USA : Le chef de la sécurité du Sénat, en poste le 6 janvier, meurt avant une audition surprise

Michael Stenger avait précédemment suggéré que l’émeute pro-Trump du Capitole était l’œuvre d'”agitateurs professionnels”.

Michael Stenger prend la parole lors du procès de mise en accusation du président Donald Trump au Sénat, au Capitole américain à Washington, DC, le 23 janvier 2020 © AP / Senate Television

Michael Stenger, l’ancien sergent d’armes du Sénat qui a supervisé la sécurité pendant l’émeute du Capitole le 6 janvier 2021, est décédé. La nouvelle de la mort de Stenger est tombée quelques heures après que la commission du 6 janvier, dirigée par les démocrates, a annoncé une audience surprise.

La mort de Stenger a été confirmée tard dans la nuit de lundi à mardi par Chad Pergram de Fox News et Katherine Tully-McManus de Politico. La famille de Stenger n’a pas fait de commentaire sur sa mort, et les circonstances de son décès ne sont pas claires. Mme Tully-McManus a déclaré que M. Stenger était décédé lundi matin.

En tant que sergent d’armes du Sénat, Stenger était chargé de la sécurité de la chambre haute du Congrès le 6 janvier 2021. Ce jour-là, à la suite d’un discours de Donald Trump, alors président, une foule de partisans de Trump est descendue au Capitole pour protester contre la certification de la victoire électorale de Joe Biden. La police a fait signe à certains d’entrer dans le Capitole, tandis que d’autres ont forcé l’entrée. Trois manifestants sont morts de causes naturelles et un a été abattu par un agent de la police du Capitole. Un officier de police est mort de causes naturelles le jour suivant. Deux policiers se sont suicidés par la suite, l’un d’eux quatre jours seulement après l’émeute.

Quelques heures avant que la nouvelle de la mort de Stenger n’éclate, le comité d’enquête dirigé par les démocrates sur l’émeute a annoncé qu’il tiendrait une audience surprise mardi pour « présenter des preuves récemment obtenues et recevoir des témoignages ».

Stenger a démissionné à la suite de l’émeute du 6 janvier, après qu’un rapport du département de la Sécurité intérieure l’ait blâmé – ainsi que l’ancien chef de la police du Capitole Steven Sund et l’ancien sergent d’armes Paul Irving – pour ne pas avoir demandé l’aide de la Garde nationale à temps.

Certains républicains et experts conservateurs ont suggéré que la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a influencé la décision de ne pas convoquer la Garde nationale, citant des « incohérences majeures » dans les témoignages de Stenger, Sund et Irving.

Dans son propre témoignage devant le Sénat après l’émeute, Stenger a appelé à des enquêtes sur le rôle que les « agitateurs professionnels » ont pu jouer dans l’attisation de l’émeute. Stenger n’a jamais témoigné devant le Comité de la Chambre le 6 janvier.

Stenger n’a pas précisé qui ces « agitateurs » pouvaient être, mais certains partisans de Trump ont fait valoir que des provocateurs liés au FBI faisaient partie de la foule le 6 janvier et ont activement incité la foule à enfreindre la loi.

L’audience du comité du mardi 6 janvier comprend le témoignage d’un ancien assistant du chef de cabinet de Trump, Mark Meadows. La réunion a été brusquement organisée au milieu d’une semaine de vacances du Congrès, la commission n’ayant pas prévu de tenir d’audiences publiques avant la mi-juillet.

Source