancien président du National Intelligence Council, maintenant conseiller principal au Center for Strategic and International Studies : “Je vais passer mon tour. Je n’ai pas suivi l’affaire récemment.”

Winston Wiley, ancien directeur d’analyse de la CIA : N’a pas pu être joint.

Source : https://nypost.com/2022/03/18/intelligence-experts-refuse-to-apologize-for-smearing-hunter-biden-story/