Vaccins à ARNm contre la COVID-19 Cominarty (Pfizer) et Spikevax (Moderna) : risque de myocardite et de péricardite

Vaccins à ARNm contre la COVID-19 Cominarty (Pfizer) et Spikevax (Moderna) : risque de myocardite et de péricardite

Information destinée aux médecins généralistes, médecins réanimateurs, cardiologues, spécialistes en médecine interne, médecine d’urgence, centres de vaccination contre la COVID, pédiatre, médecin du travail, infirmier(ère), sages-femmes impliqués dans la campagne de vaccination, pharmaciens d’officine et hospitaliers

De très rares cas de myocardite et de péricardite ont été signalés après administration des vaccins à ARNm Comirnaty et Spikevax.

Les cas sont principalement survenus dans les 14 jours suivant la vaccination, majoritairement après la deuxième dose et chez des hommes jeunes.

Les données disponibles suggèrent que l’évolution de la myocardite ou de la péricardite après la vaccination est identique à l’évolution habituelle de la myocardite ou de la péricardite.

Les professionnels de santé doivent être attentifs aux signes et symptômes de la myocardite et de la péricardite.

Les professionnels de santé doivent conseiller aux personnes vaccinées de consulter immédiatement un médecin en cas de douleurs thoraciques, d’un essoufflement ou de palpitations.

3 thoughts on “Vaccins à ARNm contre la COVID-19 Cominarty (Pfizer) et Spikevax (Moderna) : risque de myocardite et de péricardite

Commentaires fermés.