Vous pensiez que ces deux dernières années étaient mauvaises ? Attendez la suite.

Députée du parlement européen Virginie Joron nous fait certaines révélations.

” La commissaire est arrivée avec un masque FFP2, et elle nous a vanté pendant les premières minutes de son discours les mérites de l’efficacité du vaccin.

Ce qui moi me choque toujours, c’est qu’on a qu’une heure d’audition alors que c’est un sujet important avec plein de questions.

Ce que j’ai appris, c’est qu’ils sont sûrs et certains que cet hiver il y aura une pandémie, qu’il y aura des nouveaux variants et que le focus de la commission, c’est qu’ils ont détecté qu’il y avait en Europe 100 millions de non-vaccinés qui sont très problématiques.

Elle le dit ” ça sera le vrai test pour la prochaine crise de la pandémie”.

Elle nous a aussi annoncé comme une certitude, qu’il faudra garder les mesures non pharmaceutiques en place. C’est à dire ? De maintenir les codes QR ?

La chasse aux non-vaccinés est quand même déclarée.

Elle a dit ce matin qu’il fallait convaincre le maximum de ces personnes”

Vous pensiez que ces deux dernières années étaient mauvaises? Attendez la suite.

On a 2 choses:
1) Le nouveau traité proposant que l’OMS soit AU-DESSUS de toute constitution d’un pays https://www.consilium.europa.eu/en/policies/coronavirus/pandemic-treaty/

2) Du 22 au 28 mai, l’administration Biden propose de changer le Règlement Sanitaire International pour que toutes les nations abandonnent leur souveraineté au directeur de l’OMS, pour déclarer des épidémies, et intervenir dans les politiques sanitaires.
Même si la nation s’y oppose. https://apps.who.int/gb/ebwha/pdf_files/WHA75/A75_18-fr.pdf
Sans le consentement des peuples et des pays pour imposer des politiques sanitaires. Pensez Shanghai ou Australie.

C’est ce qu’expliquait Attali dans ses livres, que des organisations supranationales décident de la santé ou de la sécurité.

On n’a toujours pas le droit de parler de nouvel ordre mondial là où c’est bon?

Vidéo par Radio Québec vers 50′ :

Vous pensiez que le « château de cartes s’effondrait » ?

Voici quelques extraits du Sommet international du covid  qui s’est tenu le 12 mai : les dirigeants sont tous d’accord sur le fait que la pandémie de covid n’est pas terminée, qu’il est primordial d’injecter le plus de « vaccins » possibles et qu’une réponse mondiale uniformisée à la prochaine crise sanitaire est nécessaire…

Vidéo complète :

Emmanuel Macron donne les pleins pouvoirs à l’OMS pour la santé des Français lors des pandémies

Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, refuse catégoriquement de signer le traité de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la pandémie, un traité qui donne les pleins pouvoirs à l’OMS afin de déclarer des pandémies et de décider quel protocole doit être suivi, quelles que soient les constitutions des pays. De son côté, le président Macron signe des deux mains et livre la santé des Français à l’OMS dont Bill Gates est l’un des principaux propriétaires. La Fondation Bill et Melinda Gates et Gavi qu’elle possède ont donné 1183 millions de dollars à l’OMS en 2020-2021, soit 18,75 % du financement de l’OMS — plus que les États-Unis (15,15 %). L’OMS n’a donc rien à refuser à Bill Gates.

Ce projet d’accord contraignant a été diffusé par l’OMS le 12 avril 2022. Dans son dernier paragraphe, il est stipulé que si un pays n’obéit pas aux injonctions de l’OMS, il a « 12 mois suivant l’entrée en vigueur du présent Règlement ou des amendements qui y sont apportés à l’égard de cet État Partie » pour le faire. Or ce texte que Macron appelle de ses vœux (ainsi que Bill Gates, mais est-il nécessaire de le préciser ?) sera contraignant. Il manque une chose dans ce gloubiboulga hypocrite : par quels moyens cette contrainte va-t-elle être imposée aux populations ?

Pour donner les pleins pouvoirs à l’OMS, Macron demande aux États membres de se soumettre juridiquement. « Enfin, comme toute organisation internationale, l’OMS doit garantir l’implication active de ses États membres, notamment en temps de crise. C’est pourquoi la France soutient la mise en place d’une Commission permanente du Conseil exécutif de l’OMS sur les urgences sanitaires […] Pour permettre à l’ensemble de ces réformes d’être ancrées dans le droit, pour l’avenir, je suis favorable à l’adoption, sous l’égide de l’OMS, d’un accord international juridiquement contraignant. Celui-ci devra être accompagné par la révision du Règlement sanitaire international, afin d’adapter celui-ci aux évolutions des risques sanitaires et nous assurer de sa mise en œuvre. »

Omicron n’est pas méchant, la guerre en Ukraine se dirige vers une fin négociée. Heureusement, pour donner raison à Emmanuel Macron et à l’OMS, apparaît un peu partout la variole du singe. Elle ne cause guère de dégâts sur la santé, mais peu importe l’absence de malade, puisque seuls les « cas » sont médiatisés. L’OMS s’attend à une augmentation des cas à mesure que la surveillance sanitaire se renforcera — autrement dit plus on teste, plus il y aura de « cas ». L’agence onusienne recommande l’isolement des cas et le traçage de leurs contacts. Et on est reparti pour un tour !

Le Média en 4-4-2