Vaccination contre le SRAS-CoV-2 et myocardite ou myopéricardite : étude de cohorte basée sur la population

Vaccination contre le SRAS-CoV-2 et myocardite ou myopéricardite : étude de cohorte basée sur la population

Parmi les dernières études publiées, l’une d’elles, menée sur la population danoise et publiée dans le British Medical Journal, conclut : « La vaccination COVID est associée à un risque élevé significatif de myocardites et de péricardite ».

 

Résumé

Objectif : Étudier l’association entre la vaccination contre le SRAS-CoV-2 et la myocardite ou la myopéricardite.

Conception : Étude de cohorte basée sur la population.

Cadre Danemark.

Participants 4 931 775 individus âgés de 12 ans ou plus, suivis du 1er octobre 2020 au 5 octobre 2021.

Principaux résultats :

Le principal résultat, la myocardite ou la myopéricardite, a été défini comme la combinaison d’un diagnostic hospitalier de myocardite ou de péricardite, d’une augmentation des taux de troponine et d’un séjour hospitalier de plus de 24 heures. Le temps de suivi avant la vaccination a été comparé au temps de suivi de 0 à 28 jours à partir du jour de la vaccination pour la première et la deuxième dose, en utilisant la régression des risques proportionnels de Cox avec l’âge comme échelle de temps sous-jacente pour estimer les rapports de risque ajustés pour le sexe, les comorbidités et d’autres facteurs de confusion potentiels.

Résultats :

Au cours du suivi, 269 participants ont développé une myocardite ou une myopéricardite, dont 108 (40 %) étaient âgés de 12 à 39 ans et 196 (73 %) étaient des hommes. Sur 3 482 295 personnes vaccinées avec BNT162b2 (Pfizer-BioNTech), 48 ont développé une myocardite ou une myopéricardite dans les 28 jours suivant la date de vaccination par rapport aux personnes non vaccinées (rapport de risque ajusté de 1,34 (intervalle de confiance à 95 % de 0,90 à 2,00) ; taux absolu de 1,4 pour 100 000 personnes vaccinées dans les 28 jours suivant la vaccination (intervalle de confiance à 95 % de 1,0 à 1,8)). Les rapports de risque ajustés chez les femmes seulement et les hommes seulement étaient respectivement de 3,73 (1,82 à 7,65) et 0,82 (0,50 à 1,34), avec des taux absolus correspondants de 1,3 (0,8 à 1,9) et 1,5 (1,0 à 2,2) pour 100 000 personnes vaccinées dans les 28 jours suivant la vaccination. Le rapport de risque ajusté chez les 12-39 ans était de 1,48 (0,74 à 2,98) et le taux absolu était de 1,6 (1,0 à 2,6) pour 100 000 personnes vaccinées dans les 28 jours suivant la vaccination. Parmi les 498 814 personnes vaccinées avec le mRNA-1273 (Moderna), 21 ont développé une myocardite ou une myopéricardite dans les 28 jours suivant la date de vaccination (rapport de risque ajusté de 3,92 (2,30 à 6,68) ; taux absolu de 4,2 pour 100 000 personnes vaccinées dans les 28 jours suivant la vaccination (2,6 à 6,4)). Les rapports de risque ajustés chez les femmes seulement et les hommes seulement étaient respectivement de 6,33 (2,11 à 18,96) et 3,22 (1,75 à 5,93), avec des taux absolus correspondants de 2,0 (0,7 à 4,8) et 6,3 (3,6 à 10,2) pour 100 000 personnes vaccinées dans les 28 jours suivant la vaccination. Le rapport de risque ajusté chez les 12-39 ans était de 5,24 (2,47 à 11,12) et le taux absolu était de 5,7 (3,3 à 9,3) pour 100 000 personnes vaccinées dans les 28 jours suivant la vaccination.

Conclusions :

La vaccination par l’ARNm-1273 a été associée à un risque significativement accru de myocardite ou de myopéricardite dans la population danoise, principalement en raison d’un risque accru chez les personnes âgées de 12 à 39 ans, tandis que la vaccination par l’ARNb162b2 n’a été associée à un risque significativement accru que chez les femmes. Toutefois, le taux absolu de myocardite ou de myopéricardite après la vaccination par l’ARNm du SRAS-CoV-2 était faible, même dans les groupes d’âge plus jeunes. Les avantages de la vaccination par l’ARNm du SRAS-CoV-2 doivent être pris en compte dans l’interprétation de ces résultats. Des études multinationales de plus grande envergure sont nécessaires pour étudier plus avant les risques de myocardite ou de myopéricardite après la vaccination au sein de sous-groupes plus restreints.

Commentaires fermés.