Vous souvenez-vous de l’étude du Lancet de mai dernier qui concluait à une efficacité de 95% sur les formes graves ?

Il s’y cachait un petit quelque chose qui rend l’effondrement actuel de l’efficacité de Pfizer en Israël assez préoccupant.

Cette étude en population réelle en Israël, conduite en pleine décrue de l’épidémie, concluait sans difficulté que le vaccin était hautement efficace sur toutes les formes de la maladie. Certaines critiques avaient été formulées concernant sa méthodologie.

Les biais possibles étaient importants car sur la durée de l’étude, 1) on passait d’une population peu vaccinée à une population très vaccinée, 2) l’épidémie était du fait de son évolution naturelle en forte décrue.

Mais il se cachait dans le décompte des hospitalisations et des décès un constat assez interloquant sur lequel les auteurs ont “omis” de s’attarder.

Image

Rassemblons ces données dans un tableau et calculons quelques ratios. On découvre que les ratios décès / hospitalisations sont très défavorables aux vaccinés !

Image

Autrement dit, on pouvait conclure que le vaccin protégeait du C19, mais qu’en revanche, une personne vaccinée tombant malade avait considérablement moins de chances de s’en sortir qu’une personne non vaccinée!

Cette information n’avait probablement pas été jugée digne d’intérêt pour les auteurs, tous actionnaires de Pfizer.

Image

Cela dit, il faut reconnaître que 95% d’efficacité globale, c’est l’idée qu’il semble pertinent de retenir. Mais quid si l’efficacité contre les infections s’effondre ? Car de fait, elle s’effondre, et on a commencé à en avoir des échos début juillet.

Très rapidement, des calculs effectués par divers analystes à partir des données israéliennes en open data ont confirmé ce constat.

Image
Image

Sources:

Les médias israéliens, en revanche, ont rapidement rapporté ces faits préoccupants.

Restait à espérer que l’efficacité contre les formes graves, elle, persiste. C’est évidemment le mantra auquel les adeptes de la vaccination de masse ce sont raccrochés, alors que du fait manque de données disponibles il était impossible de conclure quoi que ce soit.

Or, les données commençant à s’accumuler, le scénario sombre de la perte totale d’efficacité du vaccin au bout de 6 mois se dessine désormais.

hilla alroy et מאיר מרציאנו ont publié des données conduisant le ministère de la Santé israélien à soupçonner que l’immunité du vaccin Pfizer diminue. Dans ce graphique, vous pouvez voir les infections et les hospitalisations au cours des 3 dernières semaines, normalisées. Chances d’être vacciné en janvier.

Image

Je vous laisse mettre tout cela en perspective avec ce qui est en train de se passer en France.

One thought on “Vous souvenez-vous de l’étude du Lancet de mai dernier qui concluait à une efficacité de 95% sur les formes graves ?

  • Ce fut un lancer au poids extraordinaire, un Lancet qui ne retombe qu’aujourd’hui ! Mazette ! Il en a fait du vol plané !…Le charognard a de quoi becter !

Commentaires fermés.